Appel à contribution : Le Paysage : Interrogations sur les limites territoriales

Source Fabula

Date limite pour remettre un résumé : 15 mai 2012 à adresser à alain.milon@u-paris10.fr et antonioli.manola@wanadoo.fr (Durée des communications : 30 minutes.)
Date du colloque : 17 et 18 octobre 2012 à l’INHA, Paris
Organisateur : L’équipe d’accueil HART-Créart-Phi (EA 4414) de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, avec le soutien de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles (Laboratoire LéaV)
Responsables scientifiques :  Manola Antonioli (École Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes – École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles) et d’Alain Milon (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Ce colloque fera l’objet d’une publication aux Presses Universitaires Paris Ouest.

On parle de la beauté d’un paysage, de sa protection, son aménagement, son agencement, sa gestion, sa conservation…, mais toutes ces expressions le réduisent à un objet passif. Juridiquement, le paysage désigne une partie de territoire telle qu’elle est perçue par les populations dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations. Cette approche est intéressante par le cadre qu’elle pose, mais il est nécessaire d’aller au-delà pour se demander si le paysage est objet ou sujet de la nature. Le paysage nous intéresse quand il pose interroge les limites de la nature, quand il questionne le territoire et qu’il pose la question du rapport entre le dedans et le dehors. Bien évidemment, ce n’est pas la seule notion à poser cette question puisqu’elle est déjà inscrite dans le rapport que l’individu entretient avec l’objet. Simmel fait remarquer à ce titre que le paysage existe quand il se tient au dehors et étend son existence au-delà de ses frontières : « Mais pour que naisse le paysage, il faut indéniablement que la pulsation de la vie, dans la perception et le sentiment, se soit arrachée à l’homogénéité de la nature, et que le produit spécial ainsi créé, après transfert dans une couche entièrement nouvelle, s’ouvre encore de soi, pour ainsi dire, à la vie universelle, et accueille l’illimité dans ses limites sans failles. » Lors de la Convention de Florence du 16 décembre 2001 sur le paysage, M. Dendik Rugaas a défini le paysage comme le lieu de rencontre entre la nature et la culture, à la fois « expression de la diversité des cultures » et abris pour l’extrême richesse de la biodiversité. C’est de cette manière là que la Convention européenne du paysage envisage une « intégration et une interaction entre nature et culture » du fait même de son objet, le paysage. Notre intention est de croiser les lectures urbanistique, géographique, philosophique, littéraire, artistique, juridique et anthropologique sur la figure du paysage dans l’espoir de sortir le paysage de l’agencement décoratif.



Citer ce billet
Françoise Acquier (2012, 9 janvier). Appel à contribution : Le Paysage : Interrogations sur les limites territoriales. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qs1f

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search