Proposition d’achat : Génie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise. (Claude Parmiggiani). Georges Didi-Huberman. 2001. 144 pages. 13 €

Guillaume nous conseille d’acheter cet ouvrage, qu’en dites-vous ?

Le genre de lieux qu’invente Claudio Parmiggiani dans la série d’œuvres intitulée Delocazione passe d’abord par un travail avec le souffle : c’est une lourde fumée qui exhale et dépose sa suite, sa cendre, sa poussière de combustion, créant ici toutes les formes à voir. Le résultat : une immense grisaille, un lieu pour l’ascèse de la couleur, l’absence des objets, le mouvement imprévisible des volutes, le règne des ombres, le silence d’une nature morte obsidionale. L’air devient le médium essentiel de cette œuvre, il s’éprouve comme une haleine expirée des murs eux-mêmes. Il devient le porte-empreinte de toute image.
Impossible, dès lors, de ne pas interroger ce souffle – qui détruit l’espace familier autant qu’il produit le lieu de l’œuvre – à l’aune d’une mémoire où l’histoire de la peinture rencontrera les fantômes d’Hiroshima. Cet air mouvant, densifié, tactile, exhale d’abord du temps : des survivances, des hantises. Le résultat est un genre inédit de l’inquiétante étrangeté. Et c’est dans la poussière que nous aurons à le découvrir.

* Claudio Parmiggiani est l’un des artiste contemporains majeurs en Italie. L’ensemble d’œuvres analysées dans ce livre, intitulées Delocazione (“ déplacement ”, “ mise en non-lieu ”) se base sur un procédé simple : disposer des éléments – tableaux, objets – dans une pièce, puis faire un feu de pneus dont la fumée grasse se dépose partout. Lorsque les objets sont ôtés, l’œuvre apparaît comme une empreinte de poussière ou de cendre. Ce sont tous ces thèmes qui seront analysés dans le livre.

‑‑‑‑‑ Table des matières ‑‑‑‑‑

Maison brûlée (murs, flammes, cendres)
Enfance de l’art et retour des fantômes. Le premier atelier : une maison rouge dans le brouillard. La maison brûle, le brouillard demeure, le rouge se déplace. Deuil et sens du contraste. Image : le feu survivant sous la cendre. Première Delocazione. Le motif de l’échelle et l’éclair d’Hiroshima.

Espace soufflé
Dimension critique de Delocazione. Heuristique du lieu et critique de la peinture. Heuristique du temps et position anachronique. Heuristique du sens et thématique de l’absence. Où l’interprétation diverge des positions de l’artiste. Les deux sens du verbe « souffler ».

Élevage de poussière
L’empreinte n’est pas absence. Trace et cendre : la poussière réfute le néant. Contre la métaphysique, la physique de la poussière.

Nature morte en grisaille
La poussière comme pigment. Grisaille et référence picturale. La question de la sculpture. La question de la lumière.

Empreintes d’ombre
L’ombre selon Parmiggiani : une notion générale et générative. Ombre et empreinte dans leur sens anthropologique. Sous-exposer jusqu’à enterrer.

Maison hantée (cendres, air, murs)
Delocazione comme expérience sensorielle-temporelle. L’empathie selon Parmiggiani : toute chose nous regarde. Rêve du lieu et lieu du rêve. Hantise et atmosphère.



Citer ce billet
Françoise Acquier (2010, 19 novembre). Proposition d’achat : Génie du non-lieu. Air, poussière, empreinte, hantise. (Claude Parmiggiani). Georges Didi-Huberman. 2001. 144 pages. 13 €. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qrtb

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search