Livre : Le métro est un sport collectif, Bertrand Guillot

Source TGV magazine !!!!

Une chronique quotidienne, certes romancée, mais que se rapproche quand même du travail de terrain, non ?

Le métro est un sport collectif est le fruit d’une année d’observation, de reportage, de chroniques. Bertrand Guillot traduit, avec justesse et humour, l’ambiance des stations. Son sens du portrait – particulièrement du portrait féminin –, sa science du détail juste font merveille dans ce recueil où la délicatesse du trait n’atténue en rien le réalisme des personnages et des situations.

Présentation de l’éditeur

Le métro, sa grisaille, ses retards, sa déprime… Les clichés ont la peau dure. Mais il est parfois possible de leur tanner le cuir et de voir au travers. Pour Bertrand Guillot, le métro est avant tout une scène sur laquelle nous défilons tous à tour de rôle (et le prix de la place défie toute concurrence). La comédie n est pas exclue, la romance non plus, le drame pointe parfois… Bref, aujourd hui, le romanesque est dans le métro, bien plus que dans les séries ou la télé-réalité.
C est aussi l’un des derniers lieux du « lien social », où les frontières et les séparations si solides en surface s évanouissent subitement sur les quais. Tout est permis. Dans le métro, il n y a plus de première classe depuis longtemps. Dans la vie « à l air libre », c est un peu différent… Paradoxalement, on étouffe là-haut.

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. AP dit :

    Bien sûr, ça me fait penser à RER mon amour d’Anne-Louise Sautreuil, chez Fayard
    Ce sont des documents très intéressants

  2. uthagey dit :

    Le M° comme dernier lieu du « lien social », il faut oser. Les mères avec poussettes en savent quelque chose, sans doute.

  3. Anthony Pecqueux dit :

    C’est vrai; mais le lien social n’a pas à être a priori positif ou négatif. Après, il faut voir que c’est une présentation de l’éditeur; reprenons le bon mot de JL Austin, pour qui le langage ordinaire n’est pas le « dernier mot » mais le « premier »: le métro comme premier lieu du lien social?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search