Retour sur la journée d’études Les Ondes de l’Eau « Traduction cartographique des mémoires sensibles de la Romanche » du 01/10/21

La journée d’études du vendredi 1er octobre 2021 marque la fin du projet les “Ondes de l’Eau”, financé par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre du programme « Mémoires du XXème et XXIème siècle ». Ce projet est le fruit d’une collaboration entre l’équipe Cresson du laboratoire AAU et Regards des lieux, collectif qui existe depuis une dizaine d’années et qui allie cinéma documentaire et musique improvisée. Leur ciné-concert « La mécanique des roches » sur la fermeture d’une fonderie a clôturé la journée. En parallèle de ce séminaire, une exposition visible dans la Grande Galerie de l’ENSAG présentait une 1ère version de la carte des mémoires sensibles de la Romanche réalisée par l’équipe AAU-Cresson, les travaux des étudiants en architecture coordonnés par Laure Brayer et deux films réalisés par le collectif Regards des lieux.

Image du ciné-concert La mécanique des Roches de Jérémie Lamouroux et Martin Debisschop, Sylvie Laroche, ENSAG, 1/10/2021

Le projet – Les Ondes de l’Eau : Mémoires des lieux et du travail dans la vallée de la Romanche.

  • Regards des Lieux : Laure Nicoladzé (Direction culturelle), Martin Debisschop, Jérémie Lamouroux
  • AAU‐CRESSON : Laure Brayer (Direction scientifique), Ryma Hadbi, Sylvie Laroche, JuL McOisans, Rachel Thomas. Avec la collaboration d’Emmanuelle Pilon et de Christophe Séraudie
  • Financement : Région & DRAC Auvergne-­Rhône‐Alpes -­‐ Programme “Mémoires du XXe et XXIe siècles”

Le programme de la journée

Programme

9h00 : La carte des mémoires sensibles : vers une forme d’écriture sensible critique
Présentation par l’équipe du projet Les Ondes de l’Eau

10h30 : La carte en discussion avec :
Federica Gatta (Architecte, MCF IUGA-­‐PACTE)
Claire Revol (Philosophe, MCF IUGA-­‐PACTE)
Marc Higgin (Anthropologue, Post-­‐Doctorant AAU-­‐CRESSON)

12h15 : Ciné-­concert La mécanique des roches suivi d’une discussion avec les artistes (ouvert au public ENSAG sans inscription)
Création Regards des Lieux (2021) : Film de Jérémie Lamouroux, Composition et interprétation musicale de Martin Debisschop

Exposition « Cartographier les paysages sensibles », présentée du 01/10 au 15/10 à la Grande Galerie de l’ENSAG. 

Le projet les Ondes de l’Eau

Ce projet de recherche-création s’intéresse à un territoire de montagne, traversé par la rivière la Romanche, situé à 40 km de Grenoble. Ce territoire, qui a vécu une période glorieuse lors du développement industriel après-guerre, connait depuis un déclin causé par le départ progressif des usines. Le dernier projet titanesque d’EDF, la construction du barrage Romanche-Gavet, est en train de transformer de manière massive le paysage du territoire avec le démantèlement des barrages et des usines.

Dans le cadre de ce projet de recherche, la rivière n’est pas seulement vue comme une ressource à exploiter, le projet s’intéresse aux expériences sensibles passées, présentes et potentielles des habitants. Le protocole méthodologique utilisé repose sur des entretiens et des itinéraires croisés à des journées d’échanges avec les habitants. Les résultats issus de ces méthodes ont donné des itinéraires sous la forme de carnet et un travail cartographique qui restitue la polyphonie des expériences sensibles des usagers et rend compte d’histoires complexes de ce territoire.

C’est la version finale de ce travail cartographique, intitulé « traduction cartographique des mémoires sensibles de la Romanche » qui est au centre des discussions de cette journée.

Image de la journée d’études du projet les Ondes de l’Eau, Sylvie Laroche, ENSAG, 1/10/2021

Une carte qui opère un double geste

Pendant 15 minutes, les participants de la journée ont pu découvrir le contenu écrit et dessiné le long de cette carte. Les participants traversaient la salle pour suivre le cours de l’eau et ses récits.

Brayer, Laure, Hadbi, Ryma, McOisans, juL, Séraudie, Christophe, Laroche, Sylvie, Thomas, Rachel. (2022) «Carte des mémoires sensibles de la Romanche – version finale» [Map] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.2bad8uj6

Un geste de traduction…

La carte s’est construite en plusieurs étapes alternant des phases de collecte auprès des habitants, de ressaisie sous formes de dessins et d’annotations, puis de phase de numérisation. Il s’agissait de faire disparaître certains éléments, pour garder certains bâtis ordinaires et patrimoniaux, la rivière la Romanche, les installations électriques et les infrastructures routières. En refus d’une grille universelle, la carte simplifiée se voit dessinée selon les discours recueillis et non selon des coordonnées GPS. Cette formalisation a été possible grâce à un geste de traduction, effectué en trois opérations :

  • par une sélection des récits récoltés
  • par la spatialisation (comment articuler les échelles)
  • par une exploration graphique des dimensions sensibles de l’expérience (comment donner forme aux données immatérielles et fluctuantes).

Lors de deux restitutions en 2019 et 2021, les habitants ont eu l’occasion d’observer la carte, réagir et faire un retour sur ce qui avait été produit. Ces retours ont permis de voir la diversité des expériences sensibles : les habitants soulignaient des éléments manquants ou contredisaient un discours présent sur la carte, voire, découvraient un nouvel aspect de leur territoire.

C’est en cela que la carte opère un double geste : de traduction et de passage (transmission, partage des mémoires, des attaches, des affects).

Et de passage.

Ainsi la carte permet un travail de repérage des formes d’affect et d’attachement, décrivant les possibles relations qu’ont les personnes avec les espaces. En ce sens, la carte peut être reliée à la question du patrimoine, où se dessinent deux tendances : le patrimoine dans le sens classique et celui du quotidien, avec notamment la patrimonialisation des éléments immatériels ou banals. Cette deuxième tendance relève d’un investissement émotionnel ; le patrimoine surgit des affects, des émotions et crée ainsi des repères pour le présent lié au passé.

Par conséquent, cette carte est un objet de médiation, qui permet aux personnes de se retrouver autour de la table, un objet intermédiaire. Son utilité se définit à travers sa capacité à engendrer un débat, et un des enjeux serait peut-être de conserver les traces de celui-ci.

Devant la carte, Sylvie Laroche, ENSAG, 1/10/2021

La carte, un outil qui porte l’héritage des miniatures urbaines de Kracauer ?

Dans le cadre du projet, un séminaire a porté sur la lecture de certaines chroniques de Sigfried Kracauer (1889-1966), un journaliste et sociologue allemand. Cette réflexion a nourri l’élaboration de la carte.

Dans ses chroniques, Kracauer décrit les transformations des grandes métropoles urbaines que sont Francfort et Berlin, dans un contexte de crise politique majeure (vers la fin de la République de Weimar et le début du nazisme au pouvoir), et qui bouleversent les cadres sensibles. Dans un objectif de dénonciation des pathologies de la modernité (fragmentation de la personnalité, victoire du qualitatif sur le quantitatif…), il s’attache à la description de détails anodins. Ces détails se révèlent être des indicateurs de la transformation sociale et de la transformation du paysage. Point intéressant pour ce projet, les chroniques témoignent également d’un rapport sensible particulier au territoire du quotidien et documentent les traces d’une mémoire collective.

La carte résonne avec l’idée de « miniature » du travail de Kracauer. En effet, Kracauer donne aux lecteurs de ces chroniques accès à des rouages peu perceptibles ; la carte rend visible, audible, intelligible ce qui n’est pas facilement accessible (travail de défamiliarisation). Les deux singularisent des évènements du quotidien. Cependant, la carte, tout en utilisant l’écrit, recourt à d’autres types de représentation graphique et croise une diversité de temps et de discours, sans jugement ni dénonciation. En cela, elle se démarque des miniatures urbaines.

Comment donner forme aux données immatérielles et fluctuantes ? Des choix graphiques…

La carte se présente comme une totalité cohérente et peut se voir comme un territoire apaisé ; ainsi une rivière bleu turquoise traverse un fond blanc… Ce choix graphique, agréable à observer, peut mener à une mauvaise représentation de la réalité. La rivière, par exemple : elle est rarement bleue si l’on croit un des discours de la carte ! Dans le débat est revenu la difficulté de représenter la Romanche, ses couleurs changeantes selon la distance, les saisons…

Uniformiser a été un choix pour écarter tout jugement ou critique possible, et rendre un aspect neutre. Il ne fallait pas prendre parti. Ainsi, il aurait été possible d’utiliser différentes couleurs pour caractériser la personne qui parle (habitant, enfant, aménageur …) mais le projet a préféré mettre tous les textes au même niveau. Cela a permis de transcrire la multiplicité sans donner de l’importance à l’un plus qu’à l’autre. Cependant, un traitement a bien été effectué sur la typographie (type de police, taille…) mais selon le statut du texte : pour différencier les verbatim des données factuelles par exemple.

Cette uniformisation est aussi une conséquence de l’utilisation du numérique dans la production de la carte et le choix de ne pas utiliser un collage photo. Certes, certains dessins sont partis de photographies existantes, mais l’équipe de recherche a été confronté au nombre conséquent de photographies, qui n’étaient pas produites par les habitants. Le dessin a été préféré pour laisser une plus large place à l’imaginaire.

Brayer, Laure, Rachel, Thomas, et Pilon, Emmanuelle. (2022) «Sur les chemins et les ponts. Itinéraire des Jeunes Filles, le 19 juin 2019 à Rioupéroux» [Other] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.231c4067

Le projet a également donné lieu à 5 carnets, retraçant 5 itinéraires (habitants et professionnels). Pour un des itinéraires, celui de 4 jeunes filles, l’autorisation d’utiliser les photographies n’a pas été accordé. Ce désagrément a été transformé en opportunité et a permis une représentation possible de l’épaisseur sensible de la Romanche (multi-sensorielle, nous pouvons l’entendre sans la voir) en dessin. Ce travail a été effectué par Emmanuelle Pilon, en écoutant plusieurs fois les enregistrements, pour s’imprégner de l’ambiance. Le choix a été fait de garder le corps et les éléments architecturaux en blanc et de conserver seulement les couleurs bleu et vert, qui sont les éléments les plus prégnants du territoire (la végétation et la Romanche).

Ce choix de couleur permet de mettre en avant le corps comme récepteur des ambiances des lieux. En s’inspirant du travail de Taniguchi (dont les personnages se fondent dans le décor), deux relations sont possibles entre la couleur (l’ambiance, la perception) et le blanc des corps et des bâtis grâce à l’aquarelle :

  • Soit la couleur reste en fond et ne prend pas le dessus sur le corps
  • Soit elle agit comme un filtre et elle vient sur le corps : preuve d’une imprégnation du corps des ambiances des lieux.

D’autres codes ont également été utilisés pour restituer l’environnement sonore dans chaque planche (son humain, naturel, déplacement). La limite soulevée par Emmanuelle Pilon est que le travail se base sur des enregistrements sonores et non sur une expérience propre.

La relation au temps et à la nostalgie

La carte apparaît comme un instantané, qui recoupe différents types de récit, différentes couches de temps entrelacées : des mémoires historiques, des mémoires d’évènements éphémères du quotidien, et des aspirations pour le futur. Par rapport au futur, il semble apparaître sur la carte la « griffe » d’EDF qui va se retirer en laissant la vallée avec ses mémoires.

Carte des mémoires sensibles, 2021

Brayer, Laure, Hadbi, Ryma, McOisans, juL, Séraudie, Christophe, Laroche, Sylvie, Thomas, Rachel. (2022) «Carte des mémoires sensibles de la Romanche – version finale» [Map] NAKALA. https://doi.org/10.34847/nkl.2bad8uj6

Une impression d’attente et de nostalgie émerge, et sur cette dernière notion les opinions divergent : nostalgie en lien à une utopie collective, nostalgie de fin du monde avec la déprise industrielle, un territoire non facile, et donc un manque d’avenir. Mais cette carte, en mettant l’accent sur les éléments de fierté du territoire et ses particularités, amènera, peut-être, à une forme de réenchantement.

Image de l’exposition “cartographier les paysages sensibles”, Sylvie Laroche, ENSAG, 1/10/2021

Actualités du projet

  • Déjeuner Cresson : Le 30 juin 2022 nous pouvons écouter Laure Brayer, Rachel Thomas, Ryma Hadbi et Sylvie Laroche ; et discuter avec elles des résultats du projet Les Ondes de l’eau.
  • Exposition sur Nakala et conservation des données sur le serveur du laboratoire de ce projet en cours de réalisation par Françoise Acquier et Louise-Anne Charles.

Vous pouvez également retrouver la journée d’études sur Twitter et une présentation du projet sur le site AAU.

Citer ce billet : “Retour sur la journée d’études Les Ondes de l’Eau « Traduction cartographique des mémoires sensibles de la Romanche » du 01/10/21”, par Louise-Anne Charles et Sylvie Laroche. Publié sur Le Cresson veille et recherche… le 13 mai 2022. Lien : https://lcv.hypotheses.org/?p=17554.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search