A la recherche des Lieux Infinis, explorer une réalité mouvante

Ce billet se rapporte aux recherches que j’ai effectuées lors de mon stage au CRESSON (sous la direction de Théa Manola). Dans le cadre d’un Master 2 en architecture dans la thématique « Aedification – Grands territoires – Villes », j’ai réalisé un PFE mention recherche dont le mémoire porte sur les « Lieux Infinis » ou comment explorer une « réalité mouvante », avec l’aide d’Aysegül Cankat (directrice d’étude), de Patrick Thépot (co-directeur d’étude et responsable du master) et de Théa Manola (directrice de stage).

Pourquoi s’intéresser aux lieux infinis ?

Ce travail se situe dans la continuité d’une vision développée à la fin de la licence, lors du travail de rapport d’étude : je critiquais alors une architecture « normative » et élitiste, basée sur des représentations stéréotypées qui ne permettaient pas de répondre aux besoins de la société. Dès lors, il m’apparaissait fondamental que l’architecte soit engagé dans les questions sociétales et globales – évoluant lui-même dans cette société, à la fois en tant qu’individu usant de l’architecture mais aussi en tant qu’individu concevant l’architecture. Selon moi, ses actions devaient ainsi être réfléchies dans un cadre plus large que le seul fait de construire un bâtiment, avec les usagers et les contextes au centre de ses préoccupations. Dans la thématique de master « Aedification, Grands territoires, Villes », nous avons abordé le projet du premier semestre de Master 2 avec de grandes questions sociétales (les flux migratoires, la révolution numérique, le développement durable, l’équilibre économique…). Cette approche m’a conforté dans l’idée que notre monde est en plein bouleversement et que l’architecture est un outil propice à ouvrir des perspectives.

Sophie Scher photographe.
Sophie Scher photographe. [Disponible à l’adresse : http://encoreheureux.org/projets/lieux-infinis/] 2018

Suite à ces premières réflexions, j’ai découvert l’ouvrage « Lieux Infinis : construire des bâtiments ou des lieux ? » du collectif d’architectes français Encore Heureux. Dans cet ouvrage, Encore Heureux introduit les Lieux Infinis dans un contexte où le monde et les sociétés sont en plein bouleversement, et où l’architecture est un moyen d’ouvrir les réflexions. Notre seule certitude actuelle est en effet que nos modes de vie et d’habiter sont amenés à se transformer. Comment, dans ce contexte, les méthodes de conceptions architecturales sont-elles amenées à évoluer à leur tour ?

En développant cette vision à travers les Lieux Infinis, Encore Heureux s’est donc raccroché à deux mots, très forts sémantiquement : le lieu et l’infini. Pour eux, un Lieu Infini commence par un existant qui a une histoire passée et qui est souvent abandonné, fini. Avec l’infini, le collectif met l’accent sur l’idée que le lieu infini évolue, se construit dans le temps et accueille les imprévus au fur et à mesure. Le collectif définit donc les Lieux Infinis comme lieux des possibles, « des lieux ouverts, non finis, où se construisent des alternatives. »1.

Le “lieu” et l'”infini” : entre spatialités, ambiances et mouvement

Selon Aristote, « ce qui n’existe en aucun lieu (…) n’existe pas du tout. »2. Il est donc essentiel. Si le lieu a un fort rapport à l’espace, il s’en différencie grâce au temps qui marque l’espace pour le créer. Le lieu se rattache ainsi à l’architecture de deux manières : d’abord par sa relation aux caractéristiques physiques de l’espace, telles que sa localisation, sa forme, sa matérialité ; mais également par sa relation au sensible et à l’immatériel avec des valeurs culturelles et sociales. 

C’est dans ces différents rapports que les explorations autour du lieu se croisent avec les recherches menées par le CRESSON : l’espace n’est pas seulement délimité par des données physiques et matérielles. Il implique également des données moins quantifiables, moins visibles, mais non moins palpables et qualitatives : « D’autre part, le lieu relève non moins nécessairement d’une dimension immatérielle, phénoménale et sémantique, non mesurable. Cette dimension qualitative et singulière l’apparente à la chôra platonicienne et à l’Ort heideggérien : c’est la condition existentielle de la chose au sein du monde sensible. »3. Les recherches du CRESSON sur l’aspect sensible de l’architecture, et plus largement de l’espace (notamment public), nous aident à comprendre tout ce à quoi le lieu se rattache. Les phénomènes d’ambiances lumineuses, sonores, thermiques, olfactifs et tactiles participent à fabriquer la perception que nous avons de la spatialité du lieu, en entretenant une relation privilégiée avec sa matérialité, sa forme, sa localisation… D’autre part, le CRESSON, en croisant les disciplines et méthodes dans sa manière de faire recherche, nous permet d’approcher le lieu avec un regard qui ne comprend pas uniquement la spatialité. Un regard de sociologue, d’anthropologue ou encore de philosophe par exemple, peut nous en apprendre tout autant sur la nature du lieu, puisque le lieu se fabrique par les humains : « Le lieu est caractérisé par une langue, un mode de vie, des mythes et des rites, une culture, fondant une coappartenance, source d’identité. »4.

Exposition des Lieux Infinis. [Disponible à l’adresse : http://encoreheureux.org/projets/lieux-infinis/] 2018
Exposition des Lieux Infinis. [Disponible à l’adresse : http://encoreheureux.org/projets/lieux-infinis/] 2018

Si le lieu nous paraît essentiel dans le travail de recherche que nous avons mené, c’est parce que les humains, par l’acte de bâtir, se l’approprient et habitent la terre. Édouard Glissant nous dit : « Agis dans ton lieu, pense avec le monde. Ton lieu est incontournable […]. Ce que tu perçois de la beauté du monde, t’engage dans ton lieu. Ce que tu estimes de la beauté menacée du monde, donne direction à ton geste et à ta voix. »5. Dans un contexte où nous faisons face à une « réalité mouvante » qui implique de nombreux bouleversements et interrogations, le lieu est donc un élément clé pour cristalliser les réflexions.

Le collectif Encore Heureux a choisi de mettre en parallèle le lieu avec la notion d’infini. L’infini fait tout de suite référence au temps : un temps infini. Or le temps est un élément fondamental dans la création du lieu (c’est lui qui permet « l’espacement » dans l’espace qui permet au lieu d’exister). Pierre Donnadieu et Elizabeth Mazas nous disent que « le rapport des hommes à l’espace est fondamentalement conditionné par le temps, car tout phénomène spatial s’inscrit dans la durée »6. Le lieu faisant partie du monde de l’espace, il est donc en relation avec le temps et la durée. Ce temps peut être stable ou mouvant. Alors que la limite stabilise le temps ou finit l’événement, le mouvement se perpétue et tend vers l’infini. Perpétuer le mouvement dans le lieu c’est laisser le temps le construire, le faire arriver à maturation, en considérant les imprévus comme des opportunités de fabrication du lieu. 

Du lieu au déjà-là, de l’infini au processus

Après ces réflexions sur le lieu et l’infini, les Lieux Infinis évoquent donc pour moi une manière de « s’étonner », au sens de Maldiney7 qui est le fait de remettre en question ce que l’on connait déjà. Ils nous permettent de nous étonner en expérimentant de nouvelles manières de bâtir des lieux dans des temporalités changeantes. 

C’est pourquoi je les ai explorés selon deux caractéristiques : le déjà-là, qui se rattache à l’existence du lieu, et le processus, qui implique la temporalité dans son rapport à la durée et donc à l’infini. Chacun d’eux interrogent à leur manière le rôle de l’architecte et remettent en perspective sa place, ses actions, dans cette « réalité mouvante ». 

Les lieux infinis commencent « par la rencontre entre des individus et un lieu dans lequel ils reconnaissent un potentiel »8. Un lieu fini car repoussé par la société, mais pour autant disponible, ouvert aux possibles et à l’imaginaire. 

Les lieux infinis se positionnent en contradiction avec l’idée de l’objet fini. Ils font partie d’un processus qui se construit dans le temps et ne se termine jamais, grâce à leur ouverture sur l’imprévu qui construit sans fin le possible à venir. Les lieux infinis se réinventent et « s’écrivent en avançant, plutôt qu’à l’avance. »9.

Dans les lieux infinis, l’architecte se confronte à un existant, avec ses qualités et ses contraintes. Il est également face à un lieu fini, qu’il doit faire revivre en mettant en place un processus. Son rôle est donc de préparer l’espace du lieu à la réception de ses futurs usages et usagers, tout comme de mettre en place le processus qui va le construire petit à petit. L’expérimentation, les collaborations, l’occupation de l’espace sont des moyens de révéler les potentiels et la complexité des lieux finis pour les (re)fabriquer. 

L’exemple de deux lieux infinis : la Grande Halle de Colombelles et les Grands voisins à Paris

La Grande Halle de Colombelles est une ancienne chaudronnerie située près de Caen, sur un site rural. La spécificité de ce déjà-là industriel est son double rapport à la mémoire : une ancienne génération qui a vécu dans ces lieux à l’époque industrielle, et une nouvelle génération qui n’a que l’image d’une halle abandonnée et de sa grande tour réfrigérante hors d’usage. Que construire, déconstruire, reconstruire ? Comment intervenir sur cet existant et garder la mémoire des usages passés tout en en imaginant de nouveaux ? L’occupation temporaire a permis de répondre à ces questions, de tester le lieu, de l’occuper pour le vivre, de créer des événement pour interagir avec les futurs usagers. Elle a engagé le processus qui a permis de tester des usages et un programme évolutif, et ainsi créer un lien entre le fini et la possibilité d’un infini. Les architectes ont ici eu le rôle de concepteurs-réalisateurs pour la fabrication de ce lieu infini : cela a permis de nouvelles collaborations entre les différents corps de métier et les futurs usagers, puisque les architectes étaient en permanence présents sur place. Cela a aussi permis d’effectuer au quotidien des ajustements nécessaires par rapport au dessin. De plus, toutes les phases de fabrication du lieu infini (la programmation, l’étude structurelle, la conception architecturale, l’approche financière et la consolidation de la gestion future) ont pu se dérouler en même temps au lieu d’être cloisonnées, ce qui permet de mieux intégrer l’imprévu et l’incertitude comme potentiel plutôt que contrainte. 

Les Grands Voisins à Paris est un projet porté par 3 associations (Aurore, Plateau Urbain et Yes We Camp) et dont l’objectif est d’héberger des personnes en grande précarité. Ce Lieu Infini s’implante dans une ancienne maternité de 3,4 hectares en plein centre de Paris, là où beaucoup de projets alternatifs sont reportés sur les marges des villes. La spécificité de ce déjà-là est sa taille, car son immensité est d’abord difficilement appréhendable par ses occupants et son insalubrité est un premier problème. Mais par l’occupation temporaire, les occupants prennent conscience des potentiels de ce déjà-là. 

Ce qui le différencie également de la Grande Halle de Colombelle est que le processus qui y est engagé est éphémère : Les Grands Voisins sont programmés pour durer quelques années avant de céder la place à un projet d’éco-quartier prévu en amont par la ville. Son caractère temporaire donne au processus une autre force : l’accent est mis sur la fabrication des éléments immatériels propre au lieu à actuel et au futur : ce sont ces éléments qui, outre leur disparition physique et spatiale, survivront au lieu dans la mémoire collective. De plus, ce processus est marqué par un imprévu de taille : le désengagement des financeurs du projet. Cela oblige les associations à diversifier leurs activités en associant des activités dont les recettes permettront au lieu d’exister et de continuer à se fabriquer : en plus d’héberger des personnes en grande précarité, les associations proposent des événements ponctuels mais aussi des espaces de restauration et de loisirs. Cela permet également d’apporter une mixité d’usages, de personnes et de temporalités qui enrichit le lieu et le processus. Le rôle de l’architecte est ici de mettre en place les conditions essentielles à l’occupation du site : gérer l’insalubrité du site, permettre la cohabitation des différents publics, mais aussi des différentes temporalités avec le chantier de l’éco-quartier qui débute lors de l’occupation du lieu. La collaboration des architectes urbanistes de Plateau Urbain avec les acteurs de Yes We Camp et d’Aurore a d’abord nécessité des réglages mais a ensuite permis d’enrichir le processus par la collaboration, le partage de connaissances et de méthodes qui ont contribué à faire avancer les réflexions sur le lieu. 

Questions & limites des lieux infinis

Pour les deux Lieux Infinis évoqués précédemment, et les Lieux Infinis en général, les recherches menées m’ont amenée à me questionner sur certains enjeux et limites. Les processus étant à la fois récents et souvent toujours en cours de transformation, il est difficile d’avoir un réel recul sur ces lieux qui pourtant ouvrent de très nombreuses perspectives. 

Une première question que j’aimerais soulever concerne la superposition des publics, souvent très différents (issus d’une programmation multiple), dans les Lieux Infinis. Dans le cas des Grands Voisins à Paris, cette question se traduit par : comment gérer le mélange de personnes en grande précarité qui vivent le lieu au quotidien et le grand public qui vient profiter d’activités ponctuelles plus festives ? La question est complexe : la mixité des publics dans un lieu offre une réelle richesse puisqu’elle permet le partage, le croisement, la rencontre, entre des populations qui ne croisent pas toujours ailleurs. Elle permet de repousser les frontières sociales, tout en incluant des temporalités différentes dans le vécu du lieu (la journée, le soir, la nuit…). La question des populations est un sujet sensible pour les Lieux Infinis : dès leur fondement, les porteurs de ces lieux tentent d’intégrer cette mixité dans les processus de fabrication et ont la volonté de la faire perdurer. Pourtant, les Lieux Infinis sont souvent critiqués du fait qu’ils attirent une classe de population aisée qui « boboïse » le lieu et le gentrifie, créant des décalages entre ces population et les habitants du lieu. Dans le cas des Grands Voisins, un entretien avec Pierre Machemie10 témoigne de cette question complexe : selon lui, les habitants du lieu, des personnes en grande précarité, ne se sentent pas légitimes à prendre part aux activités ouvertes au grand public qui prennent place sur le site, ce qui les rejette automatiquement dans les marges. Cette question se rattache directement aux usages proposés par les Lieux Infinis, et qui ne sont pas encore en mesure de rassembler réellement tous les usagers et habitants de ces lieux. Ces usages, en se cantonnant à des événements culturels ou artistiques, impliquent des représentations et des manières de vivre l’espace avec des représentations socio-culturelles très subjectives et identitaires, qui ne peuvent se rapporter à tous. 

Les Lieux Infinis nous amènent également à questionner le rôle des acteurs des Lieux Infinis. Dans certains cas, comme celui des Grands Voisins, les associations qui ont pris en charge la coordination du projet ont permis à cette friche de renaître, de dépasser son état « fini », et ce alors que les lieux présentaient une charge pour les propriétaires du foncier. Ils s’en sont portés garants, en acceptant les potentiels (locaux existant et disponibles, localisation, qualités sensibles du site…) mais aussi les contraintes comme le caractère éphémère du projet, les défis techniques liés à l’insalubrité du bâti, la gestion du chantier de l’éco-quartier en parallèle qui a grignoté les espaces petit à petit. Si les acteurs du projet sont fiers de ce qu’ils ont réalisé dans le lieu pendant leur brève occupation, il n’en reste pas moins que le lieu ainsi créé, avec toutes ses nouvelles qualités, revient au propriétaire du foncier qui aura pu profiter de l’activation du site pour sa nouvelle occupation. Cela ne plonge-t-il pas les porteurs de projet dans une certaine précarité permanente, notamment lorsque ces structures n’ont pas accès à des subventions ?

Il semble également important de revenir sur les questions de temporalité, puisque les Lieux Infinis ont, comme leur nom l’indique, vocation à tendre vers un temps infini. Ce passage se fait de manière différente selon les projets et selon les lieux, posant des questions spécifiques dans chacune des situations. Dans le cas des Grands Voisins, les temporalités sont complexes : il s’agit d’abord d’une occupation temporaire en attendant la transformation du site en éco-quartier, qui se traduit principalement par l’accueil de personnes en grandes précarité. Comment gérer à la fois le caractère éphémère du processus tout en accueillant une population qui a besoin de s’installer sur un temps long ? Pour la Grande Halle de Colombelles, les enjeux concernant la temporalité sont différents puisque le site n’est pas prédestiné à un autre usage : au contraire, les expérimentations menées sur le lieu ont pour objet d’être pérennisées par la suite. 

Enfin, les Lieux Infinis questionnent de manière forte le rôle de l’architecte. Plusieurs intègrent dans leur processus la permanence architecturale. Cet outil est, comme l’occupation temporaire, une manière d’occuper le lieu pour permettre sa transformation au plus près des besoins des utilisateurs. Ces outils, mis en place par les architectes, requestionnent son rôle dans la transformation des lieux. L’architecte de la Friche de la Belle de Mai, Matthieu Poitevin évoque par exemple que « Personne ne sait ce que j’ai fait à la Friche. (…) Peut-être que c’est ça l’avenir de ce métier, que l’architecture ne se voit pas, qu’elle semble avoir toujours été là, comme évidente. »11.

Pour conclure, je dirais que ce travail de recherche sur les Lieux Infinis ainsi que ce stage au sein du laboratoire CRESSON m’ont permis de me forger une attitude face au projet d’architecture et de construire des outils qui ont enrichi ma manière de l’aborder. Face aux bouleversements actuels qui heurtent notre monde, les Lieux Infinis m’ont permis d’entrevoir de nouvelles perspectives, en proposant des alternatives, des actions, des engagements à toutes les échelles. La recherche s’inscrit donc pour moi dans la continuité de ces réflexions en permettant la mise en perspective du rôle de l’architecte et de ses outils de conception. La recherche sur les Lieux Infinis pose en effet la question de la capacité pour l’architecte de se détacher de ses éléments de travail habituel pour penser des espaces dont la réalité est mouvante.

Citer ce billet : “A la recherche des Lieux Infinis, explorer une réalité mouvante”, par Tiffany Panchaud. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 27 septembre 2019. Lien : https://lcv.hypotheses.org/?p=15676.

  1. ENCORE HEUREUX. Lieux Infinis : construire des bâtiments ou des lieux ? Paris : B42, 2018, p.13 []
  2. GODIN Christian, MÜHLETHALER Laure. Édifier, L’architecture et le lieu. Lagrasse : éditions Verdier, 2005, p.53 []
  3. BERQUE Augustin, Chôra/topos. In Mouvance II, du jardin au territoire. Soixante- dix mots pour le paysage. Paris : éditions de la Villette, 2006, p.36 []
  4. AMPHOUX Pascal. In MANGEMATIN Michel (dir). Recueil. Le sens du lieu. Bruxelles : éditions OUSIA, 1996, p.95 []
  5. ENCORE HEUREUX. Lieux Infinis : construire des bâtiments ou des lieux ? Paris : B42. 2018, p.15 []
  6. DONADIEU Pierre, MAZAS Elizabeth. Des mots de paysage et de jardin. Dijon : Educagri, 2002, p.291 []
  7. MALDINEY Henri. In MANGEMATIN Michel (dir). Recueil. Le sens du lieu. Bruxelles : éditions OUSIA, 1996, p.94 []
  8. ENCORE HEUREUX. Lieux Infinis : construire des bâtiments ou des lieux ? Paris : B42, 2018, p. 15-16 []
  9. DIGUET Cécile. Urbanisme transitoire, programmation en action : une brèche pour le droit à la ville ? In ATELIERGEORGES, ROLLOT Mathias (dir). L’Hypothèse Collaborative. Conversation avec les collectifs d’architectes français. Paris : Hyper- ville, 2018, p.122 []
  10. GEORGE Lisa, Entretien avec Pierre Machemie, sociologue et résident aux Grands Voisins, 20 Mars 2018. In LES GRANDS VOISINS, 2019. Les Grands Voisins [en ligne]. [Consulté le 29.04.2019]. Disponible à l’adresse : https://les- grandsvoisins.org. []
  11. POITEVIN Matthieu. In ENCORE HEUREUX. Lieux Infinis : construire des bâtiments ou des lieux ? Paris : B42, 2018, p.281 []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.