Trottoir et décrottoirs

La revue Archiscopie éditée par la cité de l’architecture et du patrimoine livre mensuellement une liste de conférences, colloques, expositions qui nourrit la veille postée sur ce blog depuis des années. Une version numérique donnerait peut-être plus d’audience à ce travail minutieux. Il n’en demeure pas moins efficace. A la fin du répertoire d’évènements, des articles alimentent la rubrique « actualités ». Ces « revues » de projets architecturaux ou urbains, richement illustrées, sont cataloguées dans la base Archirès par les documentalistes des ENSA. La rubrique « Documents » du numéro 125 de novembre 2013 a attiré mon attention : « Trottoir et décrottoirs : histoires d’un territoire piéton », Guy Lambert, p. 28-29. L’auteur y présente 3 livres qui alimentent à « l’histoire matérielle et culturelle de la marche » en « contribuant à être plus attentif aux multiples détails qui participent de l’esthétique de la rue ». Pour comprendre de quoi il s’agit, une exposition en ligne vous présente ce petit mobilier : http://decrottoirs.com/

trottoirDaniel Vaillancourt. Les urbanités parisiennes au XVIIe siècle. Le livre du trottoir. Québec : Les presses de l’Université Laval. 2009. 329 p. La mise en place du premier trottoir parisien en 1608, celui du Pont Neuf, eut pour conséquence de redéfinir la rue, ses matières et son personnel. Ce faisant, l’urbanité prit un autre tour, inédit, articulé à la régulation de la circulation, à la propreté, à l’impératif de la ligne droite. Le présent ouvrage propose d’analyser ce moment de l’histoire urbaine de Paris, où les façonnements de l’espace public instaurent d’autres possibles narratifs et mettent en évidence le geste monarchique. Nous examinerons comment Paris redessine alors son urbanité, se délestant, virtuellement, de ses aspérités. Dans l’espace symbolique, le carrosse se substitue ainsi au cheval et aux piétons. Entre l’entrée d’Henri IV (1594), la nomination de Sully comme Grand Voyer (1599) et l’institution du Lieutenant général de Police (1667), Paris s’est enrichi de nouvelles figures. Prenant en compte les modifications de la rue, cet ouvrage interroge les relations entre les formes urbaines et les formes discursives, entre l’urbanitas, manière de dire et d’être, et l’urbanité, manière d’occuper et de penser l’espace des villes.

piedDidier Serplet, Werner Lambersy. Gratte-pieds de Bruxelles. CFC, 2006, réed. 2012. 88 p. Didier Serplet, Werner Lambersy : un artiste plasticien, un écrivain. Deux imaginaires se rencontrent au pied du mur, les yeux en face de quelques trous dans la façade, dernières traces des anciens gratte-pieds. La poésie des mots vient étoffer la poésie des images pour un voyage dans l’urbanité, au départ d’un élément insolite du petit patrimoine.

 

decrottoirLaurence Rosier. Christophe Holemans. Décrottoirs ! Voetschrapers ! Boot scrapers ! Bruxelles : Racine. 127 p. Jusqu’au siècle dernier, le décrottoir faisait partie des civilités et du rituel de l’entrée des édifices publics comme de l’entrée dans l’habitat individuel. On s’y essuyait la semelle au retour des flâneries dans la capitale boueuse ou des bois environnants. Si l’on rencontre des décrottoirs aussi bien aux États-Unis qu’en Afrique, l’abondance de la moisson photographique présentée montre que Bruxelles est l’une des seules capitales européennes à offrir un si large éventail de ces ustensiles du temps jadis.

Ce petit article m’a fait pensé à l’article de Rachel Thomas : La marche en ville. Une histoire de sens. L’espace Géographique, n°1, 2007, 1er trimestre, pp.15-26, republié récemment par le site Rhuthmos.

Si la marche doit retrouver non pas un droit de cité mais une place centrale dans nos villes et dans les mégalopoles du monde, c’est moins parce qu’elle représente un enjeu de la durabilité ou du renouvellement urbain que parce qu’elle constitue, dans son essence même, une activité d’ancrage du piéton à la ville. Formulé autrement, même dans sa fonctionnalité la plus ordinaire, la marche permet au piéton d’ETRE urbain et de FAIRE la ville.


Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Chouette trouvaille, merci Françoise!!
    On a tendance à penser que les décrottoirs se situent plutôt à l’entrée du logement ou des vestiaires des stades de foot, bref qu’ils constituent un seuil avant un arrêt de la marche (pour d’autres activités, plus domestiques); ce petit mobilier urbain nous rappelle qu’il peut s’agir d’une simple pause urbaine…

  2. Rosier dit :

    Merci d’avoir cité notre ouvrage à Christophe Holemans et à moi-même. NOus poursuivons actuellement notre recherche des décrottoirs en brabant wallon, où les décrottoirs des villes cotoient les décrottoirs des champs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *