Cerisy, mais quand même, …

une composition sonore, polyphonique & circonstancielle, de juL McOisans, d’après les enregistrements d’ambiance du colloque de Cerisy « l’enchantement qui revient », (sous la direction de Rachel Brahy, Jean-Paul Thibaud, Nicolas Tixier & Nathalie Zaccaï-Reyners), du 6 au 13 juillet 2021.

Le titre est emprunté & librement dérivé d’une proposition de Y.Winkin, au matin du premier jour : « …l’enchantement c’est quoi ? (…) Ce serait une manière de dire :
 … je sais bien… mais quand même ! ?… »

vous pouvez donc soit :
– écouter d’abord

soit :
– lire & écouter ensuite en connaissance de causes…

les ingénieurs enchantés présentent :

Cerisy, mais quand même, …
(C M Q M)

d’abord il y a le lieu
(…)
non, d’abord il y a les gens, les encontres, les rencontres, les trouvailles & retrouvailles, de chacun-es, les découvertes, les atomes plus ou moins crochus, les apprivoisements progressifs & les affinités électives
(…)
non,
d’abord il y a un témoignage sonore, une visite, guidée en plans séquences, par la Dame du lieu & les oreilles ingénieuses de votre serviteur
(…)
non plus,
non,
+

1 – le résumé d’une mission & le résumé d’un r^ve ?

Lorsque Nicolas m’a invité à participer à ce colloque de Cerisy, avec pour mission d’y capter des ambiances sonores & d’en faire une composition… ambiantale, je me suis mis dans la tête :
ok, comme d’hab : un voyage aux frais du contribuable, nourri, logé, présent, présenté & concentré 21h sur 24, mes petites compétences mobilisées… (on tend à se connaitre Nicolas & moi), puis, d’ici la fin de l’automne, leur offrir une douzaine, vingtaine de minutes à écouter, pour les gens qui auront, par la suite la patience, la curiosité, le bon heur de le faire…

sauf que
premier jour sur place, j’entends Nicolas annoncer en public que ce serait plutôt 1h de composition ! ? (un peu le format d’une émission radio) … ?
& le septième jour je l’entends dire à tout le monde que je vais faire ça très vite, pour qu’à l’automne on puisse valoriser l’affaire… ! ?

Entendu
(mission)
N’empêche que ça n’est pas une mince affaire que de donner à écouter une heure…

Donc,
retour au labo (fin juillet), mes petites compétences mobilisées ce sont, pour commencer :
Tout ré-écouter pour se donner une idée & commencer à organiser les données :
Il faut que j’arrive à retracer ce labyrinthe des oreilles,
entre le phonos & les logos,
le fameux double — ou triple — sens du mot « sens »
to sense (take & make) sense…

Ce que je fais, essentiellement, en tant qu’ingénieur en ambiances sonores, c’est de la réduction d’échelle temporelle : j’ai été là pendant 8 jours, enregistré 13 heures de sons (105 fichiers audio), & je dois en faire écouter une soixantaine de minutes. Je vous laisse calculer l’échelle…

Ce que je fais, essentiellement, en tant que musicien compositeur, c’est de la démultiplication ou de l’exaltation d’échelle sensorielle & sonore : rapprocher des entendements acoustiques (voix) & sémantiques (mots), y intégrer l’espace (lieu), le temps (déroulement) & les circonstances (culture), pour essayer de combiner des harmoniques & des harmonies…

D’où,
pour construire ces échelles, choix nécessaires & combinaisons arbitraires, d’où besoin de composition, de retenir ou oublier certains éléments, de les agencer, les déplacer, en atténuer ou exhauster certains aspects, & avec ceux retiennent mon attention, tresser, thématiser peu à peu, faire avec :
des voix, des mots, des êtres & des personnes, un lieu, des lieux, des espaces acoustiques, des respirations, inspirations, des circonstances…
afin de laisser ces circonstances résonner dans votre imaginaire…

Garder le rythme des jours & nuits, rêves compris, des évocations, invocations ou incantations, & des expressions par lesquelles elles se manifestent, se laissent capter & se répercutent les uns ou unes sur les autres…

(j’ai l’impression de paraphraser les « furtifs »!)

2 – un éveil & des encontres ?

Ou des rêves qui s’interscopent ? Qui serais-je pour décider ?

Commencer
(1 septembre)
par une lettre d’excuses – ou d’intentions :
                  on entendra peu les principaux & -pales organisateurs – euses,
                  on n’entendra presque pas les conférences (à écouter par ailleurs),
                  ni toutes les belles idées qui en sont issues,
                  on entendra beaucoup de voix, mais seulement quelques paroles,
                  on explorera l’espace avec des gens dedans, plutôt que l’inverse
                   (des gens avec un espace autour),
                  on se laissera guider par tout ce qu’on entend par là
& cependant
                  on se laissera aussi guider par des mots – paroles – clefs
                  ou des instants de respirations, des voix non-humaines parfois,
                  mais parfois si aussi (des voix intra-humaines ?)
                  aussi
                  si

choisies par le hasard
ou presque

8 septembre
Garder cette succession de 8 jours & de nuits, (parfois sans frontières) puis de matins soudains,
comme des vagues qui enflent & retombent, plus ou moins, ou s’enchainent
& donner à entendre les creux de ces vagues aussi, les endroits secrets, discrets, loins, mais pas si loins, de la rumeur du monde
(les recoins).
aussi

3 – Composer sur la base de quelques effets sonores :

je vous renvoie au Répertoire &/ou au petit lexique illustré :
https://aau.archi.fr/cresson/cres-s-o-u-n-d/la-boite-a-effets/

Anamnèse,
puisqu’implicitement on envisage cette composition comme un témoignage sonore destiné en premier lieu à l’écoute par les paricipant-e-s de ce colloque. Mais au-delà même, à quiconque aura un jour hanté ces lieux & qui y reconnaitra des sonorités vécues : comment oublier ces parquets qui grincent, ce gravier qui crisse, l’appel rituel de la cloche ou l’ambiance feutrée de la bibliothèque ?

Métabole,
quand ce brouhaha de voix singulières & de paroles censées, de gens qui passent la plupart de leur temps à parler entre eux, devient l’ordinaire du bruit qu’on entend, notamment lorsqu’on traverse le « pont des sourires » ou qu’on mange ensemble.

Synecdote/Asyndète/Gommage/cocktail,
parce que parmi ces voix & ces paroles, on tend à tendre l’oreille & à en distinguer certaines, en abstraire d’autres afin d’y construire du sens.

Vague,
pour rythmer l’ensemble de cette écoute : parfois ça s’agite ou se précipite, parfois ça se calme, s’allonge.
L’amplitude dynamique de cette composition pourra surprendre les oreilles habituées à la « normalisation acoustique», mais elle est volontaire : parfois il faut tendre l’oreille, parfois au contraire… la détendre…

Bourdon,
parce que, dans ce cadre plutôt bucolique & protégé, on n’est pas à l’abri des rumeurs du monde, de ces strates constantes de bruits blancs, fussent-elles celles de la rivière, de la route, du vent dans les feuillages ou du grésillement de l’installation électrique. Faut-il s’en protéger ou bien vivre avec ?

Coloration,
par les différents espaces où ces enregistrements ont eu lieu, qui donnent une couleur topique à ce qu’on y entend. Le fait d’avoir systématiquement enregistré à la « tête artificielle » permet d’assembler & de jouer avec différents moments reliés par la sonorité de l’espace.

– Imitation,
dans le rapprochement acoustique de certains éléments disparates. Par exemple la rivière qui imiterait la mer ou les pas dans le gravier, les martinets qui imiteraient les sifflets des spectateurs d’un match à la télé ou une partie de ping pong qui imiterait l’éclatement des ballons ou de la pluie sous la bâche, ou encore la consonance de l’ouïe qui rime avec oui… 
(ou Louis pour Nicolas à ce moment-là…)

& à + petite échelle,
des effets combinés ou combinatoires d’effets :

Irruption / Coupure
– Mixage/Fondu enchainé
– Immersion/rétrécissement/dilatation
Accelerando/Diminuendo
parsemés de quelques
Répétitions / Reprises & Citations (internes ou externes)
& bien sûr d’inévitables
Réverbérations & Résonances,
mais élargies, cette fois-ci, au delà de la dimension strictement acoustique, vers des résonances sémantiques.

Bien sûr aussi, comme souvent en musique,
offrir à chaque auditeureuse, la possibilité d’un Sharawadji !

Puis
profiter de cet espace de réflections/réflexions pour explorer quelques effets non encore répertoriés :

– L’effet de Distanciation/Rapprochement (que Théo Marchal exposera bientôt dans sa thèse) :
un subtil dosage de réverbération, de RASTI & de continuité sémantique, un peu l’équivalent de la « profondeur de champs » au cinéma…

– L’effet d’ Hapax :
phénomène/concept (dont, étonnamment, personne là-bas ne semblait avoir entendu parler), qui caractérise quelque chose qui n’appert qu’une seule fois 
(& il y en a beaucoup dans ce montage) :
d’après
https://www.cnrtl.fr/definition/hapax :
Mot, forme dont on n’a pu relever qu’un exemple; en partic., ,,Vocable n’ayant qu’une seule occurrence dans un corpus donné“ (Phél. Ling. 1976) :
P. métaph. Toute vraie occasion est un hapax, c’est-à-dire qu’elle ne comporte ni précédent, ni réédition, ni avant-goût ni arrière-goût; elle ne s’annonce pas par des signes précurseurs et ne connaît pas de « seconde fois » (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 117).

effets proches : Irruption/coupure/sharawadji
effets opposés : rémanence/répétition/reprise/citation
(…)

4 – Partition & chapitrage :

3 novembre

Face A – Générique & prologue
– Cloche rituelle
– CMQM 2
– Concert & guitare
– CMQM 3
– Endroits secrets
– Pong, performance & des voix
– CMQM 4
– Expédition magnolia
– CMQM 5
– Citations
Face B – Plongée dans les R^ves
– CMQM 6
– Contes & ingénieurs
– Ordi, table, escalier, bibliothèque
– CMQM 7
– Rires & alacrité
– Fantômes
– CMQM 8
– Cuisines internes
– CMQM 9
– Exposé final
– CMQM 10
– CMQM 11
– Minute de silence

5 – Avertissements

15 novembre
sur quelques astuces, contingences & intentions de montage :

– l’essentiel de ces enregistrements a été fait à la « tête artificielle » (enregistrements binauraux), ce qui offre une écoute idéale si vous écoutez au casque, mais peut aussi s’entendre autrement ;
– si on m’avait demandé de fournir 3, 12 ou 27 minutes, ou de composer sans aucune contrainte temporelle, cette partition eut été toute différente, mais avec les mêmes éléments, à d’autres échelles ;
– je dois reconnaître une nouvelle fois la dimension rhapsodique (ou itérative) de la structure narrative (pour le meilleur & l’améliorable) ;
– la structure mythologique de ce récit se base sur le r^ve de la chouette-effraie : chouette, symbole de la sagesse, mais aussi, sur place, encontre d’une présence surprise, partagée & résidente ;
– techniquement, je n’ai introduit de la réverbération artificielle qu’à 3 moments : le piano de la chouette 2, la plongée dans les r^ves & le clap final, tout le reste est travaillé « brut de pomme » ;
– j’ai essayé de ne pas abuser de l’effet de loop (bouclage) sur lequel beaucoup de musiques contemporaines sont basées (mais je ne pouvais pas l’ignorer non plus…) ;
– j’ai, au contraire, usé sans complexe de l’effet de « bruit blanc » dans un sens acoustico-shamanique (ensembles de fréquences sans distinction de hauteur, dont l’utilité est de tenir nos cils & cochlée en état vibratile maximal)
– sans vergogne, je me suis autorisé à des manipulations de textes, des piratages de paroles & des copier-coller de sens, qu’un professeur d’université sanctionnerait dès la 12ème seconde.

6 – Annexes

16 novembre
une version zéro donc :

Citer mes principales références pour la manière de composer ? :
N.Frize, G.Gould, P.Henry, A.Damasio & tous les symphonistes du XIXè siècle…
mais aussi
j’ai toujours été fasciné par le montage de “Himmel über Berlin” (les ailes du désir) de W.Wenders : pendant les 20 premières minutes on ne comprend pas ce qui se passe ni de quoi ça cause, & ce n’est que peu à peu, ensuite, que les éléments se combinent & prennent sens…
& puis aussi
l’humour surréaliste & le sens du non-sens anglo-normand…

7 – Postlude

(17 novembre)
Je m’étais refusé jusqu’ici à écouter la composition sonore pré-existante sur les ambiances de Cerisy qu’Edith m’avait mentionné : d’après le colloque
PORTRAITS DE PAYS. TEXTES, IMAGES, SONS – 3 -10 juillet 2019

https://soundcloud.com/joachimglaude/cerisy-portrait-dun-chateau/s-pp8AWNyQQfo

Je l’ai fait ce matin & malgré ses mises en gardes, j’y trouve plein de ressemblances, d’évidences communes, de redondances peut-être, avec ce que je propose. Ce qui remet en cause l’originalité de mon travail, certes, mais aussi pose d’autres questions :

Cerisy serait-il un lieu commun ?

Un peu à l’instar de Venise, des chutes du Niagara ou de la fête de la bière à Munich, un de ces lieux où l’on va avec son imaginaire propre, pour des raisons, des attentes & des temporalités qui nous sont propres, mais où, sitôt sur place, les propriétés-même du lieu & des circonstances, ses ambiances s’imposent à nous & que dès lors, on ne peut qu’être sensible à elles… ?
& le partager…

D’où la similarité des rendus sonores.
&
Quelles nuances en apprendre ?

Ou bien :

au-delà des textes, des images & des sons, quelles autres dimensions l’enchantement ouvre-t-il ?

Je vous laisse écouter, sentir & entendre, comparer ou juger peut-être…
ou bien
s’enrichir mutuellement… ?

pour ma part je me replie derrière une citation un peu péremptoire d’A.Damasio :

« … ça va créer quelque chose de + rock, de + brut, de + direct… »

à méditer…

dédicace :

de, pour & par
Edith, Nicolas
& toutes les voix où vous sembleriez vous reconnaitre



Citer ce billet
juL McOisans (2021, 20 décembre). Cerisy, mais quand même, … Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsm8

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search