Hospitalité artistique et activisme visuel pour une Europe diasporique et post-occidentale : naissance d’une unité de recherche en art

La recherche scientifique à l’ESAD, École Supérieure d’Art et Design •Grenoble •Valence, se structure autour d’une toute jeune unité de recherche accréditée en 2019 pour 4 ans par la Direction générale de la création artistique1 à laquelle le Cresson-AAU contribue en tant que partenaire. Cette unité s’intitule : “Hospitalité artistique et activisme visuel pour une Europe diasporique et post-occidentale : étude critique de la relation entre pratiques artistiques contemporaines et transformation sociale.

Esad, photo prise par Noha Gamal Saïd, 2019
ESAD, photo prise par Noha Gamal Saïd, 2019

Cette équipe naissante est coordonnée sur le plan artistique et scientifique par Katia Schneller et Simone Frangi et interroge la notion d’hospitalité en Europe en mettant en avant les questions coloniales (colonialisme historique et colonialité résiduelle qui continue à informer les relations de l’Europe aux différentes diasporas) et une épistémologie anti-raciste. En ce sens, l’unité de recherche aborde la notion d’hospitalité artistique comme un outil critique permettant d’interroger à nouveaux frais, dans une perspective post-occidentale, diasporique et non européo-centrée, les processus de subjectivation liés à la territorialité, à la mobilité des corps, à leurs déplacements et leur accès à la visualité grâce aux pratiques artistiques.

L’unité de recherche « Hospitalité » articule trois objectifs :

  • Penser de manière critique le potentiel hospitalier des pratiques artistiques socialement engagées développant une action concrète dans la société civile dans un potentiel de transformation sociale ;
  • Mettre en place une activité de recherche collective dans un esprit coalitionnel avec une assise pédagogique forte et en lien avec la société civile en privilégiant la production de connaissances et sa transmission par l’élaboration de gestes artistiques et contextes curatoriaux comme des occasions de recherche « en acte » à part entière ;
  • Questionner ce que la réévaluation critique de l’espace méditerranéen pensé dans sa mondialisation et par conséquent de l’espace européen.

En particulier, « Hospitalité » s’intéresse aux pratiques artistiques, curatoriales et théoriques qui questionnent les trois axes de recherche suivant :

  1. Contre l’univocité identitaire : vers une Europe diasporique et non homogène ;
  2. Circulations et reconnections : une cartographie transnationale de la Méditerranée mondialisée ;
  3. Pratiques artistiques comme fabrique des citoyennetés flexibles et de nouveaux imaginaires politiques.

L’axe 1 porté par l’ESAD implique Noha Gamal Saïd du Cresson-AAU2, le collectif radiophonique Radio Papesse3 et Emilie Villez4.

Cet axe interroge le potentiel des pratiques sonores et d’écoute à déconstruire les récits politiques homogénéisant et soutenant la construction d’une identité européenne monolithique et à déployer de nouveaux récits géopolitiques d’ordre diasporique à la lumière de la notion de post-occidentalité.

Cet axe s’attache à comprendre comment l’expérience d’écoute – comprise non comme une réception passive, mais comme une négociation constante entre réception et interprétation – peut miner la nature binaire des États-nations (intérieur / extérieur, inclusion / exclusion, citoyen / non-citoyen). L’axe s’intéresse aux espaces liminaux et interstitiels exclus de la cartographie traditionnelle mais dont les paysages sonores s’ouvrent à des récits fluides.

Cette 1ère partie du billet est issu du Projet scientifique de l’unité “Hospitalité artistique et activisme visuel” rédigé par Katia Schneller et Simone Frangi.

Workshop “La théorie sonore des lignes

La vitalité de cet axe 1 s’est tout de suite exprimée au travers d’un Workshop “La théorie sonore des lignes” du 12 au 15 novembre 2019 organisé par l’unité de recherche “Hospitalité” en partenariat avec le Cresson-AAU grâce à l’encadrement de Noha Gamal Saïd & juL McOisans. Le Workshop s’est déroulé dans différents lieux : à l’ESAD-Valence, dans le quartier autour de l’ESAD et à l’ENSAG.

La théorie sonore des lignes, Abdellah M. Hassak, ESAD, photo de Noha Gamal Saïd

L’artiste sonore Abdellah M. Hassak5, en résidence artistique à l’ESAD, était présent durant l’ensemble du workshop. Son travail sonore est axé sur l’utilisation de la technologie numérique et le codage informatique au service de la transformation et de l’interactivité sonore. Sa démarche de création artistique est guidée par de nombreuses recherches liées à l’archivage et aux sonorités des lieux et des villes, tant dans ses dimensions de transformations sociales que géoculturelles.

Il a présenté ses méthodes, des performances solos qui répondent à une démarche “ambient”, soundscape, en environnement immersif avec des narrations poétiques, en utilisant des équipements analogiques ou numériques, des logiciels tel que Ableton Live ou Pure Data, ou des compositions acousmatiques.

Séance d’écoute collective, ESAD, Photo de Carola Haupt

Une séance d’écoute collective multicanal a suivi. Elle a permis d’écouter en parallèle quatre parcours sonores effectués dans le quartier autour de l’ESAD au même moment mais spatialement indépendants, et d’entendre ainsi les moments et lieux de croisements ou au contraire, les moments de divergence.

Journée d’étude sur les pratiques sonores du Cresson

Une journée entière a été consacrée aux pratiques sonores du Cresson et s’est déroulée à l’ENSAG le 13 novembre 2019 sous la direction de Noha Gamal Saïd.

La journée a débuté par deux présentations qui visent à monter les différentes manières par lesquelles l’équipe Cresson aborde la dimension sonore, approches multidisciplinaires qui croisent la dimension spatiale, sociale et acoustique.

Effets sonores, paysages sonores

La première présentation de Nicolas Tixier intitulée “Effets sonores, paysages sonores”, l’écoute in situ où il montre comment le CRESSON a développé dès la fin des années 70 des recherches interdisciplinaires sur le sonore dans les espaces habités en proposant en particulier une notion nouvelle, celle d’effet sonore, et tout un ensemble de méthodes pour aborder l’environnement sonore en particulier puis les ambiances en général.

La notion d’effet sonore, proposée par Jean-François Augoyard et développée par toute l’équipe du CRESSON, permet de réunir trois domaines généralement séparés : celui de la donnée sonore, celui de l’action sonore et celui de la perception sonore. Sont également pris en compte le rapport au contexte et à la situation, ainsi que la dimension affective et imaginaire. Un répertoire de plus de 80 effets a été élaboré, utile autant pour l’analyse que pour la conception architecturale et urbaine ou encore la composition sonore.

Pour mettre en regard et en débat la notion d’effet sonore avec celle de paysage sonore, on s’intéressera à une recherche pionnière réalisée par R. Murray Schafer.

En 1975, cinq villages en Europe sont étudiés par un groupe de chercheurs canadiens mené par Murray Schafer, membres du « World Soundscape Project » (WSP). Les villages se situent en France (Lesconil), en Suède (Skruv), en Écosse (Dollar), en Allemagne (Bissingen) et en Italie (Cembra). Murray Schafer est chercheur et compositeur, ancien élève du théoricien de la communication Marshall McLuhan ; il est un des pionniers des études sur les paysages sonores. C’est lui qui propose au début des années 70 le terme de soundscape, terme qui s’imposera très vite pour désigner ce qui compose une unité esthétique dans l’organisation sonore d’un environnement.

En 2000, Helmi Järviluoma de l’Université de Turku en Finlande avec une belle équipe pluridisciplinaire (acousticien, musicien, architecte, ethnologue, musicologue…) démarre un projet intitulé Acoustic Environments in change. Ce projet est une recherche de l’évolution des paysages sonores des cinq villages étudiés 25 ans auparavant par Murray Schafer et son équipe. Un village finlandais est ajouté pour l’occasion, Nagu, portant ainsi à six le nombre de sites étudiés. Le CRESSON a contribué à l’étude du village de Lesconil (Sud Finistère)6.

Le sonore, les lignes et le temps

La deuxième présentation de Noha Gamal Saïd a porté sur le thème ” Le sonore, les lignes et le temps ” qui met en lien plusieurs projets de recherche : “Zerka : la source bleue et l’urbanisation des oasis de méditerranée” ; “Esquis’Sons : outils d’aide à la conception d’environnements sonores durables“, puis sa thèse : “Vers une écologie sensible des rues du Caire : le palimpseste des ambiances d’une ville en transition“, pour montrer comment le diagnostic sonore peut amener à une autre compréhension, plus approfondie de l’urbain. La notion de ligne apparaît dans sa présentation à la fois spatiale, sous la forme de parcours, et temporelle pour montrer comment les phénomènes sonores se reproduisent dans le temps.  

Radio Papesse

Ensuite Radio Papesse a été présenté par Carola Haupt et Ilaria Gadenz, toutes deux basées à Florence (Italie). Il s’agit d’une plateforme de production, de diffusion et d’archivage audio dédiée à l’art contemporain et à la création sonore expérimentale qui s’intéresse particulièrement aux questions de construction d’une forme citoyenneté à travers l’expérience de l’écoute. La dimension privilégiée de Radio Papesse est la recherche et l’expérimentation autour de l’écoute et elle choisit le langage de la radio pas seulement comme son médium mais aussi comme dispositif à travers lequel raconter comment on fait de l’art aujourd’hui en déconstruisant les règles du storytelling radiophonique.

Losonnante

La journée s’est terminée par une séance d’écoute solidienne animée par Sébastien Depertat et Thomas Bonnenfant autour de leur création Losonnante.

  • Références et liens :
  • Plateforme Pdh pratiquesdhospitalite.com
  • Sound Conception https://hassak.net/soundconception/
  • Radio Papesse http://www.radiopapesse.org
  • Gamal Said, Noha ; Roça Luciana ; Thibaud, Jean-Paul. Hospitalité des ambiances sonores et des pratiques acoustiques. Le Cresson Veille et Recherche…mis en ligne le 14 octobre 2019, disponible sur : https://lcv.hypotheses.org/15721
    En version EN : https://lcv.hypotheses.org/15733
  • Tim Ingold, Une brève histoire des lignes, Paris, Zone Sensible, 2011. L’exposition Une brève histoire des lignes propose un point de vue original sur la pratique du dessin et du tracé de 1925 à nos jours. Élargissant la définition stricte du dessin, elle explore la manière dont les lignes s’inscrivent dans notre quotidien et notre environnement. Qu’elles soient pérennes ou éphémères, physiques ou métaphoriques, elles sont omniprésentes : dans le geste de l’écriture, les sillons du paysage ou encore le sillage laissé par nos gestes et trajectoires.

Pour citer ce billet : Gamal Saïd, Noha. Mise en forme par Françoise Acquier. Hospitalité artistique et activisme visuel pour une Europe diasporique et post-occidentale : naissance d’une unité de recherche en art. Le Cresson Veille et Recherche…mis en ligne le 27 janvier 2020, disponible sur : https://lcv.hypotheses.org/15884

  1. Projet 2019 pour 4 ans jusqu’au 2022 accrédité par la Direction générale de la création artistique. Sous-direction de l’emploi, de l’enseignement supérieur et de la recherche Mission recherche []
  2. Chercheuse et Cresson et maître de conférences à l’école d’architecture d’Ain Shams au Caire []
  3. Radio Papesse (Haupt Carola & Gadenz Ilaria), collectif radiophonique et plateforme de production curatoriale. Curatrices associées (encadrantes) []
  4. Directrice de la Kadist Art Foundation []
  5. Artiste sonore, nouveau média, producteur de musique, et ingénieur en nouvelles technologies []
  6. En savoir plus : Lesconil : ethnologie sonore revisitée d’un port breton https://lcv.hypotheses.org/6920 []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.