L’usage des ambiances. Une épreuve sensible des situations. Regards sur les métiers de l’édition.

Nous sommes très heureux d’annoncer la parution de cet ouvrage collectif issu du colloque éponyme qui s’est tenu en 2018 à Cerisy. A cette occasion nous avons rencontré une partie de l’équipe qui a contribué à l’édition des actes : Ryma Hadbi coordinatrice éditoriale, Sophie Provost traductrice et Barbara Menga éditrice chez Hermann. Leurs entretiens nous permettent de comprendre dans quelle temporalité et comment se construit un tel ouvrage à la croisée d’un fort engagement et de remarquables compétences collectives.

Didier TALLAGRAND, Jean-Paul THIBAUD, Nicolas TIXIER (dir.)

Ryma HADBI (coordination éditoriale)
Sophie PROVOST (traductrice)

À l’initiative de l’Unité de recherche de l’ESAAA (design & espace) et de l’équipe AAU-CRESSON

Hermann, 2021, « Collection : Colloque de Cerisy », 500 pages, 152 x 229 cm. Prix : 28 €
Date de publication :16.06.2021, ISBN : 979 1 0370 0623 3

https://www.editions-hermann.fr/livre/9791037006233

Résumé :
Les ambiances et les atmosphères sensibles se prêtent à une grande diversité d’usages, que ce soit dans le domaine de l’art, de l’urbain ou des sciences sociales. Comment les ambiances contribuent-elles à mettre les situations ordinaires à l’épreuve du sensible ? En quoi ouvrent-elles de nouvelles pistes en matière de pratique artistique, d’expérimentation méthodologique ou d’exploration théorique ? Qu’en est-il d’une socio-esthétique située, attentive aux percepts et aux affects qui imprègnent nos milieux de vie et infusent les sensibilités contemporaines ?
De telles questions ont traversé un colloque organisé à Cerisy (2018) selon une triple exigence : d’une part, une attention particulière était portée aux échanges, apports réciproques et questionnements communs entre le monde de l’art et celui des sciences sociales ; d’autre part, il a s’agit d’ouvrir un dialogue inédit avec la pensée anglo-saxonne en la matière, mettant en résonance et en discussion l’approche des ambiances et celle des atmosphères ; enfin, l’usage des ambiances a été passé aussi bien au filtre des enquêtes et des théories qu’à celui des pratiques effectives et des expériences situées.

Montage Naïm Aït-Sidhoum, Musique Giuseppe Gavazza et Julien Clauss

Ryma HADBI coordinatrice éditoriale

Je suis doctorante au AAU-Cresson sous la direction de Nicolas Tixier et de Jean-Paul Thibaud, depuis janvier 2018. Mon travail porte sur l’attachement des habitants dans trois cités HBM des années 1920-1930 à Grenoble (cités de l’Abbaye, la Capuche et Jean Macé) afin de déterminer ce qui y fait patrimoine et de penser leurs mutations.
Les contrats doctoraux du Ministère de la Culture prévoit un service complémentaire d’enseignement ou de recherche. Ainsi une partie de ma mission doctorale est consacrée à l’aide à la recherche. A mon arrivée au Cresson, j’ai été  impliquée dans différents projets comme par exemple organiser des colloque ou faire partie de projet de recherche comme par exemple Les Ondes de l’eau. Nicolas Tixier m’a donc sollicitée pour participer à l’organisation du Colloque de Cerisy qui a eu lieu en septembre 2018.

Avant même de participer à l’édition du livre, j’ai assuré le rôle que l’on peut qualifier de « technicien du son » pendant le colloque, à Cerisy. Du matin au soir je devais enregistrer toutes les communications depuis un bureau situé à gauche des intervenants et également consigner dans un gros registre les 1er mots de la personne qui prenait la parole. Le colloque offrait différentes formes d’expression : les virgules matinales portées par des doctorantes, mettant en récit leur terrain ; les moments sensibles portés par des étudiants de l’ESAAA, de jeunes artistes qui présentaient un poème, un film ; les sessions thématiques de travaux scientifiques (un thème en lien avec l’usage des ambiances). Ce travail très rythmé demandait une grande concentration. Le registre devait être restitué à la fin du colloque à Édith Heurgon, co-directrice du Centre Culturel International de Cerisy.

Je me souviens de l’ambiance chaleureuse du colloque, dans ce lieu particulier qui convient si bien à un colloque sur les ambiances ! L’organisation du quotidien est entièrement assurée par le CCIC. Tout est hyper rythmé un peu comme dans un couvent !

Extrait : page 23 du livre

Dès la fin du colloque j’ai été sollicitée pour aider à la réalisation des actes du colloque. J’ai appris au fil de l’eau ce travail que je découvrais. La charte éditoriale de l’éditeur Hermann a été envoyé aux chercheurs afin qu’ils puissent renvoyer une contribution aux normes de l’éditeur. De longs mois ont été consacrés à des aller-retour de mail avec les auteurs pour recevoir leurs textes. Je découvrais l’ampleur du chantier ! Je pense que les directeurs de publication, tout comme moi, ont sous-estimé la quantité de travail. Au début, ils avaient mis en place un tableur pour suivre l’état de chaque fichier-auteur : mise en forme, illustration, correcteur orthographique, nombre de signes, relecture…

J’ai dû reprendre aussi toutes les bibliographies, corriger les textes avec le logiciel Antidote. Jean-Paul Thibaud s’occupait du contenu des textes anglais puis les transmettait à Sophie Provost qui en assurait la traduction en français. D’ailleurs, le terme anglais « Atmosphere » avait été traduit par « Ambiances », puis les directeurs de publication ont décidé de conserver « Atmosphere », au moment de la relecture de l’ouvrage !

Quand le temps de la mise en page est arrivé, l’artiste Didier Tallagrand a travaillé avec comme modèle en perspective l’ouvrage La mésologie, un autre paradigme pour l’anthropocène ? : autour et en présence d’Augustin Berque dont les pages intermédiaires offrent de belles couleurs.

Extrait : page 76 du livre

Il gérait toutes les formes artistiques présentes dans l’ouvrage. L’objectif était de produire un ouvrage reflétant l’usage des ambiances. D Tallagrand mettait en forme les actes et je poursuivais le travail de relecture. Les relations avec l’éditeur Hermann se sont alors intensifiées avec comme correspondante Barbara Menga. De la logique de dossiers par journée et par auteur, avec tous les éléments textuels et graphiques, il fallait passer à un seul document. L’éditeur nous a expliqué qu’il attendait un seul fichier word et les illustrations numérotées insérées dans le texte et un dossier à part avec toutes les illustrations numérotées. Un travail colossal de mise en page et de constitution du dossier d’illustrations est alors entrepris par Barbara Menga, Elisabeth Guttin et moi. J’ai travaillé à l’interface entre éditeurs scientifiques, auteurs et éditeurs commerciaux. Ce qui était difficile était de découvrir au fil du travail l’attendu, avancer dans le flou, reprendre le travail car je ne connaissais pas les pratiques éditoriales.

L’éditeur produit alors la 1ère version du PDF final. Il comportait encore trop de coquilles. Des consignes sont alors données aux auteurs pour la relecture de leurs articles, et nous leur avons demandé de remplir et signer une lettre d’autorisation de diffusion. C’est dans le Studio Son du Cresson que nous avons intégré plus de 300 corrections (mises en page, légendes, coquilles) provenant de 69 personnes-auteurs pour 502 pages. Ce travail a été très apprécié par l’éditeur. Le BAT correspond à la 6ème version finale et à deux ans de travail !

Aujourd’hui c’est le temps de la réflexion pour communiquer sur la sortie du livre. Nous avons eu une réunion avec Edith Heurgon. Un plan de communication a été discuté et établi définissant à qui envoyer le livre pour demander des comptes-rendus de lecture, à quel prix le mettre en vente (28€ un prix accessible aux nombreux étudiants qui ont participé au colloque) et lancer la pré-vente avec 25% de remise applicable avant que le livre ne soit en librairie. Le livre sort le 16 juin 2021 et on peut découvrir une vidéo de lancement (voir plus haut) pour montrer l’ambiance de ce colloque ! Ce colloque était singulier par le choix de ce lieu, son organisation et des contributions mêlant art et science, pour comprendre comment on éprouve les ambiances. Avec ce livre nous voulions refléter cette idée d’ambiance et aussi ce qui a été vécu à Cerisy. Pour reprendre les mots de Jean-Paul Thibaud, cette expérience montre qu’une nouvelle forme de colloque est possible.

Le 22 juin, une soirée collective et festive est prévue sur ZOOM. Contact : Nicolas Tixier

Sophie PROVOST traductrice

Je suis traductrice au sein de l’UMR AAU depuis février 2018 après avoir travaillé pour la Communauté Européenne dans une équipe de traducteurs soudée et valorisée.

Dès l’été 2018, au moment de la préparation du colloque l’Usage des ambiances, Nicolas Tixier m’a sollicitée afin de venir assister aux journées et de traduire en direct en français les interventions des chercheurs étrangers mais aussi en anglais les intervenants francophones. Je n’avais jamais eu à faire ce travail de traduction simultanée dans la mesure où je n’ai pas le diplôme d’interprète. Arrivée depuis peu au laboratoire j’étais encore peu familiarisée avec la notion d’ambiance et son vocabulaire. Le colloque étant en septembre, j’ai consacré une bonne partie de mon été à faire des recherches sur les auteurs pour mieux connaitre leur domaine de recherche et leur façon d’écrire. J’avais fait des fiches sur leurs expressions favorites. J’ai pris contact avec eux afin d’obtenir une trame de leur intervention, mais la réception fut tardive. C’était un véritable challenge mais très stimulant en même temps !

Arrivée dans ce lieu magnifique, j’apprends qu’il n’y aura pas de connexion internet et que la 4 G ne fonctionne pas. Un obstacle de taille pour chercher en direct du vocabulaire ! N’étant pas entrainée pour être interprète, ne disposant ni de cabine-micro et ni de casques pour les participants, je propose de taper en direct la traduction et d’afficher mes notes sur un écran. En rien règlementaire, cette méthode totalement inédite a eu le grand avantage de ne pas créer d’interruption et les interventions des sessions pouvaient s’enchaîner. Si les interprètes se relaient toutes les 20 min, pour ma part, je n’ai pu faire aucune pause. 2 jours non stop, j’ai traduit !

http://www.ccic-cerisy.asso.fr/

Dans le feu de l’action, il faut faire confiance à son instinct mais également prévoir au maximum. Ne pas avoir accès à internet était un imprévu de taille ! Je recherche constamment un concept, une tournure, vérifie l’orthographe d’un mot et surtout au moment où la fatigue vient en fin de journée. Si je devais me retrouver dans cette situation je prendrais des dictionnaires en PDF. Le château nous place en dehors de l’agitation numérique mais c’est aussi une limite de cette idée pour être performant. J’ai l’impression d’avoir fait un travail instantané, spontané et peut-être moins structuré, capitalisé. Mais j’ai relevé le défi !

Je pense que ma présence a soulevé de nombreuses discussions autour de la traduction. Les chercheurs étrangers provenaient de pays différents, de cultures différentes, et à table les conversations étaient animées autour des questions de traduction. Les chercheurs étaient épatés que j’ai pris le temps de lire leurs travaux !

Ensuite l’équipe en charge de l’édition des actes a repris contact avec moi au moment où les articles étaient finalisés. J’ai été en charge de la traduction complète en français des 6 articles anglais. J’avais l’impression de me remettre dans le bain du Château ! J’avais rencontré les auteurs, ce qui humanise énormément le travail de traduction. Heureusement que j’avais assisté à la communication orale et que j’avais conservé mes notes, je me sentais plus sûre sur ce qu’ils voulaient dire. Par la suite, un travail de vérification a été effectué par les auteurs, mais également par les éditeurs scientifiques.

Une fois le travail de traduction réalisé, l’article part et parfois on n’a plus aucune nouvelle. Avec Cerisy je savais qu’un livre allait paraître et que je recevrais les messages d’annonces de la parution.

En janvier 2019 j’ai été à nouveau contacté par le Cresson pour assurer des temps de traduction en direct de la Winter School Hark ! Cresson is 40 ans. J’ai beaucoup apprécié la chaleur de l’accueil que j’ai reçu. Ces deux expériences m’ont donné envie de tenter le diplôme d’interprète. Cette formation demande une reprise des études sur 2 ans, il n’existe pas de formation continue. Je me suis prouvée que je pouvais aller vite. et je suis satisfaite même si je sais que je n’ai pas respecté tous les canons du métier !

Le travail de traduction plus classique a une grande valeur de précision. Je prends mon temps et apprends sans cesse. Peu à peu je construis une connaissance du contenu, une lecture des concepts pour avoir vision technique du contenu scientifique. C’est à l’opposé de l’expérience de traduction directe de l’oral. Mais à Cerisy j’ai rencontré les auteurs, je les ai écoutés puis traduits. C’est d’une grande richesse humaine face à un travail quotidien solitaire et souvent désincarné. Cette expérience m’a donné confiance en ma capacité à travailler vite dans le feu de l’action

J’ai depuis participé à d’autres gros congrès comme SCAN, EAEA, Les formes de l’environnement. J’ai un gros projet à venir de traduction complète d’un ouvrage. C’est important que ce travail soit reconnu et que nos noms de traducteurs/trices apparaissent. Il n’y a pas de règle uniformisée. Parfois notre nom apparait dans les remerciements, parfois dans les biographies de participants… Dans le monde technique, les traducteurs/trices disparaissent. Dans le monde anglo/saxon nous sommes clairement mentionnés. Dans la francophonie, nous sommes souvent passés sous silence. Il y a en ce moment sur Twitter #LesTraducteursExistent, un mouvement qui épingle les éditeurs qui « invisibilisent » notre travail.

Barbara MENGA, éditrice chez Hermann

Je travaille chez l’éditeur Hermann depuis 2020 auprès du directeur général Philippe Fauvernier et de son président Arthur Cohen. Je suis en charge de projets d’édition depuis l’harmonisation du manuscrit jusqu’à la mise en fabrication des ouvrages, notamment certaines des publications issues des colloques de Cerisy.

Une fois le projet du livre validé, nous envoyons une charte éditoriale pour les auteurs qui facilite le travail de normalisation des textes et des bibliographies. L’harmonisation des références est un travail très chronophage, par exemple. Nous nous chargeons des finalisations si nécessaire. Hermann est à l’écoute des auteurs qui ne sont pas toujours habitués à un travail d’édition, mais en général les chercheurs font du bon travail ! Pour cet ouvrage, la qualité des données était là, dès le départ !

Le passage entre les mains de la maison d’édition est finalement assez bref vis-à-vis de l’ouvrage en lui-même. J’ai reçu le texte définitif avec les illustrations en fin d’année 2020 et le livre sort en juin 2021.

https://www.editions-hermann.fr/

La préparation du manuscrit avant l’envoi chez l’éditeur est donc le moment intense, long et complexe. C’est la coordination avec les auteurs qui prend le plus de temps dans les ouvrages collectifs. Ce travail a été réalisé par Ryma et l’équipe des directeurs de publication. J’ai été plus particulièrement en contact avec Nicolas Tixier et Ryma Habdi qui travaillaient sur les articles de fond, tandis que Didier Tallagrand réunissait les contributions artistiques (photos, textes plus courts ou poétiques). Je n’ai pas été en contact avec les auteurs pour ne pas multiplier les interlocuteurs. Cela permet de condenser le travail et d’obtenir un consensus plus rapidement. Ce projet n’était pas évident par le très grand nombre d’auteurs. Ryma Hadbi a fourni un travail impressionnant de coordination.

Ce sont les directeurs de publication qui ont proposé que son nom figure sur la garde en tant que coordinatrice éditoriale, ce qui représente exactement son engagement. Sophie Provost et Ryma sont également mentionnées dans les remerciements.

Le travail sur le manuscrit a été intéressant pour moi. La table des matières retrace l’organisation des journées, dans l’ordre chronologique du déroulé des évènements du 4 au 11 septembre 2018. Cette forme est originale et peu commune dans l’édition d’actes de colloque qui privilégient le plus souvent le regroupement d’articles par thèmes. Je n’ai pas assisté au colloque mais on devine à travers le livre les changements de rythme de travail et de contenu. Entre deux ou trois articles de fonds, des parenthèses sont ménagées avec des lectures moins arides, moins scientifiques comme des respirations.

Les directeurs de publication avaient déjà en tête une manière de mettre en page. Un compromis a dû être trouvé entre la maquette habituelle dédiée aux actes de Cerisy et leurs souhaits qui sortaient de l’ordinaire : le choix du grain de papier, d’insérer des pages intermédiaires de couleur et d’entourer le livre d’une jaquette avec une photo et une concordance de couleur. Les actes ont souvent peu d’illustrations de ce type. On sentait qu’ils avaient l’idée de créer un objet, ils portaient une forte attention à l’esthétique, au placement des illustrations par rapport au texte. Nous avons eu de nombreux échanges à ce sujet, de même qu’avec Edith Heurgon, la directrice du Centre culturel international de Cerisy-la-Salle, sur la finalisation du projet.

Nicolas Tixier a reçu l’ouvrage et m’a dit qu’il était ravi ! Maintenant, il va vivre sa vie chez nous en passant par le service communication, marketing, presse puis en librairie à partir du 16 juin. Hermann est une maison indépendante mais nous passons par le groupe Hachette pour la distribution. Nous ouvrages sont ainsi accessibles au catalogue pour toutes les librairies. Une soirée de lancement est prévue le 22 juin, c’est très important pour nous car il n’y a eu presque aucun événement depuis le début de la pandémie. Si ce RDV est numérique, nous espérons qu’à la rentrée des temps d’échanges réels aient lieu pour redonner le côté vivant du colloque par le temps en librairie.

L’ouvrage va également poursuivre sa vie sur CAIRN. Hermann a rejoint récemment le portail et on constate que les articles sont énormément consultés. La recherche par mot-clé, auteur… permet un autre accès au contenu.

Les colloques de Cerisy sont réputés, ils entrent souvent en résonance avec l’actualité et trouve un large écho dans le grand public.

Pour citer ce billet : Ryma HADBI, Barbara MENGA, Sophie PROVOST, interviewées par Françoise Acquier. 2021. L’usage des ambiances. Une épreuve sensible des situations. Regards sur les métiers de l’édition. Le Cresson Veille et Recherche. Publié le 16 juin 2021.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search