La sensorialité, dimension cachée de la ville durable

Bon je sais j’ai un mois de retard dans la veille… mais cet article de T Manola dans la revue Métropolitiques est important à signaler d’autant que sa thèse, soutenue en 2012, est déposée dans TEL.

Manola, T. 2012. Conditions et apports du paysage multisensoriel pour une approche sensible de l’urbain. Mise à l’épreuve théorique, méthodologique et opérationnelle dans 3 quartiers dits durables européens : WGT, Bo01, Augustenborg, thèse de doctorat en Urbanisme, aménagement et politiques urbaines, Lab’Urba, Institut d’urbanisme de Paris, université Paris-Est, 646 p. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00732261

Ces dernières décennies, les travaux portant sur les perceptions sensorielles et les représentations de la ville se sont multipliés dans les sciences humaines et sociales – historiquement dans la philosophie, l’anthropologie, l’histoire, la psychologie, mais aussi, plus récemment, la géographie et l’urbanisme. Mais, en dépit de l’intérêt croissant qu’elle suscite, notamment au sein de la recherche sur la ville, la « sensorialité urbaine » peine à devenir un sujet de prédilection des praticiens. Par sensorialité urbaine, on vise ici le système de relations sensorielles (visuelles, sonores, tactiles…) et sensibles, tissé entre un individu et son milieu. En effet, les projets contemporains d’échelle urbaine considèrent peu la multisensorialité et le sensible (Zardini 2005), et ce malgré des réflexions théoriques sur un urbanisme sensoriel (Howes et Marcoux 2006 ; Lucas et Mair 2008 ; Paquot 2010). L’espace est alors essentiellement abordé par ses aspects visuels. Par ailleurs, quand les autres modalités sensorielles sont mobilisées, ce sont les aspects négatifs (exprimés en termes de pollutions, nuisances, risques, etc.) qui apparaissent, attachés à une conception quantitative et à finalité curative des « maux urbains ».

Nous proposons ici une vision de la sensorialité urbaine qualitative et potentiellement mobilisable dans le cadre de projets spatiaux qui permettrait de considérer les aspects les moins intégrés de la durabilité spatiale. http://www.metropolitiques.eu/La-sensorialite-dimension-cachee.html

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Danièle Revel dit :

    Ben, qu’est-ce que t’as fait pendant tout ce temps ? Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search