Heidegger et la question de l’habiter : une philosophie de l’architecture

Nous sommes très heureux de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Céline Bonicco-Donato aux Éditions Parenthèses, dans la collection Eupalinos : Architecture et urbanisme :

Heidegger et la question de l’habiter. Une philosophie de l’architecture, éditions Parenthèses, coll. eupalinos, 2019, 208 pages.

Couverture « Heidegger et la question de l’habiter », Céline Bonicco-Donato, 2019. Photographie de Kazunori Fujimoto

Peut-on être architecte sans avoir lu Heidegger ?
Peut-on bâtir au sens vrai sans avoir approché la pensée, complexe et profonde, de l’auteur, en 1951, de l’essai « Bâtir, habiter, penser » ? La question peut sembler incongrue ; elle s’impose pourtant comme une évidence à la lecture de ce livre. Partant du fait qu’il ne suffit pas d’être abrité pour habiter, différence primordiale que Heidegger établit tandis que l’Allemagne de l’après-guerre construit à tout-va, c’est à la question de l’être de l’homme qu’il en vient. Et, au fil de sa réflexion, l’architecte, que le philosophe appelle à être jardinier du monde, se révèle être un protagoniste clé de l’accomplissement de l’existence humaine.
La dissection méthodique et éclairante du raisonnement heideggérien opérée ici a le mérite de ne pas s’adresser aux seuls philosophes ; tout architecte ou apprenti architecte y trouvera matière à nourrir à la fois sa sensibilité intime et sa pratique. À l’instar d’un Alvar Aalto ou d’un Peter Zumthor dont les emblématiques thermes de Vals, décryptés dans cet ouvrage, sont une incarnation consciente et explicite de ce que l’architecture doit au philosophe allemand.

[4ème de couverture]

A l’heure où les maisons d’édition ne prennent plus le temps d’accompagner leurs auteurs, il faut saluer le remarquable travail accompli par les Éditions Parenthèses, spécialisées en architecture, installées depuis 1984 cours Julien à Marseille. Nouant une relation de confiance avec leurs auteurs depuis l’acceptation du manuscrit jusqu’à la diffusion du livre, Patrick Bardou et ses collaborateurs entendent leur métier comme la conduite d’ un véritable projet éditorial : la livraison de l’objet livre est le résultat d’une démarche patiente, minutieuse et exigeante, attentive aussi bien au fond qu’à la forme. C’est avec Florence Michel que Céline a pu échanger sur son manuscrit pour parvenir à ce beau résultat. Correctrice à l’œil de lynx, lectrice passionnée et curieuse, amoureuse de la langue et des mots, Florence Michel ne laisse rien au hasard depuis la typographie (et le casse-tête des tirets dans la traduction française des termes heideggériens…) jusqu’au choix des illustrations et à la question des crédits, en passant par la vérification de certaines informations (« les joints lumineux des thermes de Vals font-il 6 ou 8 centimètres ? »), les demandes de précision et de clarification: la description des fermes de Haute-Maurienne et le glossaire final lui doivent beaucoup ! 


Propos recueillis auprès de Céline Bonicco-Donato

Sommaire

Introduction

Pourquoi lire Heidegger aujourd’hui ?

Chapitre 1 

Penser l’habitation avec Heidegger

La spécificité de l’habitation à l’égard du logement et l’ouverture de l’être-au-monde

– De la transcendance du Dasein

– Éléments pour une critique des reconstructions de l’après-guerre

– De la quête du sens de l’être au dévoilement de sa vérité

L’abandon de la compréhension de l’habitation comme modalité d’être authentique

– L’habitation comme échappatoire à l’angoisse d’être-au-monde

– La dévalorisation de l’habitation et de la quotidienneté dans Être et temps

– D’une conception du monde à l’autre

– Comment habiter en ménageant le Quadriparti ?

Deux exemples architecturaux permettant à l’homme de vraiment habiter

– La Maison sur la cascade de Franck Lloyd Wright

– La villa Mairea de Alvar Aalto

 

Chapitre 2

Penser la construction avec Heidegger

Les caractéristiques de la chose construite ou le rassemblement du Quadriparti

– Le pont ou la chose construite

– Le lieu comme chose d’une espèce particulière

– Le lieu et la libération de l’espace, ou la critique de l’abstraction cartésienne

Le rapport de l’homme à l’espace : les bouleversements analytiques du Kehre

Être et temps ou le fondement de la spatialité dans la temporalité

– Le repentir de « Temps et être » ou comment penser l’espace à partir de l’appropriation

– Le corps propre comme point d’articulation entre les caractères spatialisé et spatialisant du Dasein

En quoi consiste l’authenticité d’un bâtiment ? L’appel du Quadriparti et l’architecture vernaculaire

– Comment penser le bâtir à partir du Quadriparti et non de l’intentionnalité de l’architecte

– L’architecture vernaculaire comme paradigme de l’habitation : les fermes de la Forêt-Noire et de la vallée de la Haute-Maurienne

Qu’en est-il aujourd’hui de l’habitation ?

 

Chapitre 3

Une architecture heideggérienne, les thermes de Vals de Peter Zumthor

Empathie et atmosphère : l’influence de Heinrich Wölfflin et de Gernot Böhme sur la pensée de Zumthor

– L’habiter comme expérience physique

– L’atmosphère comme approfondissement de la Stimmung heideggérienne

Les thermes de Vals comme lieu au sens heideggérien

– Partir des choses et revenir aux choses

– Accueillir un monde : la terre, les flux, les divins et les mortels

 

Conclusion

L’habitant, l’architecte et le philosophe


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search