L’aseptisation des ambiances piétonnes au XXIème siècle

Référence : L’aseptisation des ambiances piétonnes au XXIème siècle : entre passivité et plasticité des corps en marche. Thomas, Rachel, Editeur scientifique; Balez, Suzel; Bonnet, Aurore; Bérubé, Gabriel. Grenoble : CRESSON. PIRVECNRSMEEDDM, 2010. – 124 p.

Il s’agit du rapport Cresson n°78, s’ajoutant à notre jolie collection de rapports. Il est le fruit d’une riche collaboration avec les équipes du LABORATORIO URBANO de
l’ Universidade Federal da Bahia (Brésil) et du CENTRE LEA ROBACK de l’Université de Montréal (Canada). Ce rapport est riche en images, vous pouvez en acquérir une copie via le Cresson ou bien en télécharger une version allégée qui convient bien pour une lecture écran (200dpi) sur le catalogue de la bibliothèque.

Ce travail exploratoire se poursuit actuellement dans le cadre d’une recherche ANR sur les « Enigmes sensibles des mobilités urbaines contemporaines » dont un des axes de recherche s’interroge sur l’apaisement des mobilités piétonnes au XXIème siècle.

Résumé :

Les préoccupations environnementales à l’oeuvre au XXIe siècle modifient considérablement les ambiances de la ville piétonne. En Europe et sur le continent américain, l’engouement pour la marche à pied s’accompagne d’un lissage de la ville et d’une standardisation des décors urbains dont on peut se demander s’ils ne sont pas à l’origine de nouvelles esthétiques urbaines. Dans les sociétés émergentes, le retour des énoncés hygiénistes s’accompagne de mesures explicites de pacification de la vie publique. A chaque fois, ces évolutions produisent de nouveaux jeux d’ambiance dont on connaît, depuis les travaux fondateurs de Georg Simmel (1903), Siegfried Kracauer (1926) ou encore Walter Benjamin (1936), les incidences sur les sensibilités et les sociabilités d’une époque, les pratiques urbaines et les relations à l’environnement.
À l’heure où la figure du piéton est érigée en atout majeur de la ville durable, il est donc intéressant d’interroger les variations de l’expérience piétonne ordinaire auxquelles ces nouvelles esthétiques piétonnes donnent lieu. De quelles dynamiques sensibles ces variations procèdent-elles ? A quels états sensibles donnent-elles naissance ? C’est en croisant les points de vue de chercheurs issus de champs disciplinaires différents (architecture, sociologie, danse, géographie) sur trois pays (France, Brésil, Canada), et en les impliquant dans une démarche méthodologique novatrice (faire corps – prendre corps – donner corps), que nous avons tenté de révéler cette dimension processuelle des rapports entre ambiances urbaines et corps en marche.

À terme, cette recherche montre comment l’évolution des cadres sensibles urbains s’incarne dans le quotidien du piéton et en quoi celle-ci procède d’une dynamique de la coplasticité.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search