Le fonds cinéma et vidéo de la bibliothèque

Laure Brayer a sélectionné un ouvrage et des numéros de la revue Murmure qui pourraient être susceptibles d’enrichir le fonds documentaire sur le cinéma et la vidéo, qu’en dites-vous ?

Revue Murmure éditée depuis 2005 à raison de 1 numéro par an par l’éditeur de l’incidence

  • Du sensible au Cinéma, Lille, Editions de la revue Murmure, Hors série n°1, 2005.144 pages / LIANDRAT-GUIGUES Suzanne (dir)
  • Sur le geste, Lille, Editions de la revue Murmure, Hors série n°2, 2006.144 pages / LIANDRAT-GUIGUES Suzanne (dir)
  • Ouvrir-fermer, Lille, Editions de la revue Murmure, Hors série n°3, 2007.144 pages / RAGEL Philippe (dir)
  • Le mouvement des concepts. Esthétique-Cinéma, revue Murmure, hors série n°4, 2008. 226 p / Suzanne LIANDRAT-GUIGUES (dir)
  • La vitesse de l’art. revue Murmure, hors série n°5, 2010. 246 p / Suzanne Liandrat-Guigues (dir.)

Ouvrage: LAPLANTINE François, Leçons de cinéma pour notre époque, Paris, Téraèdre, 2007. 192 pages.

Comment résister à l’inflation contemporaine des sons et des images qui provoquent une anesthésie des sensations et de la réflexion ? Cet ouvrage montre que, délesté des grandes machineries du spectacle, le cinéma est susceptible de nous permettre à nouveau d’écouter et de regarder. Il crée un acte doublement réflexif. Il nous rend la vue. Il rend plus précis le regard. Mais il nous regarde aussi. Le cinéma, estime l’auteur, ça nous regarde tous. Ça nous regarde dans tous les sens du terme. Ça nous concerne.


Les questions posées déplacent, chemin faisant, l’interrogation qui était celle d’André Bazin : « Qu’est-ce que le cinéma ? » et la transforment en une autre : « Que peut aujourd’hui le cinéma ? » – autrement dit « Quels films pour notre époque ? » Ceux choisis dans cet ouvrage nous font non seulement découvrir des possibilités encore inexplorées, mais créent de la pensée au travers de sons et d’images. Ils se forment dans le renouveau du cinéma documentaire (aujourd’hui la partie la plus vive du cinéma) et entretiennent des liens étroits avec la démarche ethnographique.

Ces films exigeants, venus en particulier de Chine, de Corée, d’Iran, de Hongrie, du Portugal, d’Argentine, du Brésil, inventent un nouveau rapport au réel et brouillent les frontières entre le document et la fiction. Ils engagent à la fois une théorie de la connaissance et une éthique respectueuse de la complexité de la réalité, et permettent aux spectateurs de participer activement à la construction du dispositif cinématographique.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search