Appel à communication : Quelles natures dans la ville durable ?, date limite 4 mars 2013

Source Calenda

Le laboratoire CRESS / SAGE (Sociétés, acteurs, gouvernement en Europe – SAGE UMR 7363 CNRS-UdS) lance un appel à communication pour la troisième journée de son cycle « Villes du Nord, villes du Sud: la durabilité, entre prêt à penser et opérationnalité ». Celle-ci aura pour thème : « Quelles natures dans la ville durable? », en présence de E. Zaccaï (Centre d’études du développement durable, CEDD, Université libre de Bruxelles) et de J.-P. Lévy (Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement (LAVUE), Universités de Paris 8 et Paris X), invités au titre de grands témoins de cette troisième journée.

Sous l’effet de la prise de conscience d’une finitude des ressources naturelles et de la prise en compte des effets négatifs de « l’urbanisme fonctionnel », le développement durable urbain se présente comme une tentative pour penser autrement les relations ville/nature dans le sens d’une intégration croissante respective et d’une transformation d’une représentation négative de la ville (comme consommatrice de ressources et émettrice de rejets et pollutions diverses). Les espaces urbains sont dorénavant conçus comme lieu d’accueil possible de la biodiversité (trames bleue, verte), la nature élargie à l’environnement de proximité (y compris dans ses aspects d’autosuffisance alimentaire avec un retour recherché d’une complémentarité entre ville et agriculture), l’esthétique de la ville redéfinie à travers des stratégies de « renaturation ».

Dans ce contexte, le réquisit de « construire la ville sur la ville » se double, dans de nombreuses villes européennes, de projets et de réalisations visant à inverser l’ordre des priorités : renaturer et préserver d’abord, construire ensuite. Mais cette intégration devient aussi un affichage (en témoigne l’inflation des projets urbains revendiquant cette dimension), soit relativement pauvre dans sa capacité à concilier urbanisme et nature – sans prendre la mesure des changements de mode de vie liés –, soit sélectif socialement (les exemples d’écoquartiers sont sur ce plan-là assez fréquents, les bailleurs sociaux étant encore assez peu nombreux à pouvoir se positionner sur ce créneau). Cette tension entre ville et nature recèle donc aussi son idéologie, dont d’aucuns pourraient voir un habillage, voire une extension des usages de la nature. A l’heure où les villes européennes multiplient les initiatives en la matière, il s’agit de s’interroger sur les limites et la portée de cette intégration : assiste-t-on effectivement à un « changement de paradigme » ? Comment cette intégration recherchée se traduit-elle tant du côté des usagers que des professionnels (qu’il s’agisse d’élus ou de professionnels de l’urbain) ?

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search