Recherche artistique et Design à Stockholm

Le Mardi 20 Mars 2012 dans le cadre des journées « Ambiances en projet » # 3, nous avons eu la chance de retrouver Ricardo Atienza (chercheur associé au laboratoire Cresson) qui est impliqué dans deux équipes de recherche à Stockholm (Suède) à Konstfack, l’école d’Art et Design de Stockholm et au Musée d’Architecture de Stockholm. Avec ses différents collègues, il nous a présenté les recherches-action qu’il mène dans les domaines de l’art et du design sonore. Les interventions étaient principalement en anglais et ce compte-rendu mêle les deux langues. Les différents intervenants étaient : Ricardo Atienza, architecte, chercheur associé, labo CRESSON ; Monica Sand, chercheur et artiste, Arkitekturmuseet ; Niklas Billström, Designer son et chercheur, Konstfack ; My Lindh, artiste, Konstfack ; Anna E Weiser, artiste et chorégraphe, Kunglinga Musikhögskolan ; Eduardo Abrantes, philosophe, doctorant, University of Copenhagen.

Avant de démarrer le séminaire à proprement parler, Anna E Weiser nous a invité à quelques expériences pour nous ouvrir les oreilles et le corps. Alors que nous étions prêts à prendre des notes, nous avons dû nous servir de nos chaises, stylos, feuilles, lunettes, pour émettre des sons, d’abord de faible intensité, puis de plus en plus fort pour ensuite diminuer en douceur. Étonnant ce concert ! A la fin nous avons entendu le tic-tac de l’horloge, jusqu’alors non perçu ! Ensuite Anna nous a invité à nous lever pour faire sonner l’espace, parler, bouger… en opérant de la même manière : crescendo, decrescendo… Cette fois, c’était les sons de notre propre corps (et voix) qu’elle cherchait à nous faire expérimenter. Ricardo enregistrait et rediffusait en même temps nos productions sonores en insérant des distorsions temporelles et fréquentielles minimales. Eh bien, il me semble que nous avons gagné en concentration et endurance pour écouter les présentations de l’équipe !

In Situ-Action – Resonance, Improvisation et Variations de l’espace public

Ricardo Atienza et Monica Sand, au sein du Musée d’architecture de Stockholm, s’interrogent sur l’articulation entre recherche et création artistique. Ils expérimentent ainsi différentes formules avec une équipe interdisciplinaire de recherche-création. Comment une intervention artistique peut-elle aider à comprendre les comportements dans l’espace public ? Comment explorer, faire résonner un terrain en s’impliquant dans ce lieu ? Une fois que le terrain est choisi, connu, comment introduire des éléments de variation capables, d’une certaine manière, de changer l’ambiance du lieu ?

Resonance, Sankt Jacobs, Stockholm

The Audience from Monica Sand on Vimeo.

Dans une église, le public de diverses nationalités est invité à lire un texte dans sa propre langue transformant ainsi l’auditoire, habituellement passif, en membre actif d’une ambiance sonore polyglotte.

 Mind the Gap

Picnic in the metro / Mind the Gap from Monica Sand on Vimeo. Mind the Gap est un album composé de 7 videos disponibles sur Vimeo : http://vimeo.com/album/1526235

Mind the Gap was performed during two days by an interdisciplinary ensemble of artists, musicians, composers, choreographers, art students, architects and researchers in the metro in Stockholm, Sweden. By creating new subtle situations within the existing, another consciousness of the individual in relation to the social and built environment emerged. Nearly every platform in the Stockholm underground is constructed and decorated in collaboration with artists, from the beginning of the sixties, making every trip a voyage through (art-)history. Our subtle collective performances revealed the specific historical character of the platforms. The project was a matter of making sense by taking place in the heart of a society where life is fragmented in passages between places – subway, job, sleep.

Il s’agit donc d’une exploration par une équipe pluridisciplinaire du métro de Stockholm pendant deux jours.  Tout d’abord, ils s’installent pour prendre un repas dans un hall du métro (regarder Picnic in the metro ci-dessus). Les murs de cette station sont recouverts d’un paysage de forêt, c’est pour cela que l’équipe a décidé de commencer par ce pic-nic ! “C’est une forêt alors faisons comme si nous y étions”. Autre intervention : entrer à plusieurs dans une rame de métro et se serrer les uns contre les autres comme s’il s’agissait d’une heure de pointe (cette scène se situe à la fin de la vidéo Picnic in the métro). Par là, l’équipe se place délibérément à contre-temps des autres usagers.

Singing Siri Derkert / Mind the Gap from Monica Sand on Vimeo.

Enfin, les murs d’une station de métro sont recouverts de notes de musique : “L’internationale” d’un côté, la “Marseillaise” de l’autre. A nouveau l’équipe prend au mot le paysage qui se déroule devant elle et les chercheurs-acteurs se mettent à chanter les notes au fil de leur déambulation, comme l’illustre la vidéo ci-dessus.

 Råttfångaren i Stadshuset (Le flutiste d’Hamelin à Stadshuset), Stockholm

Råttfångaren i Stadshuset 29/1-2012 from Monica Sand on Vimeo.

L’hôtel de ville de la mairie est un bâtiment prestigieux et imposant : avec une équipe de musiciens, l’intention de l’équipe de recherche était de (faire) découvrir les effets sonores de ce lieu. La musique jouée au fil de la marche permet de faire sonner les différents pièces et volumes.

Ces trois propositions (entre autres) ont servi de terrain expérimental pour la préparation d’un projet de recherche sur 3 ans qui a commencé début 2012: « In Situ-Action – Resonance, Improvisation and Variations of public places ». L’objet de ce projet est l’exploration des différents niveaux possibles d’intervention sur un lieu en tant qu’outils d’analyse des situations et ambiances urbaines.

 

Design sonore des trains à haute vitesse: ISHT

Au sein d’une équipe pluridisciplinaire réunissant des chercheurs de Konstfack, Stockholm University, KTH, Bombardier, et le bureau d’études ÅF, Niklas Billström et Ricardo travaillent, depuis 3 ans, sur la question du confort et du design sonore des trains à haute vitesse. Au-delà des approches classiques cherchant seulement à atténuer les niveaux sonores en termes d’absorption et isolement, quelles autres réponses pouvons-nous apporter pour améliorer activement la qualité de ces ambiances sonores ?
L’hypothèse adoptée est celle du “masquage informationnel”. Il s’agit de dévier l’attention au lieu de “cacher la nuisance”, et de le faire sans augmenter les niveaux sonores, en employant par exemple des textures sonores non-audibles mais capables de modifier la manière dont les voyageurs percevront ces ambiances. L’équipe a donc créé une harmonie autour d’un son désagréable…

Images prises par Niklas Billström illustrant deux des test in situ réalisés.

———
The research Project ISHT (Interior Sound design of High-Speed Trains) is a collaboration among the manufacturer Bombardier and several Universities in Stockholm –Konstfack, KTH and Stockholm University – including sound designers, acousticians, psyco-acousticians and composers. The key question in this project is how to actively improve the ambience in high-speed trains, an environment characterized by tough sonic conditions.

Essential aspects of this improvement include providing intimacy, offering a comfortable and enjoyable environment, improving the travelling experience, designing a coherent sound identity, dealing with the “tempo” of the trip, etc. In order to answer to these requirements, we need to go further than just “reducing the noise level”. Beyond the traditional -and limited- isolation, absorption or even active noise cancelling, it is possible to modify the way we comprehend these environments by altering its sonic composition. And this can be achieved by subtle addition of new sonic components able to divert the attention from the background environment.

Two different possibilities are being examined, tested and evaluated in this research project: (i) introducing new sound elements that cannot be heard individually but will be perceived as a part of the train environment, “colouring” it in different ways, (ii) introducing sound compositions that will be perceived as subtle added layers but always in an intimate relation with the train environment. This second point considers different scenarios such as open or individual (optional) diffusion, time continuity or discontinuity of the added sound, etc.

The research methods include “field” observation, inquiries, listening evaluations -in vitro and in situ- and professional public exhibitions as well as collaborations with external composers and designers aiming at opening our research question to other perspectives, experiences and sensorial fields (artistic research, interior design, ergonomics, etc.).

 

Projets artistiques de My Lindh

Le train TV / Tågteve propose de sous-titrer un paysage en mettant des pancartes dans la nature comme si les fenêtres du train se transformaient en écrans de télévision. La vidéo montrée par My est une esquisse du projet qui se met en route le 28 Avril 2012 dans la ligne Stockholm-Uppsala. My nous proposa également une vidéo documentant “Performance in a Tramcar”. The video takes place on a tramcar in a rainy Gothenburg where one can see and hear a woman speak loudly on her cellphone. She says that she is in Paris, sitting in a cab on her way to the Eiffel Tower. She describes the beautiful spring weather, shouts out loud when passing by the Arc de Triomphe and speaks french to the taxidriver. Un montage plein d’humour !

 

Cette belle matinée a été conclue par l’exposé d’Eduardo Abrantes qui entame un travail de thèse dans le domaine de la phénoménologie du son. Philosophe de formation et vidéaste, Eduardo travaille sur le thème de « la voix en public : interaction entre l’individu et l’acoustique des territoires ».

 

Pour citer ce billet : Françoise Acquier et Ricardo Atienza, « Recherche artistique et Design à Stockholm », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 20 avril 2012. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/5811

Crédits photos : Niklas Billström

Compte-rendu par Françoise Acquier et Ricardo Atienza


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Merci à tous les 2 pour ce compte-rendu, session de rattrapage pour ceux qui n’ont pu y assister
    Beaucoup de pistes sont passionnantes, notamment ces interventions dans le métro qui s’apparentent aux « breaching experiences » de Garfinkel (qui ont d’ailleurs été réappropriées par des artistes). La question qui se pose pour moi est celle des effets de ces interventions / perturbations: qu’est-ce que ça fait, et comment l’analyser?
    J’espère qu’on aura très vite des éléments de ce côté de la part de l’équipe suédoise!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.