Revue Symbole et société

Un numéro repéré par Anthony

Revue Philosophie n° 115 : Symbole et société, 2012, 96 p. 10 €, ISBN : 9782707322562. L’avant propos et la présentation du numéro sont disponibles en texte intégral sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-philosophie-2012-3.htm

Ce numéro est consacré à la question du symbole qui, souvent envisagée dans ses aspects sémiologiques, sémantiques et esthétiques, l’est ici dans sa dimension sociale et culturelle – renouant ainsi avec la signification originellement sociale du terme, qui désigne un objet brisé dont deux individus se partagent les fragments au terme du contrat conclu afin de se reconnaître au terme de la quête qui les séparera.
Il s’ouvre par la traduction d’un texte de George Herbert Mead de 1922, « Un compte-rendu behavioriste du symbole significatif ». Il y récapitule les lignes de force de sa psychologie sociale, montrant les conditions sociales de l’émergence du soi, soulignant l’importance de la communication sociale et du symbole significatif, et redéfinissant l’activité de pensée comme relation du comportement à l’environnement ; critiquant la psychologie des peuples de Wundt, il retrace l’origine de la communication à partir du jeu des gestes sociaux ; il y assume enfin un behaviorisme social bien distinct du behaviorisme réductionniste de Watson.
Dans « L’Einfühlung comme symbolisme », Mildred Galland-Szymkowiak envisage le lien entre symbolisation et intersubjectivité à partir des théories de l’Einfühlung développées en Allemagne à la fin du XIXe siècle. Cette notion naît d’une préoccupation esthétique – comprendre le processus par lequel un sens émotionnel est attribué à des formes inanimées et abstraites – avant de servir, chez Lipps, à élucider le caractère immédiat, originaire et paradoxal de notre expérience d’autrui.
Puis Laurent Perreau expose, dans « Symboles et monde de la vie », les principaux éléments de la sémiologie phénoménologique d’Alfred Schütz, analysant plus particulièrement en détail sa théorie du symbole et de l’activité de symbolisation, qui occupe une place centrale au sein de l’analyse descriptive des structures du monde de la vie quotidienne.
Fuyant le nazisme, Cassirer et Lévi-Strauss se sont côtoyés au Cercle de Linguistique de New-York où, avec Jakobson, ils contribuèrent à la revue Word par des articles fondateurs du tournant structuraliste des sciences humaines. Dans « Forme symbolique, prégnance symbolique et structure », Muriel Vanvliet compare leur approche de la culture, analysant le passage de la forme a priori kantienne et de la Gestalt gœthéenne à la forme symbolique et à la structure – l’œuvre de Cassirer préfigurant l’anthropologie structurale, et le Finale de L’homme nu jetant une lumière sur le système dynamique de Cassirer.
Faisant retour dans « La réalité symbolique du social » sur le débat entre Sartre et Lévi-Strauss, Gildas Salmon s’intéresse à la Critique de la raison dialectique, lue comme une déconstruction de l’objectivisme sociologique hérité de Durkheim : pour dissoudre la réalité sociale dans l’action politique, Sartre fait une lecture existentialiste des Structures élémentaires de la parenté. Ce à quoi Lévi-Strauss répond que le modèle saussurien du signe permet une objectivation non réductionniste des faits sociaux et de l’esprit humain.
Bourdieu a conféré au pouvoir symbolique un rôle central dans l’analyse de la société : il peut exercer une véritable domination qui s’ajoute à ses autres formes, souvent en leur conférant une légitimité. Après s’être interrogé sur sa nature, Bruno Ambroise pose, dans « Le pouvoir symbolique est-il un pouvoir du symbolique ? », la question de savoir si et comment il est possible d’échapper à son emprise. (Présentation de l’éditeur)

Sommaire

Laurent PERREAU Présentation du numéro
G. H. MEAD « Un compte-rendu behavioriste du symbole significatif » (1922)
Mildred GALLAND-SZYMKOWIAK « L’Einfühlung chez  Theodor Lipps : du symbolisme à l’intersubjectivité »
Laurent PERREAU « Symboles et monde de la vie. La sémiologie phénoménologique d’Alfred Schütz »
Muriel VAN VLIET « Forme symbolique, prégnance symbolique et structure : un dialogue possible entre Cassirer et Lévi-Strauss ? »
Gildas SALMON « L’anthropologie structurale de Lévi-Strauss, une théorie sémiologique de la culture »
Bruno AMBROISE « Le pouvoir symbolique est-il un pouvoir du symbolique ? Généalogie de l’efficacité symbolique chez P. Bourdieu »
Notes de lecture : J. de Gramont sur E. Tardivel C. Riquier sur D. Lapoujade



Citer ce billet
Françoise Acquier (2012, 28 septembre). Revue Symbole et société. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qs7h

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search