Retour sur la première rencontre des équipes du CSTB et de AAU, Paris, 21-22 mars 2022

Cette rencontre s’inscrit dans une perspective de partenariat entre les équipes du CSTB (Marne-La-Vallée, Grenoble et Nantes) et le laboratoire AAU (équipes Crenau à Nantes et Cresson à Grenoble).

Ces séminaire implique des participants1 souhaitant croiser des approches et postures en sciences spatiales (urbanisme, architecture et géographie), sciences sociales et sensibles (physiologie, sociologie, psychologie environnementale), sciences de l’ingénieur (acoustique, lumière, éclairage, thermie, génie mathématique) et sciences de la représentation (médiation numérique).

Objectifs des rencontres

  • comprendre les différentes approches théoriques utilisées par les participants pour caractériser les qualités et ambiances d’un espace urbain,
  • mettre en perspective les notions et concepts qui les sous-tendent comme « le confort », « le bien-être », « les qualités », etc. ; les théories telles que « les affordances », « les invites », « les prises », etc. ; ou des questionnements à l’instar « d’ambiance(s)/ambiance », « confort/inconfort », etc.,
  • s’interroger sur les méthodes mobilisées pour observer, analyser, qualifier, représenter les ambiances urbaines et leurs qualités.

“Paris rive gauche”

Pour cette première rencontre, le quartier « Paris rive gauche » a servi de terrain d’étude pour mettre à l’épreuve les méthodes et concepts respectifs. Chaque participant du séminaire a été invité à observer et expérimenter différents lieux de ce quartier et à caractériser différentes situations spatio-temporelles. À travers cette expérience, il s’agissait d’interroger le confort de ces lieux, le plaisir éprouvé dans cette situation, les qualités d’ambiance, etc.

Vue sur le parc Abbé-Pierre, 28/03/2022 à 14h, photo de P. Amphoux

À la suite de ces échanges, quatre axes  à explorer » sont ressortis :

  • 1. Le premier porte sur « les traces » des éléments observés et récoltés lors de l’expérience « déjeuner dans le quartier » (méthode, critère, hypothèse) et des questions  d’analyse théoriques et méthodologiques que l’épreuve du terrain pose.
  • 2. Le deuxième s’intéressait à la question  « des affordances » et autres notions associées. En effet, la notion d’affordance a été mentionnée par plusieurs participants, que ce soit dans les notes rédigées en amont du séminaire ou à la suite de cette première exploration. A travers ce chantier, il s’agit de revenir sur cette notion définie par James J. Gibson (1979), mais aussi de préciser des notions connexes comme prises (Bergson/Berque), lignes (Ingold) ou résonance (Rosa). Ces notions ont chacune leurs propres fondements théoriques et explorent une facette de ce qui favorise l’expérience des lieux. Aussi, il nous paraît important de revenir sur une analyse théorique des notions mobilisées et de leur mise en perspective les unes par rapport aux autres. À travers cette exploration théorique, l’hypothèse est que la compréhension de la relation entre un espace et l’expérience qui s’y tisse nécessite d’être mieux appréhendée. Cette expérience n’est pas seulement réceptive mais active, dynamique, relationnelle. Investir cette relation entre l’espace et l’expérience pourrait permettre de penser des aménagements urbains moins mono fonctionnels et moins mono-temporels. Elle pourrait constituer une opportunité pour renouveler la conception et la production de la ville, en tenant compte des dimensions non seulement spatiales et physiques mais aussi sociales, idéelles et sensibles.
  • 3. Le troisième porte sur la métrologie. La première exploration dans le quartier Paris Rive Gauche a permis de présenter la diversité de méthodes de qualification des ambiances urbaines et d’hypothèses de recherche. Pour certains collègues, leurs approches étaient plutôt déductives en cherchant à qualifier un espace ou une situation. Il s’agirait pour eux de s’appuyer sur des mesures acoustiques, physiologiques pour les modéliser et ensuite produire une analyse des qualités, du confort ou des ambiances urbaines de ce quartier. D’autres collègues appréhendaient le terrain à travers une approche inductive en partant d’une hypothèse comme ” le sonore permet de s’affranchir des modes de pensée et de faire fondés sur la vue”, ou “les dispositifs spatio-climatiques sont des lieux dotés de qualités thermiques qui peuvent favoriser des lieux sociaux” ou encore “la qualification de l’emprise spatiale et sensible des bâtiments permet de favoriser des opportunités d’urbanité dans la ville”. En s’appuyant sur ces hypothèses, le protocole méthodologique s’oriente vers des observations, mesures ou enquêtes sur le terrain pour ensuite produire une analyse des ambiances urbaines et revenir sur l’hypothèse initiale. La pluralité des expertises et des dimensions sensibles investies invite à préciser les méthodes, les critères d’analyse, les échelles d’observation mais aussi les outils à mobiliser ou à créer (à l’instar du chariot de mesures construit dans le cadre de l’ANR Coolspaces, les lunettes ou le gilet en cours de développement pour les mesures physiologiques, etc.). Cette diversité d’approches favorise un renouvellement méthodologique avec la prise en compte d’évènements qui ne sont pas perçus par la personne, en explorant différentes formes d’immersions des expériences situées (cartographie, modèles informatiques), en croisant des approches multisensorielles ou en prenant en compte des transformations socio-climatiques.
  • 4. Enfin, le quatrième axe est plus transversal aux trois autres et porte sur la critique de l’urbanité. A travers cette proposition, il s’agit d’une part de poursuivre les travaux sur l’urbanisme fonctionnel, la gêne, le confort ou l’insécurité, et d’autre part de définir une posture sur la reconfiguration des urbanités contemporaines comme l’aseptisation, la pacification ou l’adaptabilité des espaces accessibles aux publics. L’enjeu porte sur la discipline architecturale et urbaine, le processus de construction mis en place par les concepteurs et les aménageurs, mais aussi sur les lois, normes et labellisations de la fabrique de la ville.
Photo des lunettes Tobii pendant le séminaire, photo de D. Marchand

À la suite de cette première rencontre, plusieurs explorations sont envisagées pour la suite de notre collaboration. Dans un premier temps, nous avons décidé de revenir et de partager nos expériences du déjeuner à l’extérieur pour que chacun puisse  préciser ses choix de lieu et de méthode, les données produites et les questions soulevées.

Ensuite, il s’agit de préciser les 4 axes en explorant différentes méthodes de qualification des ambiances urbaines, en proposant de revisiter certaines notions théoriques et leurs usages par les auteurs qui les ont mobilisées ou en envisageant un questionnement croisé sur des dispositifs de l’espace public participant à notre rapport aux espaces (grille, mur, pelouse, etc.). In fine, ces différentes mises en perspective théoriques, métrologiques et critiques pourraient constituer la base d’une introduction à un lexique illustré de l’affordance et de la résonance des lieux.

La suite au prochain séminaire, qui aura lieu à Paris Rive Gauche le 31 mai 2022. À suivre…

Pour citer ce billet : E. Bailly, G. Chelkoff, S. Laroche, D. Marchand & D. Siret. Retour sur la première rencontre des équipes du CSTB et de AAU, Paris, 21-22 mars 2022. Le Cresson Veille et recherche, publié le 27 avril 2022. Sur https://lcv.hypotheses.org/174224



Citer ce billet
Françoise Acquier (2022, 27 avril). Retour sur la première rencontre des équipes du CSTB et de AAU, Paris, 21-22 mars 2022. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsmc

  1. AAU Crenau : Thomas Leduc, Ignacio Requena et Daniel Siret ; AAU Cresson : Pascal Amphoux, Abdelkader Ben Saci, Grégoire Chelkoff, Sylvie Laroche, Théa Manola et Théo Marchal ; CSTB : Emeline Bailly, Gwenaelle Haese, Sylvie Laroche, Claire Lescure, Julien Maillard, Dorothée Marchand et Christophe Martinsons []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search