Soutenance de thèse de Patrick Romieu (Cresson): L’expé́rience sonore des ambiances festives : contribution à une ethnologie du sonore, ENSAG Grenoble, 15 décembre 2009

Je n’ai pas l’habitude d’annoncer les thèses du Cresson, j’ai peut-être tord…Patrick soutiendra sa thèse et je suis bien contente pour lui !

thesePatrickROMIEU-aff

UNIVERSITE PIERRE MENDÈS FRANCE École doctorale 454 « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire »
CRESSON UMR 1563 « Ambiances architecturales et Urbaines » Institut Urbanisme de Grenoble / École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble
Thèse présentée, et soutenue publiquement le 15 décembre 2009 Par
Patrick ROMIEU
Pour l’obtention du : Doctorat de l’Université Pierre Mendès France « Urbanisme – mention Architecture »
L’expérience sonore des ambiances festives Contribution à une ethnologie du sonore
Membres du jury :
Edith LECOURT (rapporteur) François LAPLANTINE (rapporteur)
Olivier SOUBEYRAN
Yves WINKIN
Dirigée par :
Jean-François AUGOYARD
La part sensible de l’expérience n’est pas la plus explicite. Au sein de l’expérience sensible l’expérience sonore ne semble prendre du relief que dans les temps forts de la présence musicale ou dans l’exposition au bruit. De nombreux domaines de l’action, individuelle ou collective sont cependant sono-induits. Ils réagissent aux milieux sonores et écrivent dans le même temps la partition complexe de ces milieux.
Cette recherche interroge par l’approche ethnographique des modèles relativement stables de la fête locale la prégnance sur les formes et les contenus de l’action sonore de certains dispositifs historiquement constitués. Comme d’autres dispositifs, la fête a naturalisé les expressions du Bruit, de la Musique, de la Voix et de l’ensemble des gestes sonores. Il convient d’interroger les espaces sonores où se nouent les dynamiques des pulsions individuelles assemblées dans des instants de reliance, d’intersubjectivité et d’intercoporalité fortes et les résistances physiques et symboliques des lieux mais aussi des habitudes perceptives. Le rapport toujours singulier que la fête entretient avec le lieu doit être soumis à la question de la pulsativité sonore des actions collectives. C’est dans une reliance toujours mystérieuse au final que le sonore et plus généralement le sensoriel élaborent le sillon du lien sociétal. Comment les différents registres de l’action sonore font- ils lien, font-ils lieux ? Telles sont les deux questions que pose cette recherche.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Cette thèse est-elle consultable au Cresson, ou ailleurs ?

    GM
    http://desartsonnants.over-blog.com

  2. Françoise Acquier dit :

    La thèse est en cours de correction. Elle sera bientôt disponible à la doc du Cresson.

  3. HollyRobsonn dit :

    Hey – I am definitely glad to discover this. cool job!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search