Hospitalité des ambiances sonores et des pratiques acoustiques

Un mot sur le projet

Le projet “Hospitalité des ambiances sonores et des pratiques acoustiques” explore la capacité des ambiances sonores et des pratiques acoustiques à produire une situation d’hospitalité pour les communautés, en transit ou installées, issues de la Méditerranée, du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord  (MENA), présentes à Grenoble. Il vise à produire un volet du programme radiophonique Süden Radio coordonnée par Radio Papesse et composé de créations sonores dont 16 réalisées sur le territoire grenoblois (étudiants ÉSAD et ENSAG), 1 par l’artiste Aurélie Lierman et 30 sélectionnées à partir d’un appel à projets et des archives de Radio Papesse.

La réflexion déployée par Radio Papesse dans le cadre de ce projet sur l’hospitalité des ambiances sonores et des pratiques acoustiques rencontre d’une part l’intérêt de l’équipe CRESSON de l’UMR Ambiances, Architectures, Urbanités qui, à l’origine centré sur l’espace sonore, a fondé sa culture de recherche sur une approche sensible et située des espaces habités. Ces recherches s’appuient sur des méthodes pluridisciplinaires originales, à la croisée de l’architecture, des sciences humaines et sociales et des sciences pour l’ingénieur. Les travaux de recherche et d’expérimentation questionnent aujourd’hui les enjeux sociaux, écologiques, esthétiques, numériques, politiques et éthiques des ambiances.

La réflexion sur la notion culturelle de Sud qui est au cœur des interrogations ouvertes par le projet Süden Radio du collectif Radio Papesse rejoint d’autre part la réévaluation des processus de subjectivation liée à la territorialité, à partir des notions de transnationalité et d’intersectionnalité, entreprise par la plateforme « Pratiques d’hospitalité » de l’ÉSAD • Grenoble. Cette plateforme de recherche critique et d’imagination politique aborde la notion d’hospitalité comme un outil critique, afin de repenser le désir d’appartenance à un territoire et, à partir de là, le rôle de la sexualité, du genre, de l’ethnicité et de la classe dans les phénomènes globaux de pouvoir et d’inégalité. Les projets théoriques, artistiques et curatoriaux de la plateforme envisagent ainsi l’hospitalité dans une perspective post-nationale et non eurocentrique, pour reformuler les notions de territorialité et de localité à l’époque du nomadisme, de la circulation globale et d’économie des flux, de créolisation radicale et des phénomènes diasporiques.

Dans ce cadre, deux bandes sonores produites par des membres du Cresson ont été sélectionnés parmi la “shortlisted” à la suite d’un appel international aux sons lancé par Radio Papesse en Novembre 2018 : Les crieurs de rue par Noha Gamal Said et Moving Fragments of Saint-Bruno par Luciana Roça.

Les crieurs de rue: une pratique sonore dans les quartiers populaires au Caire

Noha Gamal SAID, Professeure Assistante, Université Ain Shams, Département d’architecture et de design urbain, Le Caire (Egypte) et chercheure associée au Cresson-AAU.

Noha présente son enregistrement au travers des questions qui lui ont été posées lors du plateau radio qui a eu lieu pendant l’Ecole d’hiver en janvier 2019 au Cresson.

Les crieurs de rue: une pratique sonore dans les quartiers populaires au Caire, mixage à partir de prises de sons réalisées entre 2010-2018, Noha Gamal Said

Q 1: Dites-nous d’où proviennent ces sons, qu’écoutons-nous?

Cette Bande sonore aborde l’un des phénomènes composant le paysage sonore des quartiers populaires du Caire: les crieurs de rue. Il évoque une manière spécifique d’habiter la ville qui porte des valeurs sonores. C’est une forme de commerce unique dans laquelle le marché se déplace vers les habitants. Dans mes enregistrements, j’ai rassemblé deux types de crieurs de rue: ceux qui chantent pour vendre leurs produits: le miel, les fèves, le pain; ou ceux qui utilisent des instruments musicaux primitifs: rababa, sifflet, cymbale à doigt; chacun de ces sons correspond à un produit spécifique.

Q 2: Cela ressemble à un hommage d’une ville qui semble résister à la modernité: vous nous écrivez, Le Caire est l’une des villes qui a encore la force et le droit de sonner avant que la modernité ne torde ses cordes vocales et ne lui apprenne à se taire à jamais. La modernité est donc un processus de silencer l’urbain?

L’intérêt porté à ce phénomène sonique peut attirer l’attention sur sa valeur et souligner la qualité sonore esthétique qu’il ajoute à la rue. Cependant, ce phénomène est menacé de disparition forcée en raison, d’une part, de la transformation massive des quartiers populaires : ceux-ci deviennent de plus en plus dense et change de configurations urbaines : des tours résidentielles de 13 étages. D’autre part, l’émergence de gated communities en tant que forme d’habitat contemporain fermée qui empêche ce phénomène de se poursuivre.

Q 3: Fait intéressant, en présentant votre article, vous avez mentionné le mot arabe al-wanas. Pouvez-vous nous dire pourquoi cela est si cohérent dans notre enquête sur l’hospitalité?

Ce n’est pas un hasard si al-wanas الونس (en langage courant ou الأنس en langage formel) – mot difficile à traduire mais qui évoque le réconfort émotionnel lié à la présence d’autrui, le sentiment d’être accompagné – fait référence à une expression phonique. Ce mot définit la relation sonore par laquelle la ville localise ses habitants dans un ensemble son et corps. Une autre dimension est l’acceptabilité sociale, et nous nous associons ici à l’hospitalité, car ces sons montrent comment l’espace sonore héberge ces sons, accepte la présence phonique des autres et leur permet de pénétrer dans la sphère sonore intime.

Références

Noha Gamal Said. 2015. Les crieurs publics : Un dispositif sonore dans les quartiers populaires du Caire. In : Claire Guiu; Guillaume Faburel; Marie-Madeleine Mervant-Roux; Henry Torgue; Philippe Woloszyn. Soundspaces : espaces, expériences et politiques du sonore , Presses universitaires de Rennes, ⟨http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3696⟩. ⟨hal-01324078⟩

Noha Gamal Said. 2014. Vers une écologie sensible des rues du Caire : le palimpseste des ambiances d’une ville en transition. Architecture, aménagement de l’espace. Université de Grenoble, Français. ⟨NNT : 2014GRENH004⟩. ⟨tel-01124262⟩

Moving Fragments of Saint-Bruno

Ecole d’hiver 2019, Radio Papese, photo prise par Noha Said

Luciana Roça. Doctorante à l’Université de São Paulo, Nomads.usp,  www.nomads.usp.br, stagiaire au sein de l’équipe CRESSON-AAU en 2019.

Moving fragments of Saint-Bruno, Grenoble, 2019, Luciana Roça

Cette pièce sonore est un montage imaginaire en flux. Nous vous suggérons de l’écouter avec des oreilles ouvertes et avec casque. Combien d’histoires peut avoir un quartier ? Cette pièce sonore est une invitation à entendre quelques fragments du quartier de Saint Bruno et de son marché, à Grenoble, France.  Les sons sont des événements perdus et des phrases cachées, pleines de contexte, emprisonnées dans l’enregistrement sonore. Les flux sonores qui peuvent être ou non compréhensibles, cela dépend parfois de notre réception. Le temps et les flux établissent ces petites frontières quotidiennes entre l’évènement sonore et celui qui écoute, moi et les autres. Comment pouvons-nous entendre et accueillir ces sons ?

Il s’agit donc d’un montage de registres sonores réalisés pendant des différents jours à Saint-Bruno, quartier de Grenoble connu pour son marché de rue, sa diversité socioculturelle et ses conflits sur la planification urbaine. La pièce sonore tente de représenter une promenade à travers ce voisinage, dans lequel l’enregistreur essaie d’être aussi en mouvement pour obtenir une compréhension globale du quartier, mais aussi de perdre certains de ces événements dans le flux urbain.

Porteurs du projet:
Jean-Paul Thibaud – Cresson – Laboratoire Ambiances, Architectures, Urbanités, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble
Simone Frangi ÉSAD – Grenoble – Valence
Enseignants et chercheurs engagés sur le projet:
Jean-Paul Thibaud (DR CNRS), Simone Frangi (Enseignant ÉSAD) (dir.) avec juL McOisans (IRMC), Nicolas Tixier (Enseignant ENSAG), Katia Schneller (Enseignant ÉSAD)
Artistes associés au projet
Radio Papesse, collectif radiophonique (www.radiopapesse.org)
Aurélie Lierman, artiste (www.aurelielierman.be)

Pour citer ce billet : Gamal Said, Noha ; Roça Luciana ; Thibaud, Jean-Paul. Hospitalité des ambiances sonores et des pratiques acoustiques. Le Cresson Veille et Recherche…mis en ligne le 12 octobre 2019, disponible sur : https://lcv.hypotheses.org/15721

 

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.