Appel à contribution. Journée d’étude : Saisons des villes, Paris 10 décembre 2010. Date limite 20 septembre 2010

Cette journée d’étude propose de travailler autour d’un objet commun : « les saisons des villes ». L’exploration de cette apparente contradiction s’inscrit dans le programme 3 de l’UMR LAVUE 7218 qui s’attache à renouveler le regard sur la durabilité de la ville à travers l’imbrication de ses échelles spatiales et temporelles.
C’est autour de cette articulation que cette journée se déroulera : mobiliser la temporalité saisonnière pour éprouver l’hypothèse que le phénomène urbain se déploie dans le temps et dans l’espace. On ne peut désormais appréhender les faits de l’habitat et de la ville comme des objets statiques et permanents. Il s’agira donc ici d’identifier la conjugaison des rythmes sociaux, des rythmes de la nature, et plus généralement des rythmes de la ville dans leurs diverses expressions, comme une trame commune au sein de l’organisation urbaine.

Les contributions soumises devront s’identifier dans au moins un des axes thématiques suivants :
1. *Formes saisonnières de la ville contemporaine: *quels phénomènes physiques et territoriaux permettent d’appréhender les saisonnalités de la ville ?
2. *L’habiter saisonnier*: comment le milieu, à travers ses manifestations saisonnières, affecte-t-il notre manière de vivre et de faire société en ville ?
3. *Hors-saison ou sans saison *: l’architecture non-située, extraite des caractéristiques géographiques, climatiques et mésologiques permet-elle, par effet contradictoire, de valider nos hypothèses ?

Les propositions d’interventions ( *4000 caractères maximum *espaces compris) à envoyer à : guezal@wanadoo.fr ou hsubremon@gmail.com
Sélection des contributions par un conseil scientifique et organisation de la journée* *d’étude : *première quinzaine d’octobre 2010.

*Conseil scientifique de la journée d’étude :*
. Philippe Bonnin, Directeur de recherche CNRS, directeur de l’équipe AUS
. Alain Guez, Maître-Assistant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nancy, équipe LAA/Ensaplv
. Hélène Subrémon, Docteur en Sociologie, équipe AUS
. Chris Younès, Professeur à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La Villette,
directrice de l’équipe GERPHAU


La notion de « saison » est ici entendue dans un sens plus large que celui communément employé pour désigner les quatre saisons climatiques : période de trois mois environ qui correspond à la position de la terre par rapport au soleil et variant entre un solstice et un équinoxe ou un équinoxe et le solstice suivant. Ici, nous souhaiterions étendre son champ sémantique, sans trop l’orienter a priori, à l’ensemble des activités humaines en ville qui s’accordent avec leurs milieux au point de constituer des périodes de temps identifiées dans un territoire spécifique.
Aussi, c’est autour de cet accord sans cesse renouvelé, dans un milieu de vie complexe, que nous proposons de réunir des contributions de disciplines différentes au sein de séances de travail qui se veulent résolument exploratoires. L’architecture, l’urbanisme, la sociologie, la géographie, l’écologie, l’économie… pourraient être autant de point d’observation d’un objet qui demeure peu travaillé dans le champ de l’analyse des espaces habités.
Il y a près de quinze ans, les /Annales de la Recherche Urbaine/ consacraient un numéro aux actes du colloque « Des saisons dans la ville ». Ce fut un moment fondateur, mais qui semble trouver des relais épars dans la recherche contemporaine.  L’ambition de cette première journée d’étude est aussi de rassembler en un même lieu des contributeurs de ce même objet.
La question de départ de cette journée d’étude pourrait être la suivante : qu’est-ce qui fait saison en ville ?
Chercher les outils pour comprendre le rapport au milieu et l’organisation urbaine qu’elle implique pourrait donc être le fil directeur de cette journée.
L’hypothèse principale, qui devra être discutée, est que l’urbain relèverait pour partie d’une forme d’accord entre des phénomènes a-synchrones, mais coordonnés. La variabilité saisonnière pourrait être, alors, à l’origine de la constitution de morphologies sociales singulières et participerait ainsi au maintien, par les sociétés urbaines, d’un lien mésologique à explorer dans ses dimensions tant écologiques que symboliques.
Ce sera l’occasion de ré-interroger la distanciation du citadin d’avec la nature, de ses contingences et de ses limites. C’est à partir de ce constat que nous pensons intéressant d’observer des phénomènes « saisonnalisés » dans un espace /a-temporel/, émancipé, conçu aussi pour se libérer des rythmes structurés par la nature. Comment se manifestent ces phénomènes saisonnalisés ? Comment se mettent-ils en relation ? Et en quoi cette relation participerait-elle à une approche sensible – et peut-être soutenable – de la vie urbaine?



Citer ce billet
Françoise Acquier (2010, 6 juillet). Appel à contribution. Journée d’étude : Saisons des villes, Paris 10 décembre 2010. Date limite 20 septembre 2010. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qrqf

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Nicolas Tixier dit :

    Sur la thématique des “Chaleurs urbaines”, nous allons sans doute faire une réponse avec Steven Melemis.
    Merci de cette info. Nicolas

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search