Documenter les changements urbains par la photographie : Camilo José Vergara

Au Cresson l’Atelier des thèses réunit mensuellement les doctorants et les chercheurs impliqués dans le suivi de leurs travaux. Chaque rendez-vous est thématisé et celui d’octobre 2019 était centré sur le thème du récit et plus précisément le récit d’expérience du chercheur, le récit des entretiens menés lors des enquêtes de terrain.

Plusieurs auteurs ont été invoqué comme Jean-Yves Petiteau et ses travaux sur les itinéraires, Michael Sheringham et son livre Traversées du quotidien,… et Camilo José Vergara.

Camilo José Vergara (né en 1944 à Santiago du Chili) est un écrivain, photographe et documentariste né au Chili et basé à New York. À partir des années 1980, Vergara a photographié les mêmes bâtiments et les mêmes quartiers à intervalles réguliers pendant de nombreuses années pour saisir les changements au fil du temps.1

Pour mieux comprendre ce travail de « reconduction photographique », Nicolas Tixier nous invite à relire des extraits du chapitre publié chez MētisPresses dans le livre Traversées Urbaines2 qui met en regard la fiction Smoke où Auggie Wren (Harvey Keitel) photographie le même carrefour tous les jours et les travaux de Vergara.

Auggie Wren et Camilo José Vergara

Auggie Wren (Harvey Keitel) tient un débit de tabac à Brooklyn au coin de la 16e rue et de Prospect Park West. Chaque matin il traverse le carrefour face à sa boutique et dispose avec attention, toujours au même endroit, son appareil photo sur un trépied. Il regarde sa montre, attend la bonne heure et appuie sur le déclencheur. Ce n’est qu’ensuite qu’il regarde dans le viseur, puis note une courte remarque sur un calepin qu’il range ensuite dans la poche avant de sa chemise. Cette photo rejoindra un album où jour après jour, page après page, depuis de nombreuses années et sans jamais prendre de vacances, se sédimente l’histoire d’un angle de rue, son angle de rue.

Cette histoire, Le conte de Noël d’Auggie Wren, est parue dans New York Times du 25 décembre 1990, suite à la demande du quotidien à Paul Auster d’une courte nouvelle originale3. Le lendemain de Noël, le réalisateur Wayne Wang tombe par hasard sur cette pleine page. Il rencontre en mai 1991 l’écrivain. Ensemble ils réaliseront Smoke (1995), adaptation de la nouvelle. Paul Auster enchaînera avec la réalisation de Brooklyn Boogie (1995), joyeux portrait des personnages du quartier que l’on croise autour de la boutique à cigares et à négoce en tous genres du même Auggie Wren, la Brooklyn Cigar Company.

Paul Benjamin (William Hurt), un écrivain habitué du lieu, rentre dans la boutique juste au moment de la fermeture. Il voit l’appareil photo posé sur le comptoir et demande s’il n’a pas été oublié par un client. Non. Le buraliste l’entraîne à l’arrière de la boutique. Ils s’assoient. Auggie sort un album de ses photos. Il y a quatre photographies par page. Toutes sont en noir et blanc. La date de prise de vue est indiquée sur un scotch blanc sous chaque image. Ils boivent une bière, fument. Paul tourne les pages d’un premier album, puis d’un deuxième et d’un autre encore. « Ralentis. Il faut y aller plus lentement, sinon tu ne comprendras pas » conseille le photographe-buraliste. Un peu plus tard, il ajoute :

Elles sont toutes les mêmes, et pourtant chacune est différente des autres. Tu as des matins lumineux ; des matins brumeux ; tu as des lumières d’été et des lumières d’automne ; tu as les jours de la semaine et les week-ends ; tu as des personnes avec des manteaux et des bottes de caoutchouc et tu as les gens en T-shirts et en shorts. Parfois ce sont les mêmes personnes, parfois elles sont différentes. Parfois, les différentes deviennent les mêmes, et les mêmes disparaissent. La terre tourne autour du soleil et chaque jour la lumière du soleil frappe la terre à partir d’un angle différent.

Figure 1 : Auggie Wren (Harvey Keitel) – Photogramme issu du film « Smoke », Réalisation : Wayne Wang. Scénario : Paul Auster. Directeur de la photographie : Adam Holender. Musique : Rachel Portman, Dmitri Chostakovitch. Production : Bob Weinstein et Harvey Weinstein, 1995

Auggie Wren construit avec une méthode simple, mais rigoureuse, une observation du quotidien urbain en considérant son coin de rue comme un formidable observatoire de la vie qui passe. Si Auggie est un personnage de fiction, de nombreuses personnes bien réelles mènent comme lui un travail de reconduction4 , dont le photographe Camilo José Vergara.

Chilien d’origine, Camilo José Vergara habite depuis les années 1970 à New York, ville qu’il photographie et sur laquelle il écrit depuis plus de quarante ans.
Il documente des quartiers, le plus souvent des ghettos, s’intéresse aux situations urbaines en crise, et dresse des portraits tant de l’habitat que des habitants. Travail artistique remarquable, sa production n’en est pas moins une documentation sociale, de véritables enquêtes, comme le montre le prix Robert E. Park de l’American Sociological Association qu’il obtint en 1997 pour son ouvrage The New American Ghetto.

Vergara se donne des éléments de méthode pour décrire par la photographie ce quotidien urbain5. Il quadrille par exemple un quartier avec des prélèvements réguliers selon des thèmes qui lui semblent pouvoir énoncer le lieu : devantures de magasin, angles de rue, entrées d’immeubles, mais aussi les Street memorials, ou encore les chiens errants, autant de choses qui sont pour lui une façon de comprendre le Ghetto par ses signes (The Stigma of the Ghetto, Memories and Blame, etc.). Il peut se donner également comme principe de suivre une ligne de métro pour s’intéresser aux scènes urbaines qui entourent chacune des stations, articulant ainsi les échelles par le jeu d’une traversée souterraine et de prélèvements en surface.

Mais ce qui, ici, nous intéresse le plus dans la production de Camilo José Vergara, c’est son travail de reconduction photographique, qui année après année, lui permet de mettre littéralement en regard l’évolution d’un lieu sur bientôt quarante ans. Ce travail de reconduction lui est un outil précieux pour saisir un lieu dans la durée, du devenir “ruine” de certains à la gentrification progressive d’autres. Réalisant toutes les prises de vue lui-même – ce qui est rarement le cas dans les missions photographiques institutionnelles – il est très attentif à garder les mêmes points de vue, angle et objectif, pour que les images puissent être comparables. Ses textes sont autant le récit de sa propre expérience de reconduction que l’analyse des images prises à des années d’intervalle et qui, mises côte à côte, racontent par elles-mêmes ces évolutions. Vergara incorpore dans ses descriptions l’évolution de son propre regard. Tracking Time titre-t-il en synthèse de son travail6.

Extrait de Nicolas Tixier. Le même et le différent. In Traversées urbaines. Films et villes en regard, MētisPresses, pp. 101-108, 2015. ⟨hal-01518094⟩

Suite à cet atelier des thèses nous avons acquis trois ouvrages de C J Vergara sur le marché de l’occasion pour le fonds de la bibliothèque du Cresson. Ils sont présentés par ordre chronologique de parution.

Couv livre ghetto vergara
The new American ghetto. Camilo José Vergara. New Brunswick : Rutgers university, 1995.ISBN : 978-0-8135-2209-8

Le New American Ghetto propose une exploration, sur près de deux décennies (1970-1990), des ghettos de New York, Newark, Los Angeles, Chicago, Detroit et de villes plus petites. Camilo Jose Vergara décrit, à travers des photographies et des textes, les profondes transformations que ces lieux ont connues depuis les émeutes des années 1960. Il fournit des observations directes des paysages, des zones résidentielles et des institutions aux terrains vagues et aux usines abandonnées. Il prend des photographies successives des mêmes lieux, en suivant l’évolution du temps – des changements qui ont rendu les conditions des ghettos d’aujourd’hui très différentes de celles d’une époque antérieure. Les interviews des habitants et les recherches historiques de Vergara contribuent à sa vision unique de la nature et de la signification du centre-ville.

couv livre American ruins vergara
American Ruins. Camilo José Vergara. New York : The Monacelli Press, 1999
ISBN : 978-1-58093-056-7

La détérioration des centres-villes américains contraste fortement avec la prospérité qui a caractérisé les États-Unis pendant une grande partie du XXe siècle. Le photographe et sociologue Camilo José Vergara a passé des années à documenter le déclin de l’environnement bâti à New York, Newark et Camden, New Jersey, Philadelphie, Baltimore, Chicago, Cary, Indiana, Detroit et Los Angeles. Ses séquences photographiques montrent des édifices civiques et commerciaux autrefois grandioses sous forme de ruines fantomatiques. À la fois critique cinglante de l’indifférence nationale à l’égard du sort des centres-villes et méditation sur l’impact esthétique des bâtiments désolés et négligés, American Ruins est le témoin d’une époque de disparition de la ville américaine.

Harlem couv livre de Vergaga
Harlem : the unmaking of a ghetto. Camilo José Vergara, Auteur ; Timothy J. Gilfoyle, Préfacier, etc. Chicago : The University of Chicago Press. Historical studies of urban America. 2013. ISBN : 978-0-226-85336-9

Le photographe Camilo José Vergara fait la chronique du quartier de Harlem sur une longue période de 43 ans (1970-2013), et témoigne ainsi des changements urbains. En retournant sans cesse aux mêmes endroits au cours des décennies, Vergara est nous montre une communauté en constante évolution – certaines zones sont en déclin, car les entreprises de longue date cèdent la place à des façades de magasins vides, des graffitis et des ordures, tandis que d’autres zones se gentrifient.

Pour citer ce billet : Tixier Nicolas et Acquier Françoise. Documenter les changements urbains par la photographie : Camilo José Vergara. Le Cresson Veille et Recherche. Mis en ligne le 24 01 2020. https://lcv.hypotheses.org/16070.

  1. Wikipedia contributors. (2019, December 5). Camilo José Vergara. In Wikipedia, The Free Encyclopedia. Retrieved 10:33, January 24, 2020, from https://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Camilo_Jos%C3%A9_Vergara&oldid=929449711 []
  2. (Extrait de Nicolas Tixier. Le même et le différent. In Traversées urbaines. Films et villes en regard, MētisPresses, pp. 101-108, 2015. ⟨hal-01518094⟩ []
  3. La nouvelle est disponible en français ainsi que l’adaptation pour le film : Smoke, suivi du conte de Noël d’Auggie Wren et Brooklyn Boogie, Arles, Éditions Actes Sud, 1995 []
  4. Nous ne pouvons évoquer ici le travail plus institutionnel et tout aussi intéressant des différentes missions et observatoires photographiques du paysage. On renvoie par exemple au travail de Raphaële Bertho, La Mission photographique de la DATAR, Un laboratoire du paysage contemporain, Paris, La Documentation française, 2013 []
  5. On s’appuie principalement sur son travail édité et en particulier : New American Ghetto (1995) American Ruins (1999), Subway Memories (2004), Harlem: The Unmaking of a Ghetto (2013). []
  6. http://www.camilojosevergara.com []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search