Exposition : Les Architectures de l’eau à Marseille

L’annonce de cette exposition : Les Architectures de l’eau à Marseille, du XVIIIe siècle à nos jours du 13 septembre au 8 décembre 2012 vient faire écho écho à la thèse d’Arezou Monshizade qui vient de soutenir magnifiquement sa thèse au laboratoire Cresson. En espérant qu’un exemplaire soit vite disponible à la doc’ !

L’eau, comme élément d’ambiance – le jardin persan, entre rareté et abondance

Spécialité Architecture
Ecole Doctorale 454, Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire
Laboratoire Cresson – UMR « Ambiances architecturales et urbaines »
Directeur de thèse: Grégoire Chelkoff, Professeur à l’ ENSA de Grenoble

L’eau anime un paysage particulier par ses qualités physiques et aussi par la vie et l’activité qu’elle apporte, où qu’elle se trouve, mais l’homme peut être confronté à un contexte de rareté ou d’abondance de cet élément fondamental selon les régions du monde. L’eau, pour ses qualités esthétiques et environnementales, est perçue comme une ressource précieuse. Par la relation perceptive, significative et symbolique qu’elle crée avec l’homme, elle inspire les concepteurs et les architectes qui se nourrissent de cette relation pour imaginer différents espaces ou monuments où le liquide et le solide s’allient ou se fondent.
Avec les développements de la science moderne et la notion d’environnement durable, l’eau a été transformée en « H2O » comme une matière à consommer qui tendrait à perdre ses capacités sensibles. D’autre part, les menaces qui planent sur cette ressource du fait qu’elle devient rare, en font un enjeu majeur du futur. C’est pourquoi les éléments « naturels » comme l’eau méritent une attention particulière: ils constituent à la fois des facteurs constitutifs d’une ambiance et des domaines fondamentaux de gestion environnementale se rapportant à des problèmes écologiques de première importance. En ce sens, notre recherche vise à articuler une écologie des environnements physiques et naturels à une esthétique des ambiances architecturales et urbaines. Il en va ici du rapport entre le matériel et l’immatériel, question particulièrement importante dans le cadre d’une théorie des ambiances.
Tenant compte de cette problématique de recherche, nous avons choisi le jardin persan, à l’origine « paradeiza » (paradis), pour étudier les relations sensibles à une ressource dans un contexte où elle est rare. Bien que ces « paradis » soient situés en contexte désertique, l’eau y joue un rôle fondateur et omniprésent et elle est traitée sous différentes formes et dispositifs. Ainsi, malgré sa ¨rareté¨ dans les régions arides – notamment dans les deux jardins étudiés au centre de l’Iran -, l’eau se révèle alors comme élément construit de l’espace aussi bien qu’élément « formant » de l’ambiance. Nous nous posons la question plus précisément de savoir comment se forme l’ambiance visuelle, sonore, thermique et dynamique à partir d’une quantité minimale d’eau disponible en ces deux jardins. On se concentre plus précisément sur la dimension plurisensorielle de l’eau qui éveille et fait interagir nos sens en considérant principalement les rapports entre la proportion quantitative d’eau utilisée et la qualité de l’ambiance. L’objectif de ce travail est de dégager les principes et les dispositifs architecturaux utilisant l’eau comme élément d’ambiance, d’imaginaire, de structuration spatiale et de support d’usage dans l’aménagement des jardins à l’avenir.
Les méthodes mises en œuvre pour évaluer l’impact de l’eau dans la perception de l’ambiance des jardins ont consisté, dans un premier temps en des enquêtes à partir de la mémoire sensible et basées sur les souvenirs et les récits d’une dizaine de visiteurs. Cela nous permet d’énoncer une première interprétation sur la mémorisation des ambiances en référence à l’eau. Deuxièmement l’observation des espaces et usages in situ nous aide à repérer les dimensions objectivables de la présence de l’eau. Enfin, nous avons recueilli in situ des commentaires de perception en mouvement auprès d’une vingtaine de visiteurs qui expriment certains effets sensibles et pratiques de l’eau dans le milieu du jardin.

Mots clés:  eau, jardin, rareté, ambiance sensible, espace

 

 

 

 


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.