L’ambiance est bonne

La veille reprend enfin après quelques mois de sommeil…. Un livre à regarder de près dès parution : Paysages sensoriels. Anthropologie de la construction et de la perception de l’environnement sonore et olfactif. 

« L’ambiance est bonne » ou l’évanescent rapport aux paysages sonores au Caire. Invitation à une écoute participante et proposition d’une grille d’analyse
Battesti V.
à paraître// Texte pour publication in M.-B. Le Gonidec et J. Candau (dirs), Paysages sensoriels. Anthropologie de la construction et de la perception de l’environnement sonore et olfactif, éditions du CTHS, coll. Orientations et Méthodes (à paraître en 2013) (suite du colloque sur le thème des paysages sonores, avril 2010, Neuchâtel – Suisse). VERSION DU 9 OCTOBRE 2011 – WORK IN PROGRESS (2013) – http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00842075

Cette contribution propose de poursuivre un travail entamé ailleurs (Battesti, 2009), de s’intéresser à cette matière intangible qu’est l’ambiance sonore d’un lieu. Ce paysage sonore non seulement est une résultante des activités menées en son sein (définition passive), mais peut être également une construction collective volontaire (définition active). Au sein du Caire et de sa « gangue sonore », chaque quartier possède dans le tissu urbain de la mégapole une identité spécifique attribuée par les citadins, une ambiance. Loin de ne tenir que de l’anecdote, d’un simple arrière-plan sonore, l’ambiance est la qualité première invoquée par les citadins pour expliquer leur déambulation ici et non pas là dans la ville, justifier leur appréciation des espaces. L’ambiance, dont sa composante sonore, devient une part objectivée de la « beauté » d’un espace urbain. Que ces espaces soient structurés par le végétal (jardins publics) ou le minéral (quartiers), ce qui importe pour les usagers cairotes d’espaces publics est « l’âme » des lieux, qui ne se manifeste que par la coprésence d’autres humains, émetteurs sonores. Dans Le Caire des sorties populaires, on pique-nique sur les bancs, sur des ronds-points… les ambiances urbaines prennent, se créent au sein même et sans se soustraire et s’abstraire d’un environnement saturé de gens, d’odeurs, de pollutions urbaines… et de sons. Les promeneurs viennent apprécier l’ambiance, prendre part au spectacle que la ville engendre en se regardant, en s’écoutant elle-même. Les territoires de la ville correspondent à des paysages sonores, ils ont leur propre signature. Cette signature est analysable, décomposable (inventaire des différents bruits), mais c’est l’écoute d’ensemble qui offre sens. J’ai pu montré ailleurs la pertinence de l’objet « ambiance sonore » en anthropologie : les ambiances sonores ne sont pas le fait du hasard, elles sont des productions sociales. Je souhaite maintenant pousser l’hypothèse d’une « structure sociale sonore »: les ambiances sonores (faites et reçues) s’organiseraient sur la forte structuration sociale de la société égyptienne. Le principe qui semble le mieux régir la politique populaire de la sonorité est celui de la saturation à l’instar des fêtes de mariages populaires et des mouleds où les musiques électroamplifiées (aux effets électroacoustiques évités ailleurs qu’en Égypte) emplissent volontairement les airs, sans partage. Aux moments exceptionnels de fêtes, bien entendu, répondent des moments plus quotidiens, où la saturation sonore est moindre, mais la signature toute aussi évidente à chacun. Comment qualifier ces paysages sonores, comment les analyser, que peut-on dire de leur production et des normes qui les régissent? et, si les ambiances sonores peuvent être décrits comme des décors de l’instant, quels jeux d’acteurs permettent-ils alors?


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.