Forms of Experienced Environments. Questioning relations between humans, aesthetics, sciences

L’envie qui a guidé cet ouvrage a était celle d’une publication anglophone, réunissant des personnes d’horizons disciplinaires variés autour des « formes environnementales ». Cette envie s’est construite suite à un colloque réalisé en 2015 Des formes pour vivre l’environnement et a muri jusqu’à la publication de cet ouvrage.

Géographes, historien.ne.s de l’art, spécialistes en études littéraires, philosophes… se sont prêtés à l’exercice qui consistait à aborder les formes environnementales selon 4 entrées :

  • les formes comme expériences esthétiques de nos environnements quotidiens abordant des aspects conceptuels autour de celles-ci (contributions de Rainer Kazig, d’Olivier Labussière et de Hervé Regnauld, Manhaz Shah, Patricia Limido) ;
  • les narrations comme formes environnementales, questionnant ainsi les contextes politiques, scientifiques et écologiques de la production de ces narrations/formes (avec ici les contributions de Karen Houle et Emilie Hache) ;
  • les formes environnementales considerées comme médiations ayant des potentialités spirituelles, en termes de rites et en termes de connaissances (contributions de Etienne Grésillon, Bertrand Sajaloli et de Daniel Niles) ;
  • la production des formes environnementales (contributions de Suzanne Paquet et de Nathalie Blanc, Thomas Lamarche, Mathias Lefebvre, Etienne Grésillon, Patrick Degeorges).

Cet ouvrage explore alors les « formes environnementales » en fonction de leurs relations avec les transformations socio-politico-écologiques en cours. De nos jours, l’environnement est un thème central du discours politique, des travaux scientifiques et de la vie ordinaire. Il est multidimensionnel : c’est un espace de vie, un système socio-écologique et un champ de recherche et d’action. Cependant, malgré la présence et la diversité des approches existantes, en fonction des acteurs, des échelles et des situations, les manières dont les politiques abordent les enjeux environnementaux restent principalement axées sur le contrôle, mettant en évidence les dimensions techno-écologiques, managériales et curatives de l’action publique. Si l’action publique tend à instrumentaliser l’environnement, les sciences humaines et sociales ont initié des réflexions significatives dans ce domaine, en proposant des modes alternatifs de réflexion sur l’environnement dans ses multiples aspects et échelles. Dans le cadre d’une « autre approche » de l’environnement qui reflète les développements contemporains, cet ouvrage aborde le concept de « forme environnementale ».

Cette approche fondée sur la forme a été largement négligée par la littérature académique traitant des thèmes environnementaux. L’objectif a été donc de réunir des auteurs qui traitent de l’environnement et/ou des formes environnementales et de les inciter à développer des analyses transversales entre ces deux approches. Nous croyons fermement que leurs analyses, mises ensemble dans cet ouvrage, ouvriront une nouvelle perspective sur les relations entre les personnes, l’esthétique et les environnements.

Pour mener à bien ce projet, la maison d’édition Cambridge scholars a été choisie pour son ouverture thématique, son « honnêteté » dans le suivi et dans les relations de confiance réciproques entre les éditeurs scientifiques de l’ouvrage et la maison d’édition.

Éditer un livre en anglais quand on est francophones nécessite certains ajustements. Ainsi, outre les relectures de l’éditeur, le concours de deux traducteurs (notamment sur l’introduction mais aussi sur le reste de l’ouvrage) a été nécessaire. Sophie Provost (UMR AAU) et Neil O’ Brian (Traducteur indépendant-Nollez Ink) ont participé à la bonne tenue de ce projet. Merci à vous deux pour votre travail !

Plus largement, éditer un livre, en plus de l’accompagnement par la maison d’édition, nécessite parfois un travail en compagnonnage. Ainsi, deux collègues ont relu l’ensemble ou partie de l’ouvrage : Florence Daniel (éditrice scientifique) a lu l’ensemble et nous a donné son avis sur la cohérence de l’ouvrage et Rainer Kazig (chercheur CNRS CRESSON/AAU et contributeur de l’ouvrage) a lu l’introduction et nous a fait ses retours avant que nous la finalisions. Merci pour votre temps !

La photo de la page de couverture est quant à elle l’œuvre de notre collègue Silvère Tribout (MCF IUGA-UGA-UMR PACTE). Merci pour ce beau cliché aérien !

Blanc, Nathalie ; Manola, Théa et Degeorges, Patrick (Ed.). (2020). Forms of Experienced Environments: Questioning Relations Between Humans, Aesthetics, and Sciences. Newcastle upon Tyne, UK : Cambridge Scholars Publishing. 224 p.
ISBN (13): 978-1-5275-4528-1
https://www.cambridgescholars.com/forms-of-experienced-environments

This book explores ‘environmental forms’ in terms of their relationships to the socio-politico-ecological transformations currently in progress. Today, the environment is a central theme in political discourse, scientific work and everyday life. It is multi-dimensional: it is a living space, a socio-ecological system and a field of research and action. However, despite the presence and diversity of existing approaches, the ways in which policies address environmental issues remain mainly focused on control, highlighting the techno-ecological, managerial and curative dimensions of public actions. Although public action tends to instrumentalise the environment, the humanities and social sciences have initiated significant reflections in this field, proposing alternative ways of thinking about the environment in its multiple aspects and scales. As part of ‘another approach’ to the environment that mirrors contemporary developments, this book adopts a form-based approach which has been largely neglected by previous studies dealing with environmental themes. The analyses provided here will open up a new perspective on the relationships between people, aesthetics and environments, and are drawn from different schools of research, highlighting the huge potential of reading the environment through forms or, conversely, a reading of environmental forms.


TABLE OF CONTENTS
Introduction – Nathalie Blanc and Théa Manola

Part A: Forms as Aesthetic Experience of (Ordinary) Environment. Questioning Concepts

Chapter 1
Embedded Aesthetics. An Empirical Approach to Everyday Aesthetic. Relations to the Environment and its Application to Urban Spaces – Rainer Kazig
Chapter 2
Ambience: An Introductory Experience to Our Ordinary Environment – Olivier Labussière
Chapter 3
Thinking (Coastal) Landscape: Between Artialisation and Scientalisation – Hervé Regnauld, Manhaz Shah & Patricia Limido

Part B: Narratives as Environmental Forms. Questioning Scientific, Political and Ecological Context

Chapter 4
Ecological Poetics in situ: Experimental Forms and Hybridisation – Karen L. F. Houle
Chapter 5
Making Stories: Ecofeminist Narratives and Transformation of the World – Emilie Hache

Part C: Spiritual, Ritual and Knowledge Potentials of Environmental. Forms. Questioning Forms as Mediations

Chapter 6
Environmental Forms: Landscape Sources of the Sacred – Etienne Gresillon & Bertrand Sajaloli
Chapter 7
The Charcoal Forest: Sensing the Agencies of Nature – Daniel Niles

Part D: Production of Environmental Forms. Questioning Art and Politics

Chapter 8
Activating Public Spaces. Micro-Interventions, Urban Sites and Circulating
Images: Continuous Creation of Environmental Forms – Suzanne Paquet
Chapter 9
Forms and Habitability for a Relational Assessment of Territories – Nathalie Blanc, Thomas Lamarche, Mathias Lefebvre, Etienne Grésillon & Patrick Degeorges


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search