Livre : Phénoménologie de l’attention. Edmund Husserl, Natalie Depraz (Traducteur). 09/11/2009. Vrin. Collection : Textes Philosophiques. ISBN : 978-2-7116-2242-9. 258 pages. 24,70€

pheno
Peut-on, de l’existence d’un Cours consacré partiellement à l’attention, conclure à l’existence chez Husserl d’une phénoménologie de l’attention en bonne et due forme ? En montrant comment l’attention entretient une relation complexe à la perception, à la volonté, à l’affect et à la réflexion, le phénoménologue fait ressortir l’originalité d’un vécu qui n’est pas un acte intentionnel au sens précis mais traverse les actes pour les porter à leur accomplissement : ni raison, ni sentiment, l’attention remplit une fonction modulatrice des actes de la conscience, fonction qui fait à elle seule son originalité dynamique d’amorçage et d’adossage intégratif.
Par une double réforme de l’intentionnalité et de l’intensité de la conscience, il renvoie dos-à-dos, non sans y puiser certaines ressources, la problématique du champ de la conscience (Wundt) et celle, longuement discutée, de l’attention comme plaisir pris à remarquer (Stumpf). L’attention en ressort définitivement dissociée de la réflexion ; elle se présente comme l’aiguillon qualitatif d’une perception-tenir pour vrai (Wahrnehmung) elle-même renouvelée dans sa dimension modalisatrice et réidentifiée comme  » perceptualité  » (Perzeptionales) ; elle s’affirme de plus en plus, à mesure que l’on avance dans la description, partant de son alliance signitive, en tant qu’activité de remarquer (Bemerken), avec l’aperception (Aufmerken), comme un mouvement interne quasi-organique de se tourner (zuwenden) où les degrés d’aperception interne se trouvent réinvestis comme des traits concrets de  » remarquabilité  » (Merklichkeit/Bemerksamkeit), et finit par y intégrer le moteur affectif lui-même à titre, non de cause, mais de stimulation et d’effet possibles.
Bref, Husserl joue sur une variation terminologique de l’attention (Zuwendung: conversion attentionnelle; Aufinerksamkeit : activité aperceptive de remarquer ; Attention : tension vers) qui démantèle une identité homogène donnée a priori et permet au langage d’épouser les modifications et mutations expérientielles du phénomène attentionnel. A-t-on pour autant affaire à une  » phénoménologie de l’attention  » ? Nous laissons le lecteur juger et conclure lui-même après lecture.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search