Appel à communication : De la vigilance ethnographique, date limite mardi 12 février 2013

Source Calenda

http://www.recherche-qualitative.qc.ca/

Le colloque de l’Association pour la recherche qualitative, qui se tiendra dans le cadre du 81e Congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), à l’Université Laval (Québec, Canada), du 6 au 10 mai 2013.

La démarche ethnographique suppose de composer avec les singularités et contingences du terrain d’enquête. Ce colloque vise à ouvrir le débat sur la vigilance forte qu’appelle l’ethnographie, à travers des récits d’enquête critiques et réflexifs qui éclairent la manière selon laquelle la démarche se construit dans les interactions entre le chercheur et son terrain, par tâtonnements successifs.

Plus précisément, les communications pourront s’articuler autour de trois types de rapport:

Le rapport à l’enquête : qu’implique le fait de ne pas verrouiller à l’avance les choix méthodologiques, de ne pas adopter une vision descendante de l’enquête qui imposerait une grille de lecture préétablie ? Comment le chercheur négocie-t-il le jeu des appuis théoriques – qui jouent le rôle de prismes et non de canevas – et les « aspérités » / singularités du terrain ? Quels sont les processus d’ajustement récurrents qui permettent de s’inscrire dans une démarche qui se veut évolutive? Comment se gère l’incertitude permanente qui caractérise la démarche ? Quels sont les coûts d’une posture de flexibilité et de compromis (Morrissette, 2011) ?

Le rapport aux acteurs et au terrain : comment se négocie sur le terrain une posture qui vise à comprendre un phénomène sans [trop] le déranger (Lapassade, 2001), alors que les personnes concernées, qui sont liées par des intérêts et enjeux différents, ont des attentes – explicites ou non – envers le chercheur et sa production de savoirs? Comment ne pas se faire « enrôler » dans des jeux d’intérêts qui ne sont pas ceux du chercheur (Demazière & al., 2011) ? Comment gérer les distances sociales, culturelles, symboliques entre chercheur(e)s et personnes concernées par l’enquête (Payet, Rostaing & Giuliani, 2010) ? Quelle est la marge de manœuvre du chercheur dans sa façon d’apparaitre et de se lier à ces personnes (Bizeul, 1998) ?

Le rapport à l’objet : comment se (re)définit l’objet de recherche en cours de démarche et quels types de phénomènes, de contingences, etc., participent de cette évolution ? Par quels processus émergent les questionnements nouveaux autour de l’objet ? Comment tenir compte du flou et du discontinu qui caractérisent les phénomènes singuliers du terrain dans la construction de l’objet ? Comment légitimer les interprétations sur l’objet en maintenant une distance critique, en d’autres mots, comment produire la preuve ?



Citer ce billet
Françoise Acquier (2013, 8 février). Appel à communication : De la vigilance ethnographique, date limite mardi 12 février 2013. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qs9h

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search