Ausculter l’environnement – parution du rapport de recherche

10 ans après la fin des enquêtes, parution du rapport “Ausculter l’environnement”, coordonné par Laure Brayer, juL McOisans et Anthony Pecqueux, et issu de l’appel à Projets Exploratoires Premier Soutien (PEPS) Interdisciplinaires, 2014, CNRS.

Brayer, Laure ; McOisans, juL ; Pecqueux, Anthony (eds)
Bonicco-Donato, Céline ; Créton-Cazanave, Laurence ; Belleudy, Philippe ; Geay, Thomas ; Faivre, Jérémie ; Teiller, Dorine et Struve, Claudia (2024).
Ausculter l’environnement.
Rapport de recherche n°92, AAU-Cresson (ENSAG).
En ligne https://hal.science/hal-04475538

Pourquoi reprendre les résultats de cette recherche exploratoire et en publier un rapport 2024, alors que l’enquête date de près de 10 ans ? Cet appel à projets n’impliquait nullement de rendre un rapport de recherche. La série de billets publiés dans ce même Carnet Hypothèses LCV constituait une sédimentation honorable de ce que nous avait appris cette enquête de terrain et des questions qu’elle soulevait. Cependant, deux premiers facteurs venaient régulièrement nous rappeler le caractère inachevé de ce travail.

D’une part, l’intérêt grandissant depuis cette époque pour les « données de la recherche », en l’occurrence des entretiens et une écoute réactivée. Or nous avions là une matière bien intéressante qui ne méritait guère son devenir d’archive non exploitée.

D’autre part, un contrat de recherche ultérieur, impliquant deux membres de l’équipe d’AUSENVI, avait pour terrain d’étude une partie de la vallée de la Romanche, rivière dans laquelle se jette le Vénéon. Il était dès lors tentant de prendre un peu de temps pour ressaisir ce premier travail et esquisser ainsi une problématique en germe des ambiances entre l’eau et la montagne. 

Sur le plan théorique, cette recherche avait été l’occasion de prendre un peu plus littéralement l’étendard “écologique” que nous revendiquons souvent dans nos travaux – et cela n’a pas perdu d’actualité, au contraire (hélas). En effet, “l’approche écologique” (Pecqueux, 2012), même si l’étymologie est la même, n’a que peu à voir directement tant avec l’écologie politique qu’avec les sciences dites écologiques. Et cette recherche tentait justement quelques pas timides mais résolus pour rapprocher ces différentes acceptions du terme, à partir du sonore. Il s’agissait en quelque sorte de chercher à décloisonner la question des “rapports à l’environnement”, tout en sortant d’un normativisme fréquent en la matière (avec la valorisation des sons des petits oiseaux, au moins depuis Murray Schafer). Le Vénéon nous fournissait l’alibi parfait, puisque son bruit coloré en faisait l’équivalent d’un bruit de rocade – rien de glamour en somme. L’équipage pluridisciplinaire embarqué nous donnait à penser qu’on allait pouvoir articuler là approche écologique, science écologique et écologie politique, en faisant valoir à la fois l’ordinaire des rapports à l’environnement dans cette vallée de montagne, et les savoirs situés susceptibles d’en émerger.

Et, pour finir : cette enquête, cheminant entre arpentages et discussions aux abords du torrent, s’est déployée sur l’année 2014 et a dessiné un paysage habité qui n’est déjà plus exactement le même aujourd’hui. C’est aussi pour garder trace et partager une photographie des rapports aux Alpes à l’aube de leur effondrement que nous souhaitons publier les récits polyphoniques d’une attention certes dirigée vers un milieu géographique, mais aussi plus indirectement, vers une époque en transition.

Ce rapport disponible sur HAL est subdivisé en 5 parties : 

1/ L’exposé scientifique du projet, tel que formulé à l’époque ; 

2/ Une exploration sensible de la vallée à partir des mots et enregistrements sonores de juL McOisans et du témoignage de Dorine Teiller (étudiante à l’ENSAG et originaire de la vallée), d’un recueil de notes filmiques enregistrées et rassemblées par Laure Brayer, puis les différents éléments empiriques d’enquête essentiellement constitués de la retranscription des entretiens menés ; 

3/ L’intégralité d’une séquence collective de discussion/exploration à partir d’un échantillon d’extraits sonores, qui a impliqué la participation de 7 habitants et habitantes de la vallée ;

4/ Les pistes d’analyse que nous avions proposé pendant l’année de l’enquête :

  • Ausculter l’environnementAnthony Pecqueux
  • Mesurer, comprendre et surveiller la rivièrePhilippe Belleudy
  • Philosopher sur le terrain ?Céline Bonicco-Donato
  • Une infinité de nuances de bruits colorés juL McOisans
  • Le Vénéon comme médiation du rapport à l’environnement Anthony Pecqueux
  • À la recherche des paramètres Thomas Geay
  • Entendre les espaces et les temps du torrent : contextualisation de l’écouteLaure Brayer
  • Le Vénéon distordu Jérémie Faivre
  • Les phases de l’expérience connaissante ou l’émergence de l’expérience esthétiqueCéline Bonicco-Donato

5/ Les principaux enseignements que nous tirons de cette enquête et les ouvertures que nous envisageons aujourd’hui. 

Cela signifie que le mouvement proposé aux lecteurs et lectrices consiste à se laisser imprégner par le “terrain”, pour n’aller que progressivement vers des formes d’analyse.

Nous vous souhaitons ainsi une belle dérive, au gré des pages et du courant. 

Vous pouvez parallèlement écouter les enregistrement dans https://www.cartophonies.fr

Emplacement des enregistrements du Vénéon dans Cartophonies.fr


Citer ce billet
Laure Brayer, Anthony Pecqueux (2024, 2 avril). Ausculter l’environnement – parution du rapport de recherche. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w549

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search