Expériences chorégraphiques in situ et ambiances urbaines

Retour sur les journée d’études des 18 et 19 février 2019/ PARTIE 1

Ces journées ont été dirigées par Léna Massiani et Olivia Germon, organisées en collaboration avec Le Pacifique, Centre de Développement Chorégraphique, Grenoble-Auvergne-Rhône-Alpes et le Cresson, Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain (Laboratoire AAU)

Les 18 et 19 février 2019 a eu lieu la PARTIE / 1 des journées d’étude “Expériences chorégraphiques in situ et ambiances urbaines”. Les chorégraphes Laurent Pichaud et Anne Guillemin ont été invités à partager leur façon particulière de s’immerger sur un terrain avant le début d’un processus de création. Depuis leur pratique et leur façon d’appréhender un site les chercheurs, les architectes, les urbanistes, les danseurs participant aux journées ont pu croiser leur manière de faire avec celles des chorégraphes. En nous demandant comment chacun peut-il se saisir de la question du corps pour entrer en dialogue avec un site, il s’agissait de comprendre ce qu’il y a de partageable dans ces multiples pratiques d’un territoire via un engagement corporel situé, à l’écoute d’un lieu.

Dans la perspective d’impulser la PARTIE / 2 des journées et de poursuivre nos réflexions nous avons recueilli les mots de quatre participantes retranscrites dans ce billet sous la forme d’un dialogue.

  • Samya Pelloquin (architecte DE et urbaniste),
  • Alizée Cugney (architecte DE / étudiante DSA Architectures de Terre à l’ENSAG ),
  • Flore Corrière (urbaniste et danseuse)
  • Noha Gamal Said (chercheure au Cresson) prennent ici la parole.

Samya Pelloquin – “J’ai été piquée de curiosité à l’idée de découvrir quels seraient les outils mis en jeu pour appréhender un lieu et comment nous allions laisser ce lieu influencer nos corps mouvants. Avoir un regard sur un site est le quotidien d’un architecte qui se base sur l’existant pour transformer par la suite la réalité. Si le corps devient l’outil de ce regard, il s’ouvre alors un nouveau champ des possibles. Questionner le corps et ses mouvements dans des espaces ou situations urbaines a été mon premier désir.”

Alizée Cugney – “Pour ma part j’espérais à travers ces ateliers pouvoir ré-éprouver mon corps dans l’espace urbain et architectural.”

Flore Corrière – “Et, ne connaissant pas Grenoble, ce fut une rencontre avec la ville tout à fait sensorielle.”

A propos de l’atelier de Laurent Pichaud, place Victor Hugo

S.P. – “L’immersion dans un centre ville très passant nous a exposé aux multiples ambiances et flux de l’espace urbain.”

F.C. – “La proposition de Laurent Pichaud aura permis aux non-danseurs de se mettre en mouvement sans craindre le regard des autres puisqu’il s’agissait d’une danse mimétique en intégration totale avec les passants et brouillant les pistes du spectateur/acteur.”

A.C. – “En suivant des passants de derrière ou de devant, cela nous a finalement permis d’observer des démarches, des allures, des caractéristiques et de les ressentir jusque dans notre corps, en adoptant le rythme de la personne suivie.”

Noha Gamal Said – “ En ce qui me concerne, j’ai décidé de traverser l’espace avec un rythme « lent » et voilà, je vois un monsieur handicapé qui traîne un de ses pieds. Ce rythme de marche m’a permis de voir l’espace, de me rendre compte du sol, du changement de revêtement et de réaliser comment mon corps s’adapte à chaque changement de type de sol. La deuxième proposition consistait à choisir quelqu’un puis à se mettre devant lui sans qu’il le sache et à le suivre de cette façon. Pour la deuxième fois, je choisis un jeune couple avec un homme portant un plâtre. Je les suis en entendant le son des béquilles. A chaque fois que le son s’arrête, je regarde derrière moi et je vois qu’ils discutent. Je m’assois sur le trottoir ou bien je fais semblant de téléphoner pour passer inaperçue.”

A.C. – “La troisième proposition consistait à se suivre. Ici, je me suis perdue moi-même en suivant mon ombre, puis le soleil, ou bien encore des couleurs, avant de me retrouver.”

N.G.S. – “Moi, je me suis laissée aller. Mon corps s’est relâché. En entrant dans une foule, j’étais apaisée. Ma pensée s’est vidée d’un coup et j’ai marché sans but, sans fin, je marchais pour marcher. Après plusieurs pas, je me suis rendue compte que je cherchais les rayons du soleil et je me suis réjouie de les retrouver sur ma peau.”

Atelier de L. Pichaud, proposition “Suivre devant”  © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019
Atelier de L. Pichaud, proposition “Suivre devant” © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019
Atelier de L. Pichaud, proposition “Suivre devant”  © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019
Atelier de L. Pichaud, proposition “Suivre devant” © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019
A propos de l’atelier d’Anne Guillemin, sur les escaliers de la MC2

S.P. – “La deuxième journée a apporté une vision davantage reliée à la relation du corps avec l’objet urbain.”

A.C. – “Dans une approche du corps en relation directe à l’architecture.”

F.C. – “D’une autre manière, travailler sur la relation du corps avec un objet architectural durant une période de non-usage de celui-ci nous a permis de nous abstraire d’un contexte pour chercher toutes les possibilités de mouvement qu’offre cet objet.”

S.P. – “Nous nous sommes laissés traverser par les caractéristiques de ce lieu, en nous appuyant plus fortement sur les composantes physiques de l’objet escalier.”

A.C. – “Notre corps, en contact avec la main courante en métal, les marches et contre-marches en béton a pu ressentir la matière. J’ai voulu la tirer, la pousser, comme si elle était vivante”.

S.P. – “ A un moment donné, je me suis amusée à observer les autres. Chaque corps adoptait une réaction différente dans la découverte de ces escaliers. Les différentes consignes données lors de l’expérience ont guidé notre exploration pour aller au final jusqu’à un enchaînement de mouvements.”

A.C. – “Nous avons dégouliné avec nos corps sur ces marches en béton, comme pour recréer des ambiances vivantes et réanimer cette matière figée dans le temps et dans l’espace urbain.”

Atelier d’Anne Guillemin.                         © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019
Atelier d’Anne Guillemin. © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019
Atelier d’Anne Guillemin.                         © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019
Atelier d’Anne Guillemin. © Jul Macoisans/David Argoud, Cresson 2019

F.C. – “ En tant qu’architecte, je n’ai pas pu m’empêcher de recentrer les actions réalisées par rapport à l’usage des lieux traversés et de percevoir à quel point la présence des corps en dehors des codes sous-entendus par l’espace construit peut avoir un potentiel fictionnel important.”

S.P. – “ J’ai constaté que mes réflexes d’analyse du lieu, liés à ma pratique d’architecte, m’ont naturellement servi pour piocher des idées de placement dans l’espace. J’avais en tête une liste d’observations m’interpellant sur les caractéristiques physiques du lieu et le positionnement des objets (arbres, mobiliers etc.) dans l’espace.Le corps en jeu m’a permis d’intégrer cela dans mes mouvements et de le vivre de manière directe, comme un aller-retour entre des moments d’observations où je restais extérieure et des moments d’actions où j’agissais sur le lieu en utilisant mon corps.L’espace urbain est devenu un terrain riche de stimuli.”

Nous vous donnons rendez-vous les 26 et 27 septembre 2019 à Grenoble
pour la PARTIE / 2 de ces journées d’étude avec, entre autres, les ateliers de
Julie Desprairies et de Fabrice Guillot.
https://aau.archi.fr/actualites/2746-experiences-choregraphiques-in-situ-et-ambiances-urbaines-2/

NB. : le nombre de places aux ateliers étant limité, il est nécessaire de s’y inscrire. 

Renseignements et inscriptions: lenamassiani@hotmail.com / 06 99 49 45 24.

Pour citer ce billet : Propos recueillis par Léna Massiani et Olivia Germon “Expériences chorégraphiques in situ et ambiances urbaines : retour sur les journée d’études des 18 et 19 février 2019/ PARTIE 1”. Le Cresson Veille et Recherche. En ligne le 11 juillet 2019. URL : https://lcv.hypotheses.org/15653


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.