Exposer l’expérience

Le Centre Pompidou accueille jusqu’au 6 janvier 2014 L’exposition rétrospective Pierre Huyghe qui présente plus d’une cinquantaine d’œuvres réalisées par cet artiste français contemporain au cours des vingt dernières années.

Cette exposition est loin de proposer au visiteur un ensemble d’œuvres que celui-ci devrait découvrir les unes après les autres, le long d’une déambulation déjà tracée. A l’inverse, le corps est pris dans un espace à la scénographie chaotique – le plan dessine des angles étranges, des impasses et des passages secrets –, dans lequel il dérive au gré de ses rencontres. Errance spatiale et temporelle, faite d’échos, de résonances multiples entre les œuvres exposées, et ponctuée d’émergences visuelles et sonores dans un univers déjà bruyant, ou tout du moins, bruissant. La dérive est aussi rythmée par des présences presque oniriques mais pourtant bien vivantes : un chien à la patte rose erre dans l’espace d’exposition, un homme à la tête de faucon apparaît devant une boîte à lumière puis s’éloigne, occasionnant un cortège de visiteurs qui décident de le suivre, une patineuse s’évertue sur un rectangle de glace… autant d’individus que l’on aura déjà aperçu ça et là, dans un film, une photographie.

Il s’agit moins d’exposer (à la vue, à distance, de donner à voir sans jamais pouvoir toucher) que de donner à vivre, à expérimenter cet univers que l’on qualifierait presque, en suivant Augustin Berque, de milieu :

« Le milieu, dans sa réalité à la fois sensible et factuelle, ignore les substances intrinsèques et les identités propres ; il ne connaît que des flux de relations qui lient indissolublement les sujets aux objets, et ceux-ci comme ceux-là entre eux » (BERQUE Augustin, 1990 : 40).

En entrant dans cette exposition, le visiteur est effectivement pris dans un tissu de relations qui le dépassent. Il est voué à la rencontre d’objets (sculptures, installations, films, dessins, photographies), de présences (les autres visiteurs, les animaux, les performeurs), de climats parfois inhospitaliers (il pleut, il neige, il vente dans la galerie), de couleurs récurrentes, de lumières et de sons… Ces rencontres bousculent sa trajectoire et l’entraînent dans des lieux aux ambiances contrastées, l’amenant parfois à revenir à plusieurs reprises dans un même espace en aillant l’impression d’y faire à chaque occasion une expérience unique.

Tout en cheminant au travers de ses œuvres, Pierre Huyghe semble donc s’amuser à exposer l’expérience. A en juger par les réactions du public, qui le temps d’une visite se transforme en acteur, ce plaisir est partagé.

 

BERQUE Augustin. Médiance : de milieux en paysages. Montpellier : GIP Reclus, 1990. 163 p.

 

Pour citer ce billet : Brayer, Laure « Exposer l’expérience », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org),27-11-2013. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/8358

Laure Brayer

Architecte, Docteure en Architecture, Chercheure Contrat CNRS au CRESSON - UMR CNRS 1563 "Ambiances architecturales et Urbaines" - ENSA Grenoble

More Posts

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony dit :

    Merci beaucoup Laure! ça donne envie d’y aller expérimenter… Encore un gros mois pour cela…
    Une dérive organisée en quelque sorte, rythmée par des éléments de focalisation de l’attention comme l’homme à tête de faucon. Bref puisqu’il n’y a pas de trajet à suivre, ce serait l’attention perceptive (et ses divers procédés de captation) qui formerait le « plan »? Un beau défi pour les approches en termes de « wayfinding »!

  2. Nicolas dit :

    Merci Laure, j’ai été aussi totalement pris. On connaissait des éléments de son travail, mais voir toutes ses pièces conçues séparément et là mises ensemble, interagir, et créant encore une nouvelle expérience. Quel boulot ! « Exposer l’expérience » c’est exactement cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *