Débat : La ville est aux piétons !, Arche de la défense, 3 mai 2011

Débat conçu et animé par Ariella Masboungi, inspectrice générale du Développement durable. Flyer à télécharger

Intervenants :

– Jean-Marie Duthilleul, architecte et ingénieur, créateur de l’AREP,
– Philippe Gasser, ingénieur transports Suisse (CITEC),
– Manuel Salgado, architecte et maire adjoint à l’urbanisme de Lisbonne.

Pendant 3000 ans la ville s’est formée par concentration de richesses en un lieu donné autour de l’homme à pied.

Le XXe siècle l’a transformée en y installant toutes sortes de transports mécaniques censés mieux l’irriguer et faciliter son développement. Ce faisant, il l’a disloquée en zones spécialisées entre lesquelles devait s’exercer dans la plus grande rapidité possible la fonction « transport », utilitaire et sans urbanité.
Notre siècle ouvre à de nouvelles pratiques de la mobilité urbaine : D’une part le citadin est en passe de devenir un «piéton multimodal» utilisant tous modes de transport, individuels ou collectifs, comme autant de services adaptés à son besoin précis selon les moments de ses activités urbaines.
D’autre part, les outils portables d’information et de communication ont permis de transformer ce temps ou l’on bouge en un temps plein d’activités, un temps réconciliant le sédentaire et le nomade dans une ville renouvelée.
Ces tendances nous obligent à penser la ville contemporaine autrement. Ainsi l’expérience suisse est porteuse de leçons au regard du maillage étroit du territoire par des transports en commun, du soin apporté aux lieux d’échanges, des facilités de circulation, etc. comme en témoigne Philippe Gasser, ingénieur transport.
L’exemple de Lisbonne nous montre que ces phénomènes entraînent un nouveau rapport à l’automobile avec le succès de l’équipe au pouvoir mieux réélue après une politique contraignante pour l’automobile en faveur de la reconquête des abords du fleuve, comme en témoigne Manuel Salgado, architecte et maire adjoint à l’urbanisme.

Dans tous les cas, c’est à nouveau autour de l’homme à pied que devrait se penser la ville, engendrant ainsi un souci de qualité et d’aménités urbaines. Mais il s’agit de piéton ayant apprivoisé tous les réseaux, réels et virtuels, porteurs de son ubiquité, à son service, au service de ses rencontres, de ses désirs, de son épanouissement et d’une ville durable.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search