A l’écoute des Quartiers Gemmayzeh et Mar Mikhaël…quatre mois après la double explosion du 4 Août 2020 (Beyrouth, Liban)

Ce billet expose un projet mené avec des étudiants en Master 1 de l’Atelier du paysage, au département d’Architecture à l’Université Libanaise, branche 3. Ce projet vise à introduire l’expérience urbaine, l’environnement sensible et les pratiques habitantes ordinaires et singulières dans le processus prévu de reconstruction des quartiers détruits de Mar Mikhaël suite à la double explosion de 4 Août 2020 à Beyrouth, Liban.

Cet évènement traumatique se situe entre deux émotions : le choc, le traumatisme d’une part et l’espoir, la solidarité d’autre part, c’est de survivre au « son » destructif de la double explosion et de s’en sortir par le « son » de solidarité et de forces de déblaiement des vitres cassés. À cet égard, « le sensible est bel et bien en train de remonter à la surface, de se faire entendre, et l’ambiance en est un de ses plus puissants porte-voix » (Thibaud, 2018)

« Le Liban avant l’explosion ne sera jamais comme le Liban après la double explosion du 4 Août », une expression adoptée par les libanais pour exprimer leur inquiétude du futur inconnu du pays mais certains voulaient dire qu’ils n’ont pas perdu l’espoir de résurgence de se mobiliser malgré le traumatisme et le sentiment d’insécurité.

Cependant, la destruction de ces quartiers à valeur patrimoniale pose plusieurs problèmes : l’étendue et le coût des dommages, les conditions de vie précaire des habitants sans domicile, l’irrévocabilité de l’aspect patrimonial bâti et du vécu de ces quartiers détruits. La vulnérabilité de ces lieux chamboulés va sans doute influencer notre façon d’approcher leur transformation et de penser leurs mutations actuelles et futures en train de se métamorphoser. On se pose alors les questions, dans les conditions d’une extrême vulnérabilité des habitants et d’un véritable traumatisme collectif, de comment activer les ressources d’un monde abîmé, réanimer au quotidien de tels milieux urbains, cultiver la richesse des mémoires collectives, et intensifier la puissance des récits de vie et des gestes ordinaires.

Comment un processus de reconstruction peut-il intégrer et impliquer les populations concernées ? Que faire de l’existant mais aussi du disparu et comment leur donner place dans les espaces reconstruits ? Qu’est- ce qu’une approche par les ambiances, une notion très peu connue au Liban, est-elle susceptible d’apporter en la matière ?

Une démarche en termes d’ambiances était déjà mise à l’épreuve en interrogeant ce qui importe dans l’acte d’habiter et de reconstruire. L’étude consiste ici à restituer des observations par rapport à la situation actuelle, de s’inscrire dans une problématique de l’expérience, en accordant une attention toute particulière au registre sensoriel, du ressenti et de l’écoute, de se focaliser sur le sensible pour comprendre ce qui se joue et comprendre l’importance des liens sociaux qui font la vie de ce quartier et du risque de leur évacuation.


Visite des terrains vulnérables


Les étapes du travail proposé sont inspirées de la méthodologie du Transect conceptualisée par Nicolas Tixier au sein du Laboratoire Cresson. De ce fait, chaque groupe d’étudiants a réalisé son enquête in situ en adoptant un de ces trois mediums d’analyse sensible : la coupe urbaine, le récit de lieu ou les dispositifs vidéographiques. L’idée principale de cette enquête est de : marcher, noter, photographier, filmer, ainsi qu’enregistrer. Les enregistrements ont pris deux formes : Les enregistrements des entretiens avec les enquêtés des anecdotes, des discussions entre les enquêteurs afin de révéler l’affectif dans les récits de vie et les témoignages des habitants, ou des simples exercices d’écoute dans certains lieux afin d’explorer la capacité des ambiances sonores et de comprendre à travers les pratiques acoustiques les transformations de ces espaces.

Cependant et suite à la situation actuelle dans les quartiers sinistrés et les mesures de prévention contre la propagation du virus Covid19 au Liban, visiter un tel terrain est désormais une tâche difficile, et présente plusieurs enjeux et défis : soit pour accéder au terrain, approcher les habitants, ou même la possibilité de prendre des photos…. Et par suite, le projet n’était pas réalisé seulement dans l’objectif de saisir et de définir les ambiances de ces quartiers dévastés par la double explosion mais il s’agira  aussi de tester la portée heuristique de ces méthodes in situ dans un tel contexte, ce type d’enquête s’avère une façon d’interroger et de repenser leur pertinence dans les terrains vulnérables, et par suite que « la manière de faire puisse paraitre aussi signifiante que le résultat de l’action et le style de l’expression pèse autant que le signifié ou l’exprimé » (Augoyard, 2010). D’où d’autres questionnements se dévoilent : Comment faut-il approcher ces quartiers ? Comment saisir l’aspect diffus de la vulnérabilité de ces lieux ?

« Les pratiques de traversées urbaines utilisant la photo ou la vidéo sont nombreuses; elles sont plus souvent réalisées dans le cadre de productions artistiques ou de communications post-projet, mais elles sont encore assez peu utilisées pour projeter ou débattre des situations et des enjeux »

(Tixier, 2016)

L’itinéraire parcouru comprend la rue principale de Gemmayzeh et la rue d’Arménie à Mar Mikhaël. Un des protocoles de cette enquête était de réduire le nombre de visite dans ces quartiers le plus moins possible. Durant notre première visite au quartier le 04/12/2020 les étudiants ont essayé durant une seule journée et en parcourant cet itinéraire de mener des entretiens avec des habitants passant dans les rues ou avec d’autres qu’ils ont rencontrés sur place, dans lieu de travail, avec des bénévoles qui travaillaient et qui recevaient les habitants dans des pavillons installés sur des placettes et les trottoirs, et avec des ouvriers du bâtiment qui s’activaient partout dans les rues et sur les immeubles. En effet, chacun de ces étudiants avait une relation différente avec ces quartiers, parmi eux, certains n’ont jamais visité ces quartiers, d’autres étaient des habitués de ces quartiers qui représentaient avant la double déflagration du 4 Août le cœur battant de la vie nocturne beyrouthine. En effet, ses quartiers hébergeaient de nombreuses discothèques, boites de nuit et pub et abritaient de même des cafés, des restaurants, des galeries, et des lieux de culture. le troisième groupe des étudiants sont ceux qui se sont engagés comme bénévoles et ont passé une période allant de quelques jours à plusieurs semaines dans ces quartiers après l’explosion, pour eux ces lieux sont chargés d’émotions fortes et des sentiments, et d’une certaine manière cette visite a fait revivre et surgir leur mémoire, la visite étaient un moment pour raconter leurs expériences, leurs témoignages et celui des citoyens qu’ils ont rencontrés durant la période de leur engagement en bénévolat. Les trois types d’étudiants à travers leur vécu ont tissé des liens affectifs différents avec ces quartiers. Alors que tous exprimaient lors du lancement du projet le même désir d’exercer une responsabilité envers ces lieux dévastés, chacun d’eux a choisi de s’exprimer et d’approcher ces lieux d’une façon différente ce qui a reflété une variété d’expression et de mode de représentation dans le rendu final de leur travail.


Rendu Final…

« Nous partons de l’idée que l’environnement sensible peut fonctionner comme un embrayeur de parole, que les ambiances locales peuvent être un motif à la verbalisation. De même que la parole ne prend de sens que sur un fond de non-dit, le perçu engage inévitablement un fond d’inattention. Rendre compte d’un événement présuppose qu’il nous soit perceptible, qu’il devienne suffisamment prégnant pour qu’il parvienne à nous parler, à nous faire parler et à parler à travers nous. »

(Thibaud, 2003)

Le rendu final de cette enquête a pris des formes distinctes :

  • Transects urbains de la rue d’Arménie à Mar Mikhael : trois groupes d’étudiants dont chacun a élaboré un transect pour les deux façades Est et Ouest de la rue d’Arménie, les relevés photographiques des façades urbaines constituent les arrière-plans de ces transects,  les autres couches révèlent les dimensions architecturales, sensibles et sociales et le ressenti des étudiants qui ont passé cette journée dans ces quartiers. Ces couches sensibles ont pris la forme de photos, de petits textes, de croquis, de petits récits avec les enquêtés.
  • Un photo-roman restitue un itinéraire réalisé entre deux étudiants- bénévoles et un photographe qui a décidé de retourner et de rester au Liban après la double explosion du 4 Août.
  • L’ambiance sonore a été représentée soit sous forme de bandes sonores et de cartes sonores interactives prises dans certains lieux sur l’itinéraire choisi et sous forme de montage sonore enregistré tout en marchant dans les rues Gemmayzeh et Mar Mikhaël.
  • Deux types de dispositifs filmiques ont été réalisés, l’un issu des récits propres à ces quartiers : paroles d’habitants et des bénévoles, leur témoignages… alors que l’autre propose un montage des séquences filmées lors de la visite et qui a pour objet de filmer les étudiants en train d’enquêter dans ce quartier : leur déambulation, leurs mouvements, leurs interactions avec l’espace ou la façon dont ils approchaient les habitants. Cette vidéo essaie aussi de capter les traces matérielles de ce quartier tels les travaux de rénovation, les ruines, les dégâts, les graffitis qui mettent l’accent sur les stigmates de ce paysage dévastés par l’explosion qui suit ses blessures et cherche à resurgir l’espoir d’une vie normale.

Transect 1 – Dans l’exaspération, l’attente et l’espoir

Ces deux transects de la rue d’Arménie à Mar Mikhael représentent une expression de l’espace sensible que nous avons essayé de révéler après notre visite à ce quartier. Cette expérience est exprimée à partir des couches sur le transect, qui représentent les sons de l’arrière-plan, les extraits des paroles des gens que nous avons rencontrés ou qui nous ont approché, des photos que nous avons prises lors de notre visite, et les croquis des bâtiments et des coins qui ont attiré notre attention. La bande au-dessous de la façade montre le degré de destruction des bâtiments qui diffère d’un bâti à un autre. Ces couches éprouvent des variétés d’émotions affectives. Les photos, les sons, et les petits coins de cet espace ont montré que l’espoir n’est pas la seule émotion exprimée pas les habitants, mais au contraire, cette rue était un champ d’expression des différentes émotions affectives qui se traduisent clairement dans chaque détail de Mar Mikhaël.

Transect 1 réalisé par les étudiants : Aya Rifaii, Christina Torni, Elie Achy, Hadi Eid, Jackie Doumit, Tia Klim, Tala Haffar


Transect 2 – Une explosion, mille émotions


La double explosion de 4 Août qui a envahi les rues et quartiers de Beyrouth, a laissé un impact sur ses bâtiments aussi bien que sur ses habitants. Le travail sur les transects de la rue d’Arménie à Mar Mikhael, nous a permis de capter les interstices et les petits détails qui normalement sont négligés ou parfois sont oubliés durant nos analyses urbaines. Les discussions, les entretiens et les interviews qu’on a réalisés lors de notre visite nous ont permis de comprendre le sensible de ces quartiers et de sentir et de partager les « milles émotions » éprouvées lors de cette visite.
Quatre couches sensibles se superposent sur le transect : les comics représentent l’interaction avec les personnes interviewées. Des petits textes évoquent nos sentiments, nos expériences et des extraits de nos interviews avec des personnes que nous avons rencontrées. L’ambiance sonore figure sous forme d’une courbe dans l’arrière-plan du transect. Une attention particulière est donnée à l’analyse des ouvertures des bâtiments détruits et endommagés suite à la double explosion. Ces couches visent à représenter l’ambiance de cette rue et donnent à comprendre plus profondément l’impact de l’explosion sur le paysage urbain de ce quartier.

Transect 2 réalisé par les étudiants : Abdul Mohaymen Abdulkader, Abdul Rahman Danoun, Christelle Melkane, Daniella Hashem, Jamila Bou Daher, Joelle Wehbe, Zoubayda Hamido


Transect 3 – Inquiétude, tristesse et un sourire


Les deux transects de la rue d’Arménie à Mar Mikhaël représentent les deux façades Est et Ouest, sur lesquelles figurent plusieurs niveaux d’expressions : les photos sont placées sous forme de films instantanés, une sorte d’expression visuelle de ce quartier. Les croquis nous ont permis de ré-imaginer la réalité mais à notre façon. Ensuite nous avons placés les textes sous forme cartes colorées : les jaunes pour des extraits et des passages des interviews qu’on a menés avec les habitants ou des conversations entre nous, les gris pour les récits narratifs de tout ce qui s’est produit durant la visite, les beiges pour les interprétations des signes remarqués. Les témoignages et les souvenirs des étudiants- bénévoles, déclenchés par un état émotionnel  la visite, sont exprimés par des textes écrits  par ces étudiants sur les transects.  Les mots dispersés en gris tout au long de la façade, représentent les intangibles et émotions contradictoires que nous avons vécues et ressentis lors de notre visite à ce quartier.

Transect 3 réalisé par les étudiants : Basma El Najjar, Charbel Richa, Haytham Zaylaa, Joudy Sadek, Mia Hawly, Maya Hussein, Salem Baker,Youssef Saadeh,Wafaa Chahal

Des photos prises durant la visite


Analyse sonore


La prise des sons a eu lieu le 4 Décembre 2020 l’avant-midi en marchant dans la rue Gouraud à Gemmayzeh et la rue d’Arménie à Mar Mikhael.

001- Tasses à café – 1min 08s:  fait entendre la circulation de la rue Gemmayzeh, les travaux du chantier les cris des travailleurs en arrière-plan qui forment un son récurrent, on peut entendre le tintement à un rythme soutenu des tasses à café, un petit évènement caractéristique des rues libanaises est la présence des vendeurs ambulants du café qui, tout en marchant, entrechoquent leurs tasses à café pour marquer leur présence.

Effet sonore : mixage, parenthèse, doppler, anamnèse et ubiquité

002 – Plans sonoresé de la rue – 26s : une intensité sonore dûe au bruit de la circulation véhiculaire, le drône urbain reste présent mais déchiré par l’effet crescendo produit par l’accélération des voitures et des mobylettes, et par l’apparition parasite du bruit d’une perceuse produit par un ouvrier.

Effet sonore : Métabole, Crescendo, Intrusion, doppler

003 – A l’intérieur et à l’extérieur du Pavillon – 1min 47s : Arrivée à l’intersection des rues Gemmayzeh et rue d’Arménie, on entend toujours le bruit de la circulation véhiculaire, les travaux du chantier, nos échanges, des bribes des conversations des passants. En s’approchant d’un pavillon d’une NOG installé sur le trottoir on peut entendre clairement les conversations venant de gens qui y sont présents, nos étudiants qui posent des questions à un bénévole, en entrant dans le pavillon, on entend la voix d’un bénévole qui était en train d’aider une moniale, elle nous invite à revenir pour assister à des évènements qu’ils ont organisés pour Noël. En sortant, le son du brumisateur de la Covid 19 était si fort et presque masquant tous les sons de l’intérieur et de l’extérieur du pavillon.

Effet sonore : mixage, attraction, décalage, dilation, masque

004 – Aux abords d’un chantier routier – 3min 19s :  Rue d’Arménie, dans l’arrière-plan, les sons des travaux des chantiers de réhabilitation des bâtiments, et dans l’avant-plan on entend en permanence les bribes de conversation, les échanges des enquêteurs, le son d’accélération des voitures, quelques klaxons. En chemin, à côté d’un chantier routier, on entend le son produit par une pelle, le son métallique des tuyaux en acier, des ouvriers qui parlent et l’un qui appelle par un sifflement.

Effet sonore : Émergence, métabole, irruption, répétition

005 – Jean-Marc Bonfils… et le docteur à Sursok2min 35s : un de nos étudiants m’a arrêtée pour m’indiquer le bâtiment endommagé conçu par l’architecte franco-libanais Jean Marc Bonfils qui est mort dans les explosions à Beyrouth. Durant une pause un autre dialogue est mené couvert par l’intensité sonore des flux des véhicules, du son d’accélération des mobylettes, et le bruit résonant d’un volet roulant du magasin en train d’ouvrir. C’était un témoignage basé sur le volontariat d’un de nos étudiants : il remarque que le paysage a énormément changé, comme on s’est débarrassé de tous les dégâts, sa voix devient plus émue, chargée d’émotion quand il commence à raconter sa rencontre avec un médecin qui vit à Sursok et qui a tout perdu après la double explosion.

Effet sonore : Asyndète, irruption, doppler

006 – Menuiseries-travaux de chantier – 1min 03s : Malgré la présence des ateliers de menuiseries dans cette partie de la rue, les intensités sonores des coups du marteau rendent difficile la localisation des sources, viennent-elles des ateliers de menuiseries ou des travaux de chantiers des bâtiments environnants ?

Effet sonore : ubiquité.

Références

Augoyard, Jean-François. Pas à Pas. Essai Sur Le Cheminement Quotidien En Milieu Urbain. A la Croisée, 2010.

Thibaud, Jean-Paul. « La parole du public en marche ». In Espaces de vie: Aspects de la relation homme-environnement, edited by Moser, G. and Weiss, K., 213-234. Paris: Armand Colin, 2003. http://doc.cresson.grenoble.archi.fr/index.php?lvl=notice_display&id=1881

Thibaud, Jean-Paul. “Les puissances d’imprégnation de l’ambiance.” Communications n° 102, no. 1 (May 24, 2018): 67–79. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01878786

Tixier, Nicolas. “Le Transect Urbain. Pour Une Écriture Corrélée Des Ambiances et de l’environnement.” In Écologies Urbaines. Sur Le Terrain, edited by Sabine Barles ; Nathalie Blanc, 130–48. Economica-Anthropos, 2016. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01518091

“La Réhabilitation de Beyrouth Vue Par l’architecte Libanais Jad Tabet.” Accessed January 12, 2021. https://www.courrierinternational.com/article/entretien-la-rehabilitation-de-beyrouth-vue-par-larchitecte-libanais-jad-tabet

Franceinfo. “Explosions à Beyrouth : il faudra plusieurs années ‘pour qu’on ne voie plus les stigmates de cette catastrophe’, estime un architecte,” August 5, 2020. https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/villes-capitales/explosions-a-beyrouth-il-faudra-plusieurs-annees-pour-qu-on-ne-voie-plus-les-stigmates-de-cette-catastrophe-estime-un-architecte_4067341.html

Citer ce billet : “A l’écoute des Quartiers Gemmayzeh et Mar Mikhaël…quatre mois après la double explosion du 4 Août 2020 (Beyrouth, Liban)”, par Jinane Diab. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 16 mars 2021. Lien : https://lcv.hypotheses.org/16643.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search