Déjeuner du Cresson, 14 février 2019 : Visualiser les processus historiques par Annick Lantenois

Le 14 février, nous avons eu le plaisir d’écouter Annick Lantenois, professeure à l’ESAD.GV (École Supérieure d’Art et Design Grenoble Valence), et membre de l’unité de recherche “Il n’y a pas de savoirs sans transmission”, qui enseigne dans l’option “design graphique”. Son intervention “Visualiser les processus historiques” nous a proposé un aperçu du travail mené dans le cadre d’une HDR, à propos de la représentation du temps :

Transmettre des savoirs, c’est faire passer une relation à la culture, des incertitudes, des questions. Transmettre des savoirs est donc aussi transmettre une forme de discours sur ces savoirs. Le design graphique peut contribuer à la mise en forme de ce discours. Cette pratique peut alors être définie comme un second texte qui oriente la lecture, accentue ou relativise les orientations du texte premier (celui à mettre en forme).

Ce dialogue entre contenu et mise en forme est éprouvé dans la recherche que je mène sur la visualisation des processus historiques à partir d’un “objet” : la ligne de temps, un outil encore communément utilisé pour représenter le flux temporel en histoire. Cette structure graphique n’est pas universelle, elle est une construction qui s’enracine dans le XVIIIe siècle, contemporaine de la formation de la notion de Progrès. Elle traduit un récit téléogique d’émancipation qui pense le passé comme un terreau d’expériences dont il faut tirer des leçons ; le futur comme ayant tiré les leçons du passé et où se réalisent l’action du Progrès ; le présent comme le moment, nourri par le passé, où se construisent les conditions de réalisation du futur.

Alors, l’hypothèse est que cette ligne de temps horizontale n’est plus en adéquation avec le régime d’historicité dans lequel nous vivons et que François Hartog définit sous le terme de “présentisme” ? Outre la nécessité de s’interroger sur les conditions de construction du récit historique, cette recherche ambitionne d’interroger, avec le design graphique, les conditions de sa mise en forme. Elle se développe depuis 2015 à partir de la question : comment la matière numérique travaillée par le design graphique, peut-elle nous aider à imaginer d’autres modes d’accès à l’histoire ? Dans le dispositif présenté, inachevé et lacunaire, le matériau de l’histoire est issu du livre de Daniel Rosenberg et Anthony Grafton, Cartographie du temps. La profondeur de l’écran est explorée pour mettre en évidence les relations plus que les objets en tant que tels. L’interactivité est conviée pour interroger les modalités de découverte d’un récit historique. Ce dialogue entre contenu et design graphique est, jusqu’à présent, entrepris avec des anciens étudiants de l’option design graphique de l’école d’art de Valence, Maxime Bouton pour la partie structuration du dispositif, auquel s’est joint Victor Maçon pour le traitement des images.

Image 2 : Copie d’écran d’Essai graphique de la représentation du temps historique, dispositif dynamique interactif. Application : Plenty of Room, conçue par Maxime Bouton. Iconographie : Daniel Rosenberg et Anthony Grafton, Des Frises chronologiques aux nouvelles timelines, Eyrolles, 2013. Images organisées selon 2 axes : l’un réunit des documents traduisant une conception continue et linéaire du temps, l’autre une conception discontinue.
Image 2 : Copie d’écran d’Essai graphique de la représentation du temps historique, dispositif dynamique interactif. Application : Plenty of Room, conçue par Maxime Bouton. Iconographie : Daniel Rosenberg et Anthony Grafton, Des Frises chronologiques aux nouvelles timelines, Eyrolles, 2013. Images organisées selon 2 axes : l’un réunit des documents traduisant une conception continue et linéaire du temps, l’autre une conception discontinue.
Image 3 : Copie d’écran d’Essai graphique de la représentation du temps historique, dispositif dynamique interactif. Application : Plenty of Room, conçue par Maxime Bouton. Iconographie : Daniel Rosenberg et Anthony Grafton, Des Frises chronologiques aux nouvelles timelines, Eyrolles, 2013. Au premier plan : Jacques Barbeu-Dubourg, Chronographie universelle (boitier fermé et ouvert sur un fragment de chronologie à dérouler), 1753.
Image 3 : Copie d’écran d’Essai graphique de la représentation du temps historique, dispositif dynamique interactif. Application : Plenty of Room, conçue par Maxime Bouton. Iconographie : Daniel Rosenberg et Anthony Grafton, Des Frises chronologiques aux nouvelles timelines, Eyrolles, 2013. Au premier plan : Jacques Barbeu-Dubourg, Chronographie universelle (boitier fermé et ouvert sur un fragment de chronologie à dérouler), 1753.

Fil twitter du déjeuner

Bibliographie indicative

  • Bensaude-Vincent, Bernadette, 2016, “Comment sortir du piège de la ligne de temps”, Revue française d’éthique appliquée, n°2 : 90-98
  • Berliner, David, 2010, “Anthropologie et transmission”, Terrain. Anthropologie et sciences humaines, n°55 : 4-19
  • Elias, Norbert, 1997, Du Temps, Paris, Fayard
  • Hartog, François, 2003, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil
  • Rosenberg, Daniel, Grafton Anthony, 2013, Des Frises chronologiques aux nouvelles timelines, Paris, Eyrolles

Image à la Une. Image 1 : Copie d’écran d’Essai graphique de la représentation du temps historique, dispositif dynamique interactif. Application : Plenty of Room, conçue par Maxime Bouton. Iconographie : Daniel Rosenberg et Anthony Grafton, Des Frises chronologiques aux nouvelles timelines, Eyrolles, 2013.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.