Retour sur la formation “Prise de son naturaliste” par Bernard Fort, 9-10 mai 2022, AAU-Cresson

Genèse de la formation

29 octobre 2021, Blois, dans la salle de conférence de l’École de la Nature et du Paysage, 21h00… les lumières s’éteignent… plongé dans le cœur d’un glacier, notre univers sonore se transforme…. Puis les sons se métamorphosent, des modulations étonnantes envahissent la pièce… des phoques chantent, sous la banquise…Notre tour du monde acoustique ne fait que commencer. Ce voyage sonore nous révèlera, en partie, l’univers de Bernard Fort… il est en train de jouer sa pièce « Le Grand Orchestre de la Nature ».

Compositeur, audionaturaliste et ornithologue… toutes les facettes de Bernard Fort semblent résonner en nous. Nous sommes curieux… nous, la petite équipe du Cresson qui redescend dans ses montagnes après la fin de ce colloque blésois… « Paysages Inouis » ! Ainsi est née l’idée de contacter Bernard Fort. L’envie de le rencontrer, de partager avec lui son univers, et notamment sur un dénominateur commun qui nous unit : la prise de son. Ce domaine si cher à l’équipe Cresson. Et surtout sur un terrain que nous aimerions voir grandir dans l’équipe : la relation acoustique avec la nature, le vivant. Bernard nous permettrait ainsi de dérouler un fil que nous espérons très long, qui commencerait par cette formation, pour nous emporter petit à petit vers une expertise renouvelée sur les prises de sons des ambiances de la nature.

Bernard Fort et Cédric Pichat
Bernard Fort et Cédric Pichat, ENSAG, 2022, photo prise par juL McOisans, tous droits réservés

Bernard Fort

Bernard Fort a donc plusieurs cordes à son arc. Tout d’abord compositeur, son travail musical est principalement consacré au genre acousmatique, pour le concert, en salle ou en plein air, pour la danse, le théâtre, l’image, la poésie sonore ou encore le jeune public. Il réalise de nombreux travaux pour les musées ainsi que des expositions, installations sonores, documents didactiques et productions radiophoniques. Il est largement édité avec plus d’une trentaine de disques et une dizaine de livres.

Son travail est aussi beaucoup plus large, avec une attirance pour les paysages sonores naturels. Et notamment pour les oiseaux. Ornithologue et audionaturaliste, beaucoup de ses compositions se retrouvent influencées par le travail de Bernie Krause ou Jean Roché, deux personnages qui se retrouveront au centre de notre formation. Passionné et passionnant, pédagogue de la première heure, il donne ainsi des formations sur la prise de son naturaliste et les techniques d’écriture en studio.

C’est ainsi que nous l’avons contacté, pour nous accompagner dans une formation à la prise de son naturaliste. Bernard a donc accepté avec bonheur et s’est investi ardemment dans cette formation, une première pour lui pour un public composé de membres d’un laboratoire de recherche.

Programme de la formation

Après plusieurs échanges, nous avons ainsi opté pour une formation en 3 temps.

  1. Un premier temps plutôt théorique, où sera exposé le choix des représentations, les microphones et leurs usages, les choix des dispositifs d’enregistrement, les comportements sur le terrain et un mot sur le traitement des enregistrements (le programme détaillé est disponible ci-dessous).
  2. Un deuxième temps de pratique, où les participants iront eux-mêmes à la rencontre des paysages naturels et du vivant pour des sessions d’enregistrement, avec du matériel acheté par le Cresson, conseillé par Bernard. Ce travail se fera pendant l’été, de manière individuelle ou en groupe, finalement au gré des envies et des disponibilités de chacun.
  3. Le troisième temps sera consacré à la mise en forme et à l’analyse des séquences que nous aurons enregistrées. Ce temps devrait avoir lieu courant le mois d’octobre.

#1 Premier temps: introduction à la prise de son naturaliste

Ce premier temps de formation s’est déroulé sur 1 journée et demi, le 09 mai après-midi et le 10 mai 2022 toute la journée.

Le programme

affiche formation

1 – Questions de représentations et objectifs

  • Paysage en prise unique: Bernie Krause, un souci de représentation objective sans interprétation
  • Paysage recomposé : Jean-Claude Roché, partager une émotion, montrer une réalité vécue
  • Avantages, défauts, difficultés, écoute

 2 – Représentations en public : choix des dispositifs

  • Monophonie (définition): partout, idéal pour les portraits
  • Divers modes de stéréophonie (définitions): intensité, phase
  • Ortf, M/S : partout, disque, radio, concerts, conférences, etc.
  • Multipistes (définition): installations sonores, sonorisations de lieux
  • Imaginer un ou plusieurs modes de représentation, adapter le travail aux modes de représentation choisis

 3 – Les microphones et leurs usages

  • Un microphone basic mono : Oktava, question des directivités
  • Montage de divers couples stéréophoniques
  • Micros X/Y, micros M/S, micro canon, parabole mono, parabole stéréo, piège à sons, hydrophones, détecteur ultrasons, micro contact

 4 – Les comportements de terrain

  • Repérage – Déplacements – Attente – Respect des unités de lieux et de temps – Paroles pendant les prises ? – Photos?
  • Usage du casque

 5 – De retour en studio

  • Diverses configurations logicielles et écoutes.
  • Taux d’échantillonnages et conversions.
  • Dérushage – Classification – Mise en forme des deux cas de figure : Le paysage en prise unique, Le paysage recomposé

——-

En parallèle de cette formation, Françoise et Louise-Anne ont fait un superbe travail, en nous concoctant une sélection bibliographique avec les livres déjà présents au laboratoire sur la thématique de l’audionaturalisme et de la prise de son, et une commande a été aussi réalisée pour étoffer cette collection visible sur ce lien. Les ouvrages ont été exposés dans les locaux du Cresson le mois de la formation.

Compte-rendu du Lundi 9 mai après midi

Le rendez-vous est donc pris à 13h ce lundi 09 mai pour le début de cette formation !

Nous sommes quinze, installés dans l’amphi Haut de l’Ensag, Bernard commence par se présenter et fait défiler le développement de ses passions, passionnément ! En commençant par ses débuts dans la composition (notamment dans la musique électroacoustique et l’enregistrement de sons d’objets du quotidien), avec des mentors aussi différents que Les Beatles, Olivier Messiaen et Paul Klee. Son goût pour les sons émanant de phénomènes naturels, jusqu’à l’évolution logique vers l’enregistrement des sons émanant des paysages sonores. D’ailleurs, nous spécifie-t-il, le mot paysage n’apparaît qu’à la renaissance, pour désigner avant tout, une représentation picturale et non l’étendue d’un territoire couvert par le regard. Aussi pour le son, le paysage sonore serait alors représenté par le support de l’enregistrement, d’où les intitulés de certains de ces albums, « Paysages Canadiens » par exemple.

Nous entrons dans le vif du sujet : il y a plusieurs manières d’enregistrer et de restituer un paysage sonore. Bernie Krause et Jean Roché sont les chefs de file de deux expressions bien différentes.

Bernie Krause (musicien / bioaccousticien américain) :  une représentation absolument objective, une photographie sonore de l’instant. Pas de mixage ou très peu, c’est une représentation quasi brute qui nous est donné d’entendre, seul le positionnement des micros et les techniques utilisées sont le fait de l’expérimentateur ; comme en témoigne l’extrait des gorilles et les murmures des habitants du village environnant (enregistrement de Bernie Krause avec les gorilles étudiés par Dian Fossey) ou l’enregistrement du bord de la rivière Mara par Chris Watson. Le piège principal de ces représentations : quel volume sonore choisir pour respecter cette objectivité ?  

Jean Roché (ornithologue / bio acousticien français) :  Grand pionnier de l’audionaturalisme en France, c’est une représentation beaucoup plus subjective, basé sur une recomposition des enregistrements. La prise de son peut être différenciée pour chaque élément. Le mixage devient alors un outil d’importance : il traite chaque espèce pour la valoriser (filtrages, égalisation…). On est plus proche ici du travail d’un réalisateur de cinéma pour nous délivrer un rendu subjectif d’artiste. Des œuvres de Jean Roché, Lang Eliott et Douglas King nous sont présentées.

Il y a quand même un paradigme commun très important à ces deux représentations : le respect de l’unité de lieu, de l’unité de temps et du milieu.

Dans le mixage, Jean Roché ne va pas mélanger des sons enregistrés dans des lieux différents, à des temps différents (dans une certaine mesure, une semaine est acceptable) et avec des espèces qui ne sont pas censées cohabiter. La densité est un élément qui est respecté scrupuleusement aussi ; par exemple la durée, la répétition du chant d’un oiseau.

Cette première demi-journée se termine, des sons encore bien présents dans les oreilles et des informations en pleine maturation et pleins d’étoiles dans les yeux !

Bernard Fort, Ensag, 2022, Photo prise par juL McOisans, tous droits réservés
Bernard Fort, ENSAG, 2022, Photo prise par juL McOisans, tous droits réservés

Compte-rendu du Mardi 10 mai

Le matériel apporté par Bernard est impressionnant : valises, caisses, sacs, boitiers… on a hâte de découvrir tout ceci.  

La journée est consacrée à l’outil qui nous rassemble tous pour cette formation : le micro, et son utilisation.

Tout d’abord Bernard va prendre le temps de nous expliquer les divers modes de stéréophonie : stéréophonie de phase et d’intensité, l’utilisation des micros en stéréophonie et leurs effets (stéréo X/Y, couple A/B, ORTF, micro M/S), leurs avantages, leurs inconvénients, leurs applications. Toute la matinée, les échanges sont nombreux autour de ce sujet, et sur des sujets connexes… toujours sans filet (sans notes sous les yeux et sans support) et d’une pédagogie remarquable, et souvent avec des exemples très parlant, Bernard nous communique ses passions.

Puis l’après-midi, Bernard nous présente l’échantillon des micros présents. Micro canon Neumann, micro M/S Shure VP88, parabole Telinga mono et stéréo, hydrophone, micro contact Schaller, Bat box, boîtier de micros Oktava avec toutes ces capsules (cardioïdes, hyper cardioïdes et omnidirectionnelles), perche, cage et bonnettes Rycote… des démonstrations, des essais que chaque participant peut effectuer avec un enregistreur et un casque (notamment à l’extérieur avec la parabole), des conseils, des écoutes d’enregistrements…

Le temps passe très (trop !) vite, nous aimerions tous passer tellement plus de temps à discuter avec Bernard, manipuler les micros, se perdre en projection sur des projets déjà naissants … mais malheureusement , il est 17h30, c’est l’heure. Bernard doit nous quitter.

Nous nous donnons rendez-vous courant le mois d’octobre 2022 pour le 3ème temps de la formation, nous avons hâte.

En attendant, entre membres de la formation, nous prévoyons d’organiser des sorties en milieu naturel pendant cet été, pour appliquer tout ce que nous avons appris pendant cette première session de la formation. Ce deuxième temps d’auto-formation nous servira de base pour agrémenter le rendez-vous au mois d’octobre avec Bernard.

Des micros ont ainsi été commandés ou sont en cours de commande :

  • Un enregistreur automatique (ou piège à son) : Song Meter Mini de Wildlife Acoustics (reçu)
  • Un micro stéréo M/S : BP4029 d’Audio-Technica (reçu)
  • Une parabole : Telinga Modular Kit (avec micro stéréo EM272) (en cours)

Ils n’attendent plus qu’à être utilisés… !

A suivre en octobre 2022 pour la #2 !!!



Citer ce billet
Cédric Pichat (2022, 1 septembre). Retour sur la formation “Prise de son naturaliste” par Bernard Fort, 9-10 mai 2022, AAU-Cresson. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsmg

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search