Nouveautés à la librairie du CCA

Le Centre Canadien d’Architecture de Montréal qui accueillera le prochain congrès Ambiances dispose d’une librairie qui annoncent régulièrement ses nouveautés. Voilà ce que j’en ai retenu. Le CCA dispose aussi d’un fonds exceptionnel de publications, études conceptuelles, dessins, plans, maquettes, estampes, photographies et archives, des documents connexes et éphémères ainsi que des récits oraux d’architectes. Et vous pouvez consulter ce fonds à cette adresse intitulée collection.

Peter Zumthor, Hortus Conclusus: Serpentine Gallery Pavilion 2011. 104 pages, illustrations: col.
$54.95 CAN (cloth)

For his 2011 Serpentine Pavilion commission, Peter Zumthor provided visitors with conclusus – a “secret garden” whose contents were designed by Piet Oudolf, hidden within an enigmatic plain black structure. This volume records the pavilion, which received rave reviews, with photographs and a fully illustrated index of the plants used.

 

The Sympathy of Things: Ruskin and the Ecology of Design. Lars Spuybroek. Theory. 400 pages, illustrations: col./b.w. $45.00 CAN (paperback)

In The Sympathy of Things, Lars Spuybroek argues that we must “undo” the twentieth century age in which the eighteenth-century ideal of the Sublime became a technological reality. Spuybroek returns to the insights of the great nineteenth-century art writer John Ruskin, beauty always comprises variation, imperfection and fragility. Spuybroek argues that these three concepts not only define relations between humans and their designed products but between all things: “sympathy is what things feel when they shape each other.” Spuybroek compares twinned themes in Ruskin —the Gothic and work, ornament and matter, sympathy and abstraction, the picturesque and time, ecology and design —with later philosophers and theorists such as
William James and Bruno Latour.

Spielraum : Walter Benjamin et l’architecture. Libero Andreotti (ed.). Théorie. 343 pages, illustrations : n.b. 47.95 $ CAN (broche)

Non sans paradoxe, c’est à Paris que Walter Benjamin trouve les traces de ce qui lui permet de
déchiffrer la nature, mieux la vérité de la modernité. Charles Baudelaire lui a servi de guide dans
ces nouveaux temples du culte marchand que sont les passages couverts. Mais, en 1930, le luxe
n’y est plus, tout comme le flâneur, c’est donc à une autre réalité que s’attache alors Benjamin, une
réalité où l’aura a disparu. L’ouvrage examine les travaux de Benjamin dans une perspective
historique, philosophique et théorique.

Les voix de la ville : introduction à la sociolinguistique. Louis-Jean Calvet. Théorie
331 pages, illustrations: n.b. 18.95 $ CAN (broche)

La ville est un lieu de brassage et d’unification des langues. De Chicago à Bamako, en passant par
Fribourg ou Belleville, Louis-Jean Calvet montre le rôle primordial de ce phénomène linguistique
urbain dans ce qui est l’un des grands enjeux de la société actuelle : une meilleure intégration
migrants, des minorités et des exclus.



Citer ce billet
Françoise Acquier (2012, 2 mars). Nouveautés à la librairie du CCA. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qs35

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search