Une carte sonore du territoire métropolitain lyonnais

Source CAUE 69

De la part de Gilles Malatray

“J’ai exploré la métropolisation au travers d’images, de recueil de paroles, de vécus, de vidéos, d’illustrations, de photos et bien sur d’écrits. A tous ces médium, il manquait encore un sens qui me semblait pas suffisamment exploité. Pourtant, il nous fait voyager, imaginer ou souvenir des lieux des sensations.  L’ouïe est un sens très utilisé et pourtant qui semble moins essentiel que la vue pour se repérer dans l’espace. Elle nous alerte pourtant sur notre environnement nous apportant des informations essentielles sur ce qui nous entoure et qui n’est pas visible. Les sons sont des marqueurs très forts des différentes sociétés et de chaque époque. Pourtant vu leur diversité, leur volubilité et leur complexité, il nous est difficile d’associer un espace à un son et réciproquement. J’ai donc choisi d’essayer de proposer une carte sonore du territoire métropolitain. Au travers de 17 lieux, cette carte offre une représentation sonore des différentes ambiances du territoire métropolitain. J’espère qu’elle vous évoquera souvenirs et représentations.”

Réalisée par Gilles Malatray (sons) et Guillaume Kehrn (développement)

A explorer : ligne de bus, gare, centre commercial …

http://echosdemetropole.caue69.fr/wp-content/uploads/2012/05/anim%20sonore/carte_sonore_finale.html

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    La question pour moi est celle du statut de ce type de fragments sonores, outre bien entendu le simple plaisir de l’écoute. Bref: quelle est l’intention? Par exemple: est-ce celle de la “sauvegarde” patrimoniale?
    J’ai toujours du mal à cerner ce que veulent de tels projets

  2. Cette cartographie sonore ne prétend pas à une mission de sauvegarde patrimoniale. Il faudrait pour cela définir les critères d’un objet sonore ayant valeur patrimoniale, en tous cas ici dans la définition d’une métropole en construction.
    Il s’agit plus simplement de montrer qu’au travers les constituants d’une métropole, avec les infrastructures,les habitants, les activités, les flux… le son contribue lui-aussi à construire un paysage métropolitain. Ainsi, des lieux ou secteurs d’activités festives,professionnelles,culturelles,commerciales…génèrent des ambiances sonores spécifiques, qui permettent d’aborder la question des identités sonores d’un territoire donné. Bien sûr ma réponse est assez sommaire par rapport à la question soulevée, et à la simplicité voulue de la carte, mais la réflexion sous-jacente est en fait un vaste chantier d’étude.
    Ceci bien sr n’enlève en rien au plaisir de l’écoute, bien au contraire.

  3. Anthony Pecqueux dit :

    Merci beaucoup pour cette précision Gilles!
    Il pourrait être amusant du coup, pour tester cette hypothèses des identités, de faire des petits tests de reconnaissance en aveugle des extraits sonores à des lyonnais de longue date. Sans qu’ils sachent à quel territoire un extrait correspond, sont-ils capables d’identifier le dit territoire?
    & le plaisir n’en serait que plus grand et plus partagé!

  4. L’exercice se révèle un peu difficile ici car les séquences couvrent un rayon d’environ 40 à50 KM autour de Lyon (territoire de métropolisation). Il a déjà cependant été réalisé sur d’autres projets plus intra-muros; avec un certain succès d’ailleurs (dans l’intérêt et dans la réussite).
    Mais je pense que dans le cas de ces séquences, on peut assez facilement identifier certains lieux, ou en tous cas certains types de lieux présentant des ambiances ou activités spécifiques (supermarchés, gares, musées, nœuds autoroutiers, zones industrielles…). Le fait même du montage audio resserré (environ une heure de prise de sons pour 3 à 5 minutes de séquence finale) fait que le paysage proposé est un condensé temporel du “réel”, semé de marqueurs et d’indices fortement connotés. Ces micro-paysages sont donc assez emblématiques, de l’ordre de la carte postale, avec toutes ses effets de grossissements ou de choix très orientés (et assumés). Ceci fait que l’oreille s’y retrouve, et s’y reconnaît assez facilement. On choisit des lieux comprenant intrinsèquement des objets sonores permanents ou ponctuels mais néanmoins récurrents, relevant d’une certaine forme de patrimoine auriculaire (fontaines, cloches, voire acoustiques remarquables…), parfois certaines voix, accents, intonations, expressions… Cela vient renforcer et valider un peu pus encore la notion d’identité sonore, et quelque part le fait que des autochtones puissent ressentir, à l’oreille, un sentiment d’appartenance à un territoire sonore qui est le leur.
    Toute comparaison mise à part, Luc Ferrari et Yann Parenthoën l’ont parfaitement illustré dans leurs paysages électroacoustiques, radiophoniques, où il leur suffit, en quelques minutes, de quelques sons bien choisis et bien agencés pour nous plonger au cœur d’un territoire sonore comme si on l’avait connu depuis longtemps déjà, mais aussi et peut-être surtout à nous redonner cette curiosité et ce plaisir de l’écoute au quotidien qui souvent nous fait défaut. Bon je m’arrête là car il y aurait encore tant à dire sur les identités sonores et les territoires d’écoute construits et partagés à la fois collectivement, mais souvent inconsciemment…

  5. Anthony Pecqueux dit :

    Dommage que vous vous arrêtiez là (mais je le comprends!) car tout cela est passionnant!
    S’il vous prend un jour l’envie de formaliser toutes ces belles réflexions en un billet, je suis sûr que Le Cresson veille et Recherche se fera une joie de vous accueillir!

  6. Lorsque je dis que je m’arrête là, c’est uniquement sur ce commentaire, pour ne pas paraître trop envahissant. Sinon, de nombreux projets en chantier sur les audiourbanités – Et avec ta ville, tu t”entends comment ? (représentations sonores des villes) et une collection de points d’ouïe partagés (sites auriculaires remarquables), avec à l’appui des promenades-écoutes, workshops, conférences, installations et créations audionumériques continuent de questionner la construction de paysages et de leurs identités sonores.

  7. Anthony Pecqueux dit :

    Oui j’avais parfaitement compris, et je voulais simplement vous transmettre une invitation à “envahir” pleinement l’espace du blog en proposant un billet.
    N’hésitez pas à saisir cette perche si vous le souhaitez

  8. Balaÿ Olivier dit :

    Bonsoir à tous les deux
    il existe une carte des sons lyonnais enregistrés, référencés, dans le SIG ChaOS que j’avais fabriqué il y a qq années. Une partie est dans la cartosonie de Julien Mc Moisan (CRESSON). Tout ceci est très intéressant pour les historiens notamment.
    Bien à vous.
    Olivier

  9. Bonjour,

    Merci pour cette précision.
    Il y a également un travail d’échantillonnage sonore sur le quartier Saint-Jean à Lyon réalisé par Acirène.
    “Etude du fonctionnement de l’environnement sonore du Vieux Lyon
    Agence des Villes, Mission Ecologie de la Communauté Urbaine du Grand Lyon 1999/2000”.
    Bien que ce ne soit pat vraiment une cartographie, cette pratique très liée à internet n’était pas répandue à l’époque, les visées recoupent certaines préoccupations similaires.

    Gilles Malatray

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search