Livres : L’écologie corporelle : vers une cosmotique, Bernard Andrieu

Info transmise par Nicole Guichard du blog de la ville

Lien vers l’éditeur

Coffret de 4 volumes de Bernard Andrieu :
– Tome 1 : En plein soleil – Vers l’énergie
– Tome 2 : Prendre l’air – Vers l’écologie corporelle
– Tome 3 : Bien dans l’eau – Vers l’immersion
– Tome 4 : Un goût de terre – Vers la cosmosensation

Extrait de la préface

« Faute de connaître l’écologie de notre propre corps, nous recherchons dans la nature une harmonie qui se trouve à l’intérieur de nous : notre microcosme ne correspond plus avec le macrocosme. Nous cherchons à la montagne, sur les plages ou à la campagne des paysages sans correspondance entre notre corps et la nature. « Les parfums, les couleurs et les sons », des Correspondances des Fleurs du Mal de Baudelaire, ne se répondent plus. Pour Empedocle « c’est par la terre (qui est en nous) que nous connaissons la terre, par l’eau que nous connaissons l’eau, par l’éther, l’éther divin, par le feu, le feu destructeur »1. Les découvertes de l’atome, du neurone, du gène ou des cellules souches ont développé une indépendance des sciences de toutes références cosmogoni- ques : l’hygiène, la prévention, l’exploitation des ressources nous procurent une domination aseptisée de la nature sans contact direct avec les éléments
Se déplacer à pied, prendre l’air, transformer l’énergie solaire, s’enfoncer dans la terre se trouver bien dans l’eau, prendre le gout de terre de produits sont autant de modes d’écologiser son corps au quotidien. Si le corps éprouve en lui l’effet des éléments sans les subir, l’interaction avec la nature ne pourra plus nous isoler de la nécessaire restauration éco- logique de l’environnement. Aucune conférence mondiale ne remplacera la conscience corporelle de notre interaction avec les éléments, pour autant que l’éducation écologique pourrait être réflexive et sensorielle et pas seulement morale et pres- criptive. Sans une intériorisation des techniques écologisant les corps, chacun(e) peut croire que les éléments sont exté- rieurs et maîtrisables : nous sommes pourtant dans le flux, dans le courant d’air, dans le tremblement de terre et dans les voies d’eau.
Avec l’écologie corporelle, la cosmotique ne se tient pas ni à distance ni en idolâtrie des éléments naturels : la nature n’est ni bonne ni mauvaise mais elle questionne sans relâche nos interactions physiques avec elle par les limites mêmes de notre corps et l’inventivité verte de nos techniques. »

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search