Thèse en ligne. Féraud, Olivier. Voix sonores. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples. Thèse : Ecole des hautes études en sciences sociales – EHESS Paris : 2010.

Disponible sur TEL : http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00462396/fr/

Cette recherche est attachée à l’étude des environnements sonores, en prenant l’exemple des Quartiers Espagnols, quartier populaire du centre de Naples. Se voulant une participation à la mise en place d’une anthropologie sonore, elle s’inscrit dans une approche pluridisciplinaire en abordant des aspects relevant de l’anthropologie sociale, la microsociologie, l’anthropologie urbaine, l’anthropologie de la communication, la sociolinguistique, l’anthropologie sensorielle et la prosodie.

En observant la vie quotidienne et ses différentes « manières de faire », la mise au jour des pratiques d’habitation à l’oeuvre dans la rue révèle une prévalence de la polyvalence des espaces intimes et collectifs. La rue apparaît dans la pluralité de ses usages, des usagers, de son organisation spatiale et temporelle. Devant la diversité des stratégies d’appropriation de l’espace urbain et la porosité dont l’habitat fait preuve sur un plan à la fois social et sensoriel, la dimension sonore se révèle centrale.

D’une part, en tant que production sonore mettant en avant la relation à l’autre, la vocalité est au centre de la vie sociale du quartier. En confrontant cris de marchands et communications domestiques à distance, l’observation des actes de voix haute permet de dégager ce que révèlent socialement ces « voix publiques ».

D’autre part, en tant qu’elles s’imposent dans l’espace urbain comme un plaisir du bruit, les sonorités des pétards et des feux d’artifice révèlent quant à elles, dans les discours attachés à leurs représentations, une volonté d’investir l’environnement sonore de la ville en même temps qu’elles questionnent des enjeux socioculturels propres à l’espace napolitain.

L’analyse révèle enfin que ces deux sonorités peuvent être considérées comme constituant des environnements sonores qui, pour autant qu’ils peuvent diviser à certains égards, rassemblent les habitants qui se sentent en faire partie, et témoignent de la vie sociale qui se joue dans les Quartiers Espagnols. L’exemple d’un quartier populaire napolitain permet d’insister sur un aspect central des environnements sonores, qui est que ces derniers peuvent être vecteurs de lien social. Pointant la pertinence anthropologique de l’observation et la documentation du fait sonore, cette étude met en évidence les corrélations entre les modes d’habitation, les relations sociales et les environnements sonores.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 mars 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Hypothèses billets. Hypothèses billets said: Thèse en ligne. Féraud, Olivier. Voix sonores. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans… http://bit.ly/9TO5Lq […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search