Une perception morale ?

Une perception morale ? « Woop – woop! That’s the sound of da police / Woop – woop! That’s the sound of da beast » KRS-One, 1993

A propos de: Sandra Laugier, « La volonté de voir. Ethique et perception morale du sens« , Protée, vol.36 n°2, 2008, p. 89-100

Les travaux de la philosophe Sandra Laugier (CURAPP / Université de Picardie) concernent essentiellement la philosophie du langage ordinaire, celle de John L. Austin ou de Stanley Cavell par exemple, mais encore: le perfectionnisme moral (Emerson et Thoreau), Ludwig Wittgenstein, le care, etc. Cela dit (ou, au choix: par conséquent), une partie importante de ses recherches a trait à la perception. On lui doit ainsi, avec son collègue Bruno Ambroise, la récente réédition (avec traduction revue) du Langage de la perception de John Austin (Vrin, 2007). Parmi ses nombreuses propositions très intéressantes en la matière1, je voudrais revenir sur sa façon de qualifier certaines conceptions philosophiques de ce qui compte pour moral, à savoir les approches « particularistes » ou « gestaltistes ». Ces approches, représentées par Ludwig Wittgenstein, Iris Murdoch ou encore Cora Diamond, sont désignées ainsi dans la mesure où elles fonctionnent sur un même schéma figure / fond que la Psychologie de la Forme. En l’occurrence, l’enjeu est de parvenir à voir se détacher un détail expressif (geste, son, etc.) au sein d’un arrière-plan plus général.

Dans cet article très dense, elle cite notamment un extrait de « Vision and Choice in Morality » d’Iris Murdoch:

« Les différences morales ressemblent moins ici à des différences de choix, et plus à des différences de vision. En d’autres termes, un concept moral ressemble moins à un anneau mobile et extensible posé sur un certain domaine de faits, et plus à une différence de Gestalt. Nous différons, non seulement parce que nous sélectionnons différents objets à partir du même monde, mais parce que nous voyons des mondes différents2. »

Ici, « voir » vaut comme métaphore, extensible par conséquent aux autres sens : également, nous entendons / sentons / touchons… des mondes différents, et procédons à des évaluations morales différentes. La perception auditive en serait d’ailleurs un exemple particulièrement heuristique, déjà par les catégories employées ordinairement pour décrire les sons, qui forment autant d’évaluations. En effet, pour une même réalité sonore, les termes « nuisance » / « bruit » / « son » / « musique » (au sens de la musicalité d’un son) dessinent une échelle d’évaluation du plus négatif au positif.

Pour S. Laugier, l’intérêt de cette approche est que:

« C’est bien dans l’usage du langage (‘choix’ des expressions, style de conversation) que se montre ou s’élabore la vision morale d’une personne, qui, pour Murdoch, n’est pas tant un point de vue théorique qu’une texture d’être (la texture pouvant être visuelle, sonore et tactile). Cette texture a à voir non pas avec les choix moraux mais avec ‘ce qui importe’ et ce qui fait et exprime les différences entre individus3. »

Cette attention (care – être attentif dans ce cadre c’est tout autant être attentionné) s’éduque, se travaille, par exemple au contact de la littérature; la chanson me semble une autre terrain propice. L’idée de perception morale d’une personne à travers sa texture d’être, qui peut être sonore, est intéressante pour l’analyse de la voix; en effet, son audition peut faire accéder à la texture d’être de celui qui la porte, notamment dans la répétition de l’audition. C’est ce qui se passe dans la relation intime qui se développe entre un chanteur et ses auditeurs, à travers la formation d’habitudes et d’attentes sociales vis-à-vis de certaines intonations, jeux de langage, etc. J’ai essayé de montrer cela dans le cas du rap français et de la relation particulière, « je / tu », qu’il organise entre rappeur et auditeur.

Plus largement, cette perspective doit permettre de souligner une sorte de fondement sensible du sens moral. Et particulièrement en contexte urbain ordinaire, dont il n’est pas interdit de penser qu’il puisse fonctionner également comme un de ces terrains propices à l’éducation morale par l’affinement ou le peaufinement [fine-tuning] de la perception4. Prenons l’exemple de l’audition d’une sirène. Se signalent alors, par des formations d’habitudes et d’attentes dans l’environnement urbain, les reconnaissances auditives des diverses sirènes de véhicules d’urgence (« Woop – Woop ! That’s the sound of da police ! »); mais aussi leur positionnement par rapport à nous en raison de l’effet Doppler: le son de la sirène est reconnu comme plus aigu en cas de véhicule approchant, comme plus grave en cas de véhicule s’éloignant; voire ce qu’elles peuvent solliciter de notre part: ranger son véhicule sur le côté / participer aux secours en raison de compétences propres. C’est pourquoi j’ai cherché à décrire un tel exemple comme caractéristique d’une affordance des événements5.

De plus, si la sirène enjoint les automobilistes à laisser passer le véhicule de secours (en quoi la perception est fondée sur des normes sociales partagées), des agents non impliqués dans la situation pourront l’évaluer différemment. C’est toute la différence d’attitude morale, chez des riverains à proximité du parcours de la sirène et installés à leur domicile, entre: « quel bruit épouvantable qui m’empêche d’entendre ma musique » (ou: « That’s the sound of da beast ! ») et « j’espère que ce n’est pas trop grave [à propos de la situation d’urgence signalée par la sirène] ». Bien entendu, suivant les activités dans lesquelles nous sommes embarqués au moment de la perception, nous sommes susceptibles d’endosser tour à tour ces différentes attitudes morales.

Dans tous les cas, il en ressort que même avec un exemple comme la sirène, qui semble rabattre vers des réflexes ou des formes d’ajustement plus ou moins automatiques (c’est ce que suggère KRS-One dans la chanson de rap citée ci-dessus), on voit s’allonger la description des différences possibles d’attitudes morales à partir d’une même perception. C’est me semble-t-il la force des propositions de Sandra Laugier, et son intérêt pour ceux qui s’intéressent à une ethnographie de la perception.

 

Pour citer ce billet : Anthony Pecqueux, « Une perception morale? », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 23 mars 2012. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/4600

Crédits image: Xavier Gorce, 2011. Pas de restrictions de copyright connues. Permalien: http://xaviergorce.com/galeries/les-indegivrables/indegivrables-2011/?nggpage=2

 

  1. Je m’appuie ici essentiellement sur l’article: « La volonté de voir… » dans la revue Protée. Cela dit, comme souvent dans son œuvre, plusieurs articles forment système entre eux; pour les questions abordées dans ce billet, je renverrais le lecteur curieux à (au moins): « Perdre ses concepts: sens commun, sens moral, sens social », in Claude Gautier, Sandra Laugier (dir.), Normativités du sens commun, Paris, PUF, 2009, p. 465-494; « L’ordinaire transatlantique. De Concord à Chicago, en passant par Oxford« , L’homme, n° 187-8, 2008, p. 169-199 []
  2. in La volonté de voir… p.92 []
  3. La volonté de voir… p. 93. Texture pourrait être rapproché d’ambiance: « La texture désigne alors une réalité instable, qui peut être fixée non par des concepts ou des objets déterminés, mais par la reconnaissance de gestes, de manières, de styles. […] Ce qui est perçu, ce sont donc non pas des objets ou une réalité morale (des valeurs), mais une expression morale, qui n’est possible et lisible que sur l’arrière-plan de la forme de vie » (p. 93-4). []
  4. Laugier cite également cet extrait des Fiches de Wittgenstein: « Comment pourrait-on décrire la façon d’agir humaine ? Seulement en montrant comment les actions de la diversité des êtres humains se mêlent en un grouillement. Ce n’est pas ce qu’un individu fait, mais tout l’ensemble grouillant qui constitue l’arrière-plan sur lequel nous voyons l’action » (p. 95). Quel « meilleur » ensemble grouillant que l’espace public urbain ? []
  5. Voir: Anthony Pecqueux, « Les affordances des événements », Communications n° 90 (« Les bruits de la ville »), Ed. du Seuil, 2012 [à paraître]. []

Anthony Pecqueux

Anthony Pecqueux est sociologue, chercheur au Centre Max Weber (UMR 5283 / équipe PoCo) Mail: Anthony.PECQUEUX@msh-lse.fr Page personnelle: https://www.centre-max-weber.fr/Anthony-Pecqueux Contributeur HAL: http://hal.archives-ouvertes.fr/aut/Anthony+Pecqueux/

More Posts


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search