Article : Tempesta sonora

Pour ceux qui lisent l’italien ! Ecrit à partir de deux billets publiés sur LCV, Harold et les boomboxes et Erving et les transistors et traduit en italien par la revue Studi culturali qui consacre en Avril 2013 un numéro aux Sound Studies, un numéro fort intéressant !

Pecqueux, Anthony. Tempesta sonora. Do The Right Thing e la nuova politica della riconfigurazione ambientale = Sonic storm or sonic field fire: Do the Right Thing, interaction and music listening in public. Rivista Studi culturali, 1/2013, aprile, p. 53-70. ISSN: 1824-369X. http://www.rivisteweb.it/doi/10.1405/73205

Keywords: Do the Right Thing, music listening, urban public space, forms of life, interaction

This paper about listening to music in urban public space (through transistors, ghetto-blaster or mp3 player), follows one of the rare fictions which includes a ghetto-blaster as a key of action, Spike Lee’s Do the Right Thing (1989). Ties between sounds and space are considered from a pragmatist sound epistemology, predominantly interested in sound effects; this means that sounds are necessarily linked to a form of life. This one – in the movie Bed-Stuy, a mainly African-American district in New-York City – daily tolerates relatively loud sounds, but treats as pathological those which prevent interaction. In this framework, we finally recover a cardinal principle of interaction organization, stemming from Goffman’s sociology: one of the origins of its defeat lies in the incapacity of one or more of the partners to dispense his (their) attention in the right way (the one of the situation and its definition).

Scan disponible à la doc’ Cresson.

Presentazione
Paolo Magaudda, Marco Santoro. Dalla popular music ai sound studies: lo studio delle culture sonore, pp. 3-12, DOI: 10.1405/73201
Overtures
Veit Erlmann. L’anatomia, la cultura e la politica della soggettività. pp. 13-24, DOI: 10.1405/73202
Steven Feld. «Suono e sentimento», ieri e oggi. pp. 25-36, DOI: 10.1405/73203
Saggi
Lucio Spaziante. Immagini sonore: sound design, convenzioni audiovisive e costruzione della realtà
pp. 37-52, DOI: 10.1405/73204
Anthony Pecqueux. Tempesta sonora. Do The Right Thing e la nuova politica della riconfigurazione ambientale
pp. 53-70, DOI: 10.1405/73205
Jennifer Stoever-Ackermann.  W.E.B. Du Bois e la linea del colore sonora
pp. 71-88, DOI: 10.1405/73206
I suoni delle città
Claudio Coletta, Francesco Gabbi. Lo spazio del suono: sinestesie organizzative nelle politiche urbane sul rumore
pp. 89-106, DOI: 10.1405/73207
Andrea Valle. Un progetto di simulazione del paesaggio sonoro: il Mercato di Porta Palazzo a Torino
pp. 107-120, DOI: 10.1405/73208
Barbara Grüning.   Suoni fuori luogo. Una cartografia acustica dei locali pubblici a Bologna
pp. 121-134, DOI: 10.1405/73209
Bussole
Andrea Brighenti. La dimensione aurale. Nota per un’urbanistica sensoriale
pp. 135-142, DOI: 10.1405/73210
Marco Solaroli. Guerre sonore ? L’uso del suono come strumento di conflitto
pp. 143-152, DOI: 10.1405/73211

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Anthony dit :

    Un grand merci Françoise!!
    J’ai été surpris du titre que tu fais figurer dans le billet car ce n’est pas le mien… Pour l’anecdote, c’est donc le titre du sommaire, alors que dans le corps du texte l’article porte bien mon sous-titre, à savoir “Do The Right Thing, interazione e ascolto musicale (in) pubblico”
    Pour ceux qui, comme moi, ne lisent pas forcément l’italien, n’hésitez pas à me demander la version française; en voici le résumé:

    “Orage ou feu de camp sonore
    Do The Right Thing, l’écoute musicale (en) publi(c)que et l’interaction

    Cet article part du constat du décalage entre le faible intérêt académique pour les usages des artefacts musicaux dans l’espace public (transistors, ghetto-blaster, lecteurs mp3 en mode haut-parleur, etc.), et l’intensité des investissements sociaux dont ils sont / ont pu être l’objet. Pour le meilleur – comme autant d’occasions de sociabilités –, ainsi que pour le pire : du côté des oreilles subissant ces sons non désirés, des troubles voire des conflits d’urbanité. A partir de ce constat, et après avoir esquissé une problématique de ces usages, nous suivrons la trace d’un des rares documents de fiction incluant le ghetto-blaster comme élément moteur de l’action, le film Do The Right Thing de Spike Lee (1989).
    L’enquête s’adosse à une épistémologie pragmatiste du son élaborée par ailleurs (Pecqueux, 2012) : au sens non seulement où les sons sont nécessairement situés, mais surtout où ils renvoient à des activités et à des effets de ces dernières. En d’autres termes : une épistémologie événementielle du son (Casati, Dokic, 1994) pour laquelle les sons sont reconnus comme des événements, issus des activités et en occasionnant souvent d’autres, ainsi que l’établit John Dewey : « Car les sons sont toujours des effets : effets du choc, de l’impact et de la résistance des forces de la nature (…) Le son nous incite directement à un changement immédiat, car il traduit un changement » (Dewey, 2005, p. 278-9).
    C’est à partir de cette perspective que sont envisagés ici les liens entre sons et espace, à savoir enchâssés dans une forme de vie à laquelle ils ne peuvent manquer d’être liés d’une manière ou d’une autre. En l’occurrence, cette forme de vie – le quartier majoritairement africain-américain de Bed-Stuy à New-York – tolère au quotidien des manifestations sonores assez bruyantes, mais traite comme pathologiques celles qui empêchent l’interaction, sont susceptibles de la faire échouer. Dans ce cadre, nous retrouverons in fine un des principes cardinaux d’organisation de l’interaction (issu de la sociologie goffmanienne) : une des causes de son échec (de son traitement comme pathologique) réside dans l’incapacité d’un ou des partenaires à distribuer son (leur) attention de manière adéquate (à la situation et à sa définition).”

    Bon week-end
    Anthony

  2. Mince alors. Je suis désolée. L’affichage prête à confusion, non ? Tu me conseilles donc de corriger partout en enlevant Tempesta sonora ?

  3. Anthony dit :

    Non, non, je me suis mal exprimé, c’est une erreur de leur part, amusante d’ailleurs!
    & uniquement dans le sous-titre; “Tempesta sonora” (Orage sonore), c’est l’essentiel et c’est bien mon titre!!

  4. Anthony dit :

    J’en profite pour signaler deux nouvelles éditoriales de Paolo Magaudda, un des éditeurs du volume:
    – un dossier de la revue “Lo Squaderno” (http://www.losquaderno.professionaldreamers.net/), en italien et anglais, sur les “nouveaux & anciens espaces musicaux”. Plusieurs numéros de cette revue en ligne que je ne connaissais pas ont d’ailleurs trait à nos thématiques
    – une interview (+ introduction) de Travor Pinch parue ce mois dans Cultural Sociology (http://cus.sagepub.com en accès libre depuis l’ENSAG)
    Bonnes lectures

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.