Terrain/Recherche/Création : la question de la production

Retour sur le déjeuner Cresson de Léna Massiani, 3 mars 2022

Depuis la fin de mon doctorat en études et pratiques des arts (thèse-création, UQAM)((Massiani Léna, Danse in situ, relation danseurs, public, site – Thèse de doctorat, recherche-création, sous la direction d’Andrée Martin, Université du Québec à Montréal, 2011)), j’éprouve des difficultés à qualifier le travail que je mène et à trouver un réel écho à ce type de démarche en France. Sans entrer dans le détail de la formation1, je peux la résumer de cette façon : il s’agit de réaliser dans un même geste, une production artistique et un discours réflexif et théorique.

Pour cet intérêt méthodologique, avec ma collègue Olivia Germon nous avons provoqué la rencontre entre chorégraphes, chercheurs et architectes. Les journées d’étude “Expériences chorégraphiques in situ et ambiances urbaines” s’intéressaient aux manières de s’engager in situ avant un processus de création. Les outils se sont partagés à l’endroit de ce qui a été nommé par toutes et tous comme le terrain d’action : observer, appréhender, arpenter, se positionner, écouter, toucher, sentir, problématiser à partir d’un état d’écoute favorisant l’immersion sensible. Les expérimentations ont questionnés la façon dont nos présences au travail peuvent être une transformation potentielle des ambiances. Cette étape de discussion m’a poussé à déplacer l’intérêt à l’endroit de ce qui est produit : se trouver dans l’objet étudié, quelle incidence cela peut-il avoir sur la façon dont il est possible de produire des résultats de recherche ? N’y a t-il pas là l’occasion d’imaginer d’autres façons de produire de la recherche ?

Il me semblait intéressant de profiter du format des déjeuners du Cresson pour interroger les formats possible de la recherche lorsque le mot création s’y ajoute ; et inversement, interroger les formats possible de la création lorsque le mot recherche s’y adjoint. Ainsi donc, c’est en présentant le projet Territoire Chorégraphique que la discussion s’est engagée.  

Territoire Chorégraphique

Avec comme objectifs de mettre en application la lecture sensible de l’espace urbain2 élaborée en 2017, et de l’expérimenter en dehors des visites tout public que j’ai pu initier3, j’ai proposé à  Réservoir Danse4 une réflexion sur la corrélation entre la manière dont corporellement parlant les espaces urbains autour de ce lieu culturel s’organisent et la façon dont la structure dialogue avec le territoire dans lequel elle s’inscrit, le quartier Villejean-Beauregard (Rennes)

Pour ce faire, en testant l’idée que notre présence de chercheur et/ou de chorégraphe peut potentiellement transformer les ambiances de là où nous sommes, j’ai souhaité opérer dans un seul  geste, une analyse sensible de site et une mise en espace performatif de cette même méthode de lecture sensible.

Durant la saison 21/22, le projet a pu profiter d’un accueil en résidence de territoire comprenant une résidence de création et une carte blanche. Compte tenu de la dimension des espaces à découvrir, il était important de profiter de ce temps donné pour aller à la rencontre de ceux qui vivent le quartier : étudiants, habitants, travailleurs, adhérents d’associations, etc. Et donc, en plus des temps avec les danseuses de la compagnie, et puisque plusieurs structures culturelles se sont engagées dans le projet, il a été possible de constituer des groupes avec lesquels j’allais pouvoir m’entretenir, et avec lesquels j’allais pouvoir expérimenter la découverte sensible de Villejean-Beauregard.

Afin d’investir le quartier de manière cohérente, l’immersion a été divisée en quatre zone et de la façon suivante :

  • du 20 au 25 septembre 2021 : temps de travail avec les danseuses aux alentours de Réservoir Danse (Zone 1).
  • mars 2022 : rencontres avec des familles de Villejean et participation au festival Familles en mouvement. Ce sont les alentours de la Maison de quartier et du centre social qui ont été ici investit (Zone 2).   
  • les 2 et 3 avril 2022 : rencontre et atelier avec le groupe chorégraphique de Rennes 2. Avec les étudiants nous avons traversé l’espace urbain entre l’auditorium Le Tambour et le bâtiment universitaire STAPS (Zone 3).
  • le 28 avril, les 5, 12, 19 mai 2022 : rencontre et ateliers avec des habitantes de Beauregard. Nous avons réalisé un parcours entre la maison de quartier de Beauregard Le Cadran et Réservoir Danse (Zone 4).
  • du 16 au 20 mai 2022 : résidence de création et mise en commun des expérimentations avec les participantes du projet et les danseuses.

Environnement Chorégraphique

Tous les ateliers ont donné lieu à un parcours performatif que je nomme Environnement Chorégraphique. Ces parcours sont une invitation à venir découvrir et expérimenter un morceau du quartier Villejean-Beauregard. Environnement Chorégraphique joue avec l’hybridité. Il est l’étude sensible performée par les participants, les danseuses et les visiteurs, et en même temps le résultat de l’étude5 nous permettant un certain nombre d’observations sur la manière dont peut se situer le corps sur ce territoire.

Trois postures se dégagent : ce qui est donné à expérimenter, ce qui est donné à partager et ce qui est donné à voir. Il s’agit de permettre à des visiteurs et à un groupe de perfomeuses (danseuses et participantes) de découvrir un site à l’écoute de leur corps. Pour les performeuses, cela consiste également à prolonger et à approfondir la découverte sensorielle des visiteurs en partageant l’expérience sensible qu’elles ont de celui-ci. Enfin, tout en expérimentant, le groupe constitué des visiteurs et des performeuses devient lui-même un paysage, un environnement chorégraphique, une forme qui se déploie, qui se déplace et qui entre en contact avec différents éléments autour d’elle.

La transformation potentielle des ambiances permet de sentir dans l’action, en faisant. Chacun et chacune au moment présent, avec son humeur, son énergie, son attention.

Voici en images, les études et les parcours performatifs.  

Zone 1: tester la plasticité des matières 17 septembre 2021 © Gérard Payelle
Zone 1: tester la plasticité des matières 17 septembre 2021 © Gérard Payelle
Zone 2 : toucher, déposer, ressentir, 27 mars 2022 © Gérard Payelle
Zone 2 : toucher, déposer, ressentir, 27 mars 2022 © Gérard Payelle
3 avril 2022 © Gérard Payelle Zone 4 : la mesure
Zone 3 : écouter 3 avril 2022 © Gérard Payelle
Environnement Chorégraphique final, les visiteurs 12 mai 2022, © Gérard Payelle
Zone 4 : la mesure, 12 mai 2022, © Gérard Payelle
Environnement Chorégraphique final, les visiteurs 19 mai 2022, © Gérard Payelle
Environnement Chorégraphique final, les visiteurs 19 mai 2022, © Gérard Payelle

A suivre, Territoire Chorégraphique # l’exposition du 3 au 8 juillet 2022 dans le cadre d’OASIS à Réservoir Danse :

« L’exposition retrace en images et en témoignages sonores l’immersion de la compagnie In Situ- dans le quartier Villejean-Beauregard durant la saison 21/22. Elle met en avant les rencontres avec des personnes qui vivent ce territoire (habitants, étudiants, travailleurs), mais aussi avec les personnes ayant expérimentées les différents Environnements Chorégraphiques. Participants, visiteurs, danseuses font de ce territoire un environnement sensible dans lequel le corps a toute sa place ». 



Citer ce billet
Léna Massiani (2022, 23 juin). Terrain/Recherche/Création : la question de la production. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsmf

  1. Voir pour cela l’article : Massiani Léna, Retour d’expérience : parcours in situ et expérimentations, ou comment inscrire la recherche-création en France », Recherches en danse [En ligne], 6 | 2017, mis en ligne le 15 novembre 2017 []
  2. A lire à ce sujet : Massiani Léna, «Danse in situ, s’engager dans un lieu grâce à l’usage des sens», 2021, In Dassié Véronique , Fanlo Aude , Gélard Marie-Luce , Isnart Cyril et Molle Florent (Ed.), Collectes sensorielles: recherche-musée-art, Paris, F []
  3. Avec ces visites, je propose de découvrir un site urbain ou un bâtiment grâce à une immersion sensible. L’expérience se déploie d’une écoute interne du corps jusqu’à un corps à corps avec l’architecture. Conduits par ma voix, les visiteurs peuvent se laisser porter par le récit tout en y étant inscrit. C’est une façon particulière pour eux d’être acteur du sensible et dans le sensible. []
  4. Situé à Rennes, Réservoir Danse est une structure de soutien à la création qui entend préserver une autonomie de l’acte artistique et des acteurs dans leur capacité à définir leur projet et à en choisir les conditions de développement []
  5. Un texte restituant le résultat de l’étude sensible sera également produit. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search