Radio Utopia

Also listen to a reportage made by The Rest Is Just Noise :

Radio Utopia: La Biennale di Venezia 23 with Carlotta Darò and Nicolas Tixier

XVIIIe Biennale d’architecture de Venise
Dans le cadre du pavillon français
Ball Theater / La fête n’est pas finie

Durant cette semaine, le Ball Theater est transformé́ en véritable studio de radio ouvert au public. Captant et diffusant différents types d’extraits sonores, cette antenne radio connecte le théâtre radiophonique à de nombreux partenaires français et étrangers, territoires, institutions, chercheurs, artistes et acousticiens. Sa programmation évolue pendant la semaine avec une série d’émissions enregistrées en live intitulées « Nouvelles du monde », des installations in situ et la possibilité́ de pouvoir déambuler dans l’espace intérieur et extérieur du pavillon avec des mini diffuseurs de sons venant de tous horizons, recueillis par un appel à contributions. Ce laboratoire du son propose une plateforme expérimentale pour mieux saisir notre temps, apprendre à écouter autrement et rendre audible des voix nouvelles venues d’ici et d’ailleurs.

Installations sonores permanentes

Nouvelles du monde   

Carlotta Darò, Nicolas Tixier

Dans le cadre du pavillon français pour la XVIIIe Biennale internationale d’architecture de Venise 2023, nous avons lancé un appel à contribution pour recevoir les nouvelles du monde sous forme de bandes-son de moins de 7 minutes. Conçu comme une antenne réceptrice et émettrice, le Ball Theater installé dans le pavillon français ouvre un champ d’expérimentation fictionnelle, de recherche et de débat : un théâtre radiophonique.

Ces nouvelles du monde sont diffusées dans le cadre d’une semaine de recherche et de création – Radio Utopia – qui se déroule du 1er au 5 août 2023. Elles sont émises sur des mini-diffuseurs individuels, que chacun peut utiliser pour déambuler dans les espaces intérieurs et extérieurs du pavillon, ainsi que dans le Ball Theater.

Les propositions sont de toute nature : créations, fictions, interviews, paysages sonores, archives, etc. Nous avons reçu plus de 150 propositions venues du monde entier. Elles ont été sélectionnées en fonction de leur qualité de production et de leur contenu. Véritable laboratoire sonore afin d’être à l’écoute des nouvelle des lieux, des nouvelles de l’autre, des nouvelles du futur, des nouvelles du passé, des nouvelles des sphères…

Losonante

Losonnante was created by Thomas Bonnenfant and Sébastien De Pertat. It is supported by the Institute of Humanities and Social Sciences (InSHS), in the French National Centre for Scientific Research (CNRS). It has been developped in AAU-Cresson and Pacte laboratories in Grenoble.

Losonnante – from French “L’os”, the bone, and “sonnante”, sounding – is a listening device that uses the capacity of bone to conduct sound. To listen, you have to cover your ears, resting your elbows on the vibrating surface. It is an invitation to listen differently, in resonance between the body, the object and the sounds. In a sense, Losonnante is a moment of silence, a pause: plug your ears, close your eyes and let the sound find a way through your arms, your hands. No Hi-Fi sound here, but vibrations and distorsions; a new ear tending to the living sounds that surrounds us. Knud Viktor, 1924-2013 All the compositions played on Losonnante are by Knud Viktor, a Danish artist who lived for almost 50 years in the Luberon, in the south of France. As a painter, he moved to this region to find the light of Van Gogh’s works; he was drawn to the sounds and vibrations of his environment and became what has been called a “painter of sound”. Always working with very rudimentary equipment, often of his own making, Knud Viktor deployed a very meticulous and attentive form of listening to the living world around himIntervenant. His compositions are a testimony to this sensuous relation between the artist and his milieu.

Radio Wega

Giuseppe Gavazza, compositeur, en collaboration avec Alessandro De Cecco

Radio Wega: B-AIR is an old valve radio I inherited from my grandmother. When someone approaches it, it turns on and transmits radio broadcasts from years gone by. Radio Wega is a modified analogue-digital hybrid radio: instead of scrolling through radio wave frequencies, the tuning knob controls a scan between recordings of radio broadcasts of different periods, collected in a playlist arranged chronologically following a palimpsest. Radio Wega: B-AIR navigates through the waves and becomes a sonic time machine.

Trio

Thierry Mouillé, artiste

Une ballade en balles dans le bal.

Mardi 1er Août

Installation sonore

Spaces in a space

(Tour du pavillon via Radio Wega – Les Sirènes du Drac – News of the world – porche écho flottant…) (Tetart juL)

Les sirènes du Drac

Cresson Quintet
(Sébastien de Pertat, Marc Higgin, Théo Marchal, juL McOisans, Cédric Pichat)

Basse vallée du Drac, entre le flanc Est du Vercors et les contreforts de Belledonne. « On croirait un paquebot qui arrive dans la plaine ». Ce sont par ces mots qu’un agriculteur de la plaine de Reymure nous raconte le son des cornes de brume, ces sirènes qui doivent se déclencher en cas de rupture de barrage sur le Drac. Une fois par trimestre, le temps d’un exercice, les sirènes des usines chimiques et celles des barrages hydro-électriques se relaient. L’espace d’une demi-heure, des frontières se dévoilent et se déplacent, rappelant que nous sommes ici soumis à un régime de surveillance strict. C’est le territoire de la production industrielle qui tout à coup peut basculer. Cet espace se révèle furtivement et temporairement, les sirènes font surgir une « ville virtuelle » qui d’une seconde à l’autre peut dicter aux corps les espaces autorisés et interdits : c’est alors toute la vallée qui est mise en alerte et qui devient ce son. En juin 2023, nous avons convié quatre musiciens du collectif Apnées à une performance improvisée dans quatre lieux de ce territoire, dans un dialogue avec le milieu sonore et l’émergence des sirènes.

Plateau radio

L’écoute des mondes

Animation : Damien Masson, Nicolas Tixier

Comment sonne le monde ? Et comment pourrait-il sonner demain ?
Que nous raconte l’ambiance sonore d’un espace urbain, d’une place, d’un hôpital, d’une école,
ou encore l’ambiance sonore d’un lac, d’une forêt, d’un glacier ?
Que nous disent, quand on écoute vraiment, les habitants, mais aussi le monde du vivant avec qui nous sommes ?
Quelles sonorités témoignent du monde tel qu’il va, dans ses enchantements autant que dans ses drames ?
Quelle empathie au monde le sonore donne-t-il à entendre ? La question est vaste.

avec
Perrine Poupin, sociologue, AAU-Cresson
Sabine Von Fischer, historienne et critique de l’architecture
Marc Higgin, anthropologue, AAU-Cresson
Thomas Bonnenfant, Nuit뉘 Architecture
Sébastien de Pertat, AAU-Cresson et PACTE

Avec la contribution enregistrée de Tim Ingold, anthropologue University of Aberdeen

Pièce sonore : DRUM, Sally Jane Norman, directrice de Te Kōkī – New Zealand School of Music, avec Riki Gooch, compositeur

> Écoute : “DRUM- Distributed Rhythms United Mix

Séance d’écoute

Vibroscape

NIB, Slovenia

Obalni travnik, recording vibroscapes in Slovenia’s meadows and around
Entretien avec Meta Virant-Doberlet et José Lopez Diez, NIB, Slovenia, Department of Organisms and Ecosystems

Flee project

Entretien avec Alan Marzo et Olivier Duport, Flee project

Welcome of the World
Movements II (Courage) and IV (Critical Thinking)

Irena Popovic Dragović

The six-movement musical composition “Welcome of the World” by Irena Popović Dragović (Belgrade, Serbia) was created through a cross-media creative process in which artists and educators collaborate with the aim of developing artistic content intended for an early-age audience, striving to support the child’s capacities for an open, active, exploratory attitude towards the world. Inspired by the narrative of dramaturge Bogdan Španjević, with the creative guidance of director Sunčica Milosavljević, Irena Popović Dragović’s composition encourages a child’s key dispositions to learn about the world and in the world: curiosity, courage, perseverance, creativity, critical thinking and sociability. The composition is part of the program concept of Welcome of the World, implemented within the Creative Europe project B-AIR by the Representative Association in Culture BAZAART from Belgrade, with the aim of promoting the pedagogical power and unique role of art in child development.

Performance sonore

Ubiquités

Cresson Quintet
(Sébastien de Pertat, Marc Higgin, Théo Marchal, juL McOisans, Cédric Pichat)

« Ubiquités » is an acoustic and electro-acoustic sound performance based on experiments begun during the seminar “How does the world sound: Art infinity Radio” at the Cerisy international cultural center in 2023.
It is inspired by Alvin Lucier’s compositions/performances, working with loops of sound fragments captured live and replayed in a multi-channel system. It plays with sonic, temporal and spatial layers that engage the acoustics of the space as well as its sonorities (endemic or provoked).

Mercredi 2 août

Installation sonore

Par cœur, le son qui reste

Monica Fantini

Depuis dix ans, Monica Fantini propose aux auditeurs de Radio France Internationale d’écouter le monde autrement à partir des mots et des sons du quotidien. Pour la série d’émission « Par cœur – Le son qui reste », elle s’est intéressée à ce que nous sommes capables de réciter « par cœur », ces fragments qui constituent des archives vivantes de ce que l’on retient du monde, volontairement ou pas. Elle nous livre des mots, poèmes, berceuses, slogans, chansons qui ont échappé à l’oubli, collectés auprès de personnes de langues, de milieux et d’âges différents en évoquant le contexte et les souvenirs qu’ils font resurgir… De quoi se compose notre mémoire sonore et comment nous construit-elle ? Assemblés et entremêlés, ces souvenirs composent une mosaïque sonore des mémoires du monde, pour une écoute spatialisée et immersive, orchestrée par RFI Labo, dans le cadre de Radio Utopia à la XVIIIe Biennale Internationale d’Architecture de Venise – Pavillon français. L’installation « Par cœur – Le son qui reste » se compose de sept épisodes d’«Ecouter le monde » : La langue perdue (avec Léa Seide, étudiante) ; La chambre noire (Christophe Rosenberg, musicien et compositeur) ; La phrase inoubliable (avec Gérard Théruel, baryton) L’absurde (Jordan Sibeoni, pédopsychiatre et écrivain) ; Mémoire Palace (Violaine Lochu, artiste et performeuse) ; Le poème en grec (Ephie Raikopoulou, professeur de lettres) ; Le mystère (Isabelle Le Gouic, amoureuse des mots et des sons).

Plateau radio

Le son qui reste

Animation : Nicolas Tixier

Que nous reste-t-il du sonore quand quelque chose est fini, s’éteint,
quand quelque chose a disparu, est suspendu ou encore loin de nous ?
Sa mémoire est toujours là, prête à être réactivée, même après que le son a cessé,
son impact ou son souvenir continue de résonner en nous.
Le son est par nature ubiquitaire, le silence énigme, et tout lieu mémoire autant que fiction.

avec
Ona Balló, historienne de l’art
Monica Fantini, autrice sonore, « Ecouter le monde » Radio France Internationale
Jean-Paul Thibaud, sociologue, AAU-Cresson
Suivi d’un hommage à Sandrine Depeau : Entre les mots des marmots

Séance d’écoute

Là où chantent les palourdes

Didier Tallagrand

Lectures mis en sons avec des extraits de textes de
Chen Fou, Six souvenirs d’une vie flottante
Tim Ingold, Marcher avec les dragons
Samuel Beckett, Mal vu mal dit
Lucrèce, La nature des choses
Raymond Queneau, Les fleurs bleues
Henry D.Thoreau, Walden
Elisée Reclus, Histoire d’un ruisseau
Kenzi Miyazawa, traversée de la neige
René Char, Les matinaux
Alain Mons, Le bruit-silence
Augustin Berque, Les raisons du paysage
Philippe Bonnin & Nishida Masatsugu, Vocabulaire de la spatialité japonaise
& Divers extraits des superbes romans de Jim Harrison.

Performance sonore

Scanographic soundscape

Julien Clauss

Scanographic soundscape est un concert ayant comme source des objets en rotations sur des platines vinyles. Les objets sont scannées par des cellules laser, leur contour produit un signal qui module un synthétiseur : polygones élémentaires, architectures abstraites et matériaux souples sculptent directement la matière sonore. La musique est composée par le mouvement des formes et par le musicien qui agence les signaux reçus par le synthétiseur. Déterminée en partie par le dispositif, la synthèse produite puise dans le vocabulaire des musiques minimalistes et improvisées et concrétise des trames abstraites, harmoniques ou bruitistes, qui donnent à voir et à entendre des formes.

Jeudi 3 Août

Performance sonore

“ETOILES”

Nicolas Frize

“Dans le ciel, les astres ne se mélangent pas, ce sont des sources distinctes et distantes ; mais la perception humaine et son appétit irrépressible de poésie, d’unité et de contemplation, va accorder à la voute céleste le statut de paysage ! Ici, évidement, l’acoustique aide les sources sonores à se fondre et se composer entre elles, néanmoins, elles demeurent toujours des sources distinctes et distantes ! Les limites du compositeur qui rêve d’atmosphère et d’espace homogène, ce sont assurément les haut-parleurs… : alors il se résout au polylogue et appelle dès qu’il le peut les murs à son secours.”

Plateau radio

Territoires utopiques

Animation : Carlotta Darò

Par son pouvoir de rayonnement vers l’extérieur et de captation vers l’intérieur, la radio devient dans ce contexte un territoire utopique en soit capable d’éveiller notre désir d’imagination. À travers différentes formes de récits fictionnels, ce plateau radio s’intéresse à la dimension utopique et dystopique du projet d’architecture.

avec
Marco Assennato, philosophe ENSA Paris Malaquais/ACS
Avec les contributions enregistrées de Werner Oechslin, historien de l’art et de l’architecture, ETH Zürich
Ada Ackerman, historienne de l’art, CNRS/THALIM

Discussion

L’ouïe des villes

Pascal Amphoux, architecte, AAU-Cresson
Nicolas Frize, musicien et compositeur

Séance d’écoute

Chemins d’eau

Bernard Fort

À l’oreille, confortablement installés à la confluence du Rhône et de la Saône, nous suivons les chemins d’eau…
Les eaux du ciel, un soir d’orage, nourrissent le Saint Laurent peuplé de mille oiseaux… nous sommes au bord de ses grands lacs ventés, cernés de roselières…
Un peu plus loin, les pieds dans l’eau, avec les troupeaux de buffles qui paissent dans le noir, la nuit nous fait entendre la grande symphonie batracienne du Delta du Danube, entre Roumanie et Ukraine…
Puis, plus loin encore, sous la pluie Africaine, nous longeons, toujours de nuit, la rivière Mara qui ira se perdre dans le lac Victoria, accompagnés de nombreux insectes divers et sonores ainsi que de tous ces batraciens semblant jouer des instruments de musique.

Vendredi 4 Août

Tour du pavillon

  (tetart juL) 

Installations sonores

Photosynthetic Beats

Ludwig Berger

Sound artist Ludwig Berger recorded underwater plants during a hot summer day in the Swiss Jura. The common bladderwort (utricularia vulgaris) releases oxygen bubbles in complex, ever changing rhythms. Drummer Julian Sartorius responded to the amplified and saturated recordings in an interspecies dialogue.

Lightning Ellipse

Raviv Ganchrow

Lighting Ellipse is a site-specific circuit, installed in the portico of the French Pavilion, patching together earth’s native transmissions (lightning), received on ground telluric currents, passing through contextual features of the site. The sound installation relays electrical activities from the ground beneath the French consulate in the Netherlands, during a recent thunderstorm that quenched a record-breaking dry spell, played back through agencies of Venetian echo (acoustics of Basilica di San Marco) and geometries of architecturally broadcast voice (the pavilion’s elliptic portico).

Présentation of the project

Plateau radio

Futurs sonores

Animation : Carlotta Darò

Qu’en est-il de l’enseignement de l’acoustique en architecture ? Quelles sont les pistes pour une meilleure intégration du sonore dans le processus de création du projet ? À travers le témoignage de quatre représentants de la création sonore en architecture, ce plateau interroge les pratiques d’aujourd’hui et celles à venir.

avec
Nadine Schütz,1), architecte et artiste sonore, IRCAM-STMS
Achilleas Xydis, architecte et artiste sonore, ETH Zürich
Ludwig Berger, paysagiste et artiste sonore
Raviv Ganchrow, architecte et chercheur sonore

Séance d’écoute

“On the planet…”

TWIXTlab

A radio story by Ali, Achilleas, Ibo, Giorgos, Semiha, Kalliopi Takaki, Angelos, Dana Papachristou, Dimitris, Filippos, George, Mizi (Giorgos Mizithras), Pavlina, Vassilis, Orestis Karamanlis, Petros Flambouris, Sam (Yorgos Samantas).

LP duo: Baby Blues

Dojčinović Nikoleta

Composition “Baby Blues” is written in a form of six short minimalistic hybride-piano pieces with recognizable musical poetics of LP Duo (Birth, Cradle, Now what?, Baby’s book, Show me how to breathe, Lullaby for staying awake). With these compositions, the authors tried to evoke emotions related to early childhood, getting to know the world and first experiences. Music is intended for babies as well as adults, who will be taken by compositions on an imaginary journey to the earliest memories, forgotten experiences or already repressed subconscious.
The work represents research in the field ars acustica and it is part of the program tradition of the drama series “Radionica zvuka” of Radio Drama.

M’akous ? [Do you hear me ?]

Petros Flampouris, Evangelia Paxinou, Nicolas Remy

“M’akous” (in the Greek language) or “Do you hear me” (in English) is an original composition created from sound fragments recorded in situ using a portable transmission and receiving FM radio system (92,5FM Sympathy Radio). The presented sound piece is composed as a musical counterpoint between individual and collective soundscapes experienced by the participants. Sympathy radio is set (in 92.5 mhz) in radio receiver devices which enables the simultaneous hearing (though air-born and bone-conduction methods) of different and remote points of the same place, in real-time.

Sympathy radio

Performance sonore

Echos, effets & synergies

Collectif Cresson + invités

Dans la lignée des Sirènes du Drac & d’Ubiquités, cette expérience sonore est conçue comme une improvisation collective, à la manière d’une jam, impliquant autour du collectif Cresson, divers partenaires présents lors de cette semaine.

A posteriori on peut dire que ce fut un des moments de magie de la semaine : alors que le jeudi une vague idée commençait à peine à émerger collectivement, le vendredi aprémidi elle s’est rapidement concrétisée & mise en place dans une fluidité remarquable avec la complicité du hasard.
L’idée était : Toute la semaine on a fait écouter les Nouvelles du monde rassemblées dans une des pièces du pavillon, on va à présent les redistribuer & les faire écouter dans le monde, c’est à dire à l’extérieur & tout autour du pavillon. Parallèlement on avait remarqué que l’environnement sonore extérieur était presque en permanence occupé par les cigales qui vivent dans les giardini & le hasard a fait que cette aprémidi-là une averse est venue faire taire ces cigales. Théo, qui était allé les enregistrer un peu avant, les a mises sur les Mifa qui restaient & donc, en même temps qu’on faisait sortir les Nouvelles du monde, on a fait entrer les cigales dans le pavillon !

Samedi 5 Août

Autour du pavillon

  (Installation porche) (Tetart juL)

Installations sonores

Espaces Matières : Horizon (Braek, Dunkirk)
Point d’Orgue / Tube 4’13’’ (Grandes-Serres, Pantin)
Plage de la défense #2

Nadine Schütz2)

The Espaces Matières installation combines three original creations that explore contemporary urban and industrial conditions through a site-specific approach to composition.

Horizon (Braek, Dunkirk) is an installation work resulting from a two weeks residency in the industrial port of Dunkerque, realized within the framework of the Jachères project curated by Usus & Fructus and supported by the Mondes Nouveaux programme. This acoustic horizon draws a gradient between distant and proximate listening conditions, resolving the vis-à-vis of sea and industry. The further away we hear, the more similar sounds of different origins become. Only if we get close and listen, thus transcending the physical and emotional borders of what might be considered mental wastelands of our contemporary urban society, the difference becomes audible, and noise becomes sound.

Point d’Orgue / Tube 4’13’’ (originally a 4th-order ambisonics composition) unfolds and reconfigures the acoustic topography of the Grandes-Serres de Pantin, the ancient production site of the Pouchard factories (machining of steel tubes), and a real estate project by Alios Développement awaiting its transformation. The detailed sound of rain and the precisely situated and articulated metal noises created with remnants of the industrial activity found on site introduce an intimate listening experience to the impressive acoustic extent of the historical hangar. This spatial intimacy resonates through different textures and layers whose varying presence creates sonic encounters at different scales.

Plage de la Défense #2 is part of a sound work series that experiments with echoes or acoustic room signatures, developed during Schütz’s residency with the IRCAM’s Acoustic and Cognitive Spaces research team. The piece (originally a 4th-order ambisonics composition) builds on spatiotemporal and spectral characteristics extracted from room impulse measurements of the central square of Paris La Défense (Europe’s largest purpose-built business district to the West of the city of Paris). These spatial and tonal trajectories are decelerated so that they can be perceived like sonic brushstrokes and allow us to grasp the acoustic spirit of the place.

Resonant Spaces: Exploring Architectural Soundscapes

Achilleas Xydis

A journey through the interplay of music and architecture. “Resonant Spaces” invites visitors to experience how songs are transformed by the unique characteristics of diverse architectural spaces. Through a binaural listening experience, visitors can curate their sonic adventure and seamlessly transition between different environments, unveiling each composition’s unique dimensions and resonances. By selecting songs and switching between spaces, visitors witness how each environment’s distinctive shapes, sizes, and materials shape and transform the music, unveiling the profound interdependence of sound and space.

Music by Achilleas Xydis, Dionisis Bastas and Dimitris Kokkinogenis

Plateau radio

Son, fiction, architecture

Animation : Carlotta Darò et Nicolas Tixier

En conclusion de radio utopia, ce plateau radio accueille plusieurs intervenants et s’ouvre au public pour revenir sur les thèmes qui ont été en filigrane tout le long de cette semaine laboratoire : son, fiction et architecture.

Plateau ouvert, en présence de Gilles Delalex, architecte, muoto
Lecture fiction : Armelle Le Mouëllic (TVK)
Avec les contributions enregistrées de Bruther, List, Muoto, François Charbonnet Made in, Momoyo Kayjima Atelier Bow Wow, Kosmos, MBL, Luca Merlini, Philippe Rahm, Mio Tsuneyama et Studio mnm, Truwant+Rodet+

Sons d’architecture

01 Philippe Rahm América
Je suis aux USA en ce moment qui vit avec ce son d’air conditionné, dans ma chambre, dans les salles de conférences, dans les cafés, dans la rue. 

02 BrutherMoteur, action, forme
Bande son originale pour l’exposition Moteur, action, forme, Arc en Rêve, Bordeaux 2021.

03 Luca Merlini Je ne suis jamais allé à
Je ne suis jamais allé à… est une série de textes (et de dessins) publiés dans mon livre « Le pays de maisons longues » en 2010 (Métispresses éditions). C’est un faux carnet de voyage pour raconter l’ailleurs qui est souvent ici, et vice versa. Certains des textes lus ici datent donc de 2010 (Los Angeles, Mexico, Paris), d’autres ont été écrits spécialement pour RADIO-UTOPIA. Bon voyage à tous…

04 MBL Impasse des lilas
Band son originale de l’exposition Impasse des Lilas, MBL architectes, Arc en Rêve, Bordeaux, 2022. « L’impasse des Lilas est une voie sans issue sur les bords d’une métropole. Il existe 841 impasses des Lilas en France, et plusieurs milliers d’autres aux noms de fleurs. Il n’y a pas de lilas, mais un amalgame uniforme de vies domestiques, d’architectures et de paysages quelconques. Pour l’exposition, ces impasses deviennent un point de vue théorique pour penser, depuis ces territoires pavillonnaires, l’architecture aujourd’hui. »

05 Muoto Celtics contre Hawks

Fragment d’une minute du match Celtics contre Hawks, à Boston. C’est du basket dans un stade de 20 000 supporters. C’est la fête. 

06 Momojo Kaijima Atelier Bow-Wow Sounds from Tokyo
Sounds from Tokyo

07 Kosmos Permanently temporary
This is a collection of noises gathered during our construction process of a pavilion in Barcelona. Called “Permanently Temporary”, the project was made for Barcelona Model Festival and used reutilized materials from the Barcelona municipal storages. You can hear children playing in the park, machines cutting steel, crane putting the huge pieces down, scotch tape covering material elements… The project was realized in collaboration of us KOSMOS with Parabase.

08 Mio Tsuneyama  Holes in the house
A family lives in four-storey house with holes drilled into the floor on each floor. The house is constantly renovated by themselves using the recourses found around them according to the their life stages. The recording captures to one of their daily evenings where the son of 2 years old got peed in his pants around the holes that connects each floor, with a mixture of city noise and sounds in the ground floor office.

09 LIST   10 questions on cities
A list of 10 questions (and answers) on cities, on a Pierre Henry background.

10 Truwant+Rodet+ Architectural Biennal for French is itself Pavilion, setting the up-utopias. venice!
On the 17th of May 2023, the website of the French Ministry of Culture, published a press text on their website, announcing the intentions of this year’s team of curators and architects. But what is the terminology used? By organizing the words alphabetically, the press text becomes a rhythmical sound piece, a Dadaist performance that reveals a typical contemporary architectural vocabulary. 
“Under undoubtedly universe, used utopian Venice voguing!”

11 François Charbonnet Made in Le voisin de palier – La pluie
Eh non, ce n’est pas la bande son d’un film de Godard, mais cela y ressemble furieusement(“égalité et fraternité entre fiction la fiction et le réel”); enregistrement réalisé par le voisin de pallier de notre projet d’aménagement de toiture à Genève. 

Séance d’écoute

So Quiet

performed by RTV Slovenia Symphony Orchestra, conducted by Catherine Larsen-Maguire

Larisa Vrhunc

How does the children soul react to sounds? What can contemporary music for babies be like? Do they need it? Or perhaps contemporary music needs children perspective even more? The composer describes the process of creating this piece for babies and toddlers: “The first realization at working with various experts was that young children still retain a primal curiosity and do not reject certain musical styles. They are mainly interested in the sound itself: how it is created, how it moves through space, how it changes over time. They are extremely sensitive to sound impulses, they perceive high frequencies stronger than adults, but cannot tolerate sudden changes and loud sounds. They follow guided activities more intently if they listen to appropriate sounds, soothing music, or sounds with alpha brain waves frequencies. These waves can already be measured at 3-year-olds and have a frequency around 8 or 10 Hz. Children are not calm during most of their waking hours, but they show basic emotions from a very early age and learn their self-regulation. This piece is quiet, slow, and seeks to find ways of inner movement, without stepping out of the defined limitations. The first part establishes interest in the sound phenomena, first calmly, with small surprises afterwards. Attempts to enter different emotions follow, but with the musical equivalents of alpha brain waves, an emotional balance is always established. Two singing bowls play an important role in the calm sections, and the harmonic basis of the piece is derived from their spectra. The performance makes possible that children move freely and make sounds themselves. We offer them pads filled with paper and two rotating objects, which parents can spin at the children’s request and trigger the tingling of hanging metal washers. The same sounds also come from the orchestra, as the musicians use similar washers and rustling paper.” The work was created as part of the B-AIR: Creating sound art for babies, toddlers, and vulnerable groups project, co-funded by the Creative Europe Programme of the European Union, it was performed at concerts for babies, toddlers, children with developmental disabilities and their parents, and was followed by a recording session and performance for an adult audience.

Sea / Morje

Saška Rakef, Bojana Šaljić Podešva

Sea is a radio opera for the shared listening of the youngest and their significant adults. Sound attunement, vocalising together or the so-called “communicative musicality”, is an important aspect of communication between infant and adult. The work is designed to invite them to the shared listening of the story of the sea that had lost its song, a discovery of secrets – tiny musical compositions – and creative vocalising. In short, singing along with the sea. Woven from sound, song and spoken text, Sea immerses the baby in a rich, musically complex and yet gentle and safe sound environment, using delicate sound changes to engage the baby’s attention. The children’s playroom becomes a concert stage; while the fragile-powerful music brings parent and baby into a relationship, into contact. Listening together, starting from birth.

Performance sonore

Tarots

Tetrapack+ (étudiants METS du Conservatoire de Cuneo) d’après une idée de Giuseppe Gavazza

Nous sommes 5 étudiants en composition électroacoustique du département METS du Conservatoire de Cuneo, chacun d’entre nous apportant avec lui une richesse d’expériences et de goûts musicaux différents. Nous présentons un système d’improvisation interactive construit lors d’un séjour organisé par B-AIR au château de Cerisy : TAROT Le système ressemble à une pièce de jeu, mais s’inspire plutôt de la lecture des cartes de tarot, à travers un travail d’associations de sons aux cartes des arcanes majeurs et d’élaborations et d’événements sonores, improvisés et performatifs. Elle cherche également à s’éloigner de la réalisation frontale d’un concert, en entourant le public comme une île et en impliquant les spectateurs qui pourront interagir avec les musiciens par le biais des cartes de tarot.

These recordings are part of the research:

B-AIR – Art Infinity Radio – How does the world sound?

https://b-air.infinity.radio/fr/

This publication [communication] reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein.



Citer ce billet
juL McOisans (2023, 12 octobre). Radio Utopia. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsmt

  1. (Echora []
  2. (Echora []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search