Expérimenter l’exposition

Ce billet fait suite à celui de Laure Brayer qui a si justement identifié la volonté de Pierre Huyghe de nous exposer au Centre Pompidou. Si à cela nous ajoutons qu’au même moment son collègue et ami Philippe Parreno réalise lui aussi une exposition au Palais de Tokyo qui se différencie elle aussi de toute velléité de rétrospective, nous obtenons une situation parisienne bien particulière : deux lieux emblématiques, deux artistes majeurs et une question : qu’est ce que faire l’expérience d’une exposition ?

Les deux expositions semblent fonctionner ensemble, comme les deux faces d’une même réalité (ou d’une même fiction, la question est de circonstance) : là, la désacralisation du spectacle, là-bas, sa dématérialisation, ici, un labyrinthe recomposé, là-bas, un labyrinthe dévoilé, ici, des individus, des animaux (voire des animalités), là-bas, des fantômes, des traces (et peut-être même des visions), ici, des impasses, des détours, là-bas, des pièces secrètes, des cimaises qui bougent. Il n’y a plus de spectacle nous dit Huyghe, il nous faut allez voir derrière l’écran, dans les coulisses nous dit Parreno. Les deux expositions fonctionnent de pair en nous projetant de plain pied face à la question de l’expérience.

Expérimenter l’exposition suppose un regard attentif à l’espace même de l’exposition. Huyghe le transfigure par un jeu savant de cimaises pour déstabiliser son visiteur, lui faire perdre ses repères dans un « espace à la scénographie chaotique » nous dit Laure. Tout autre est la position de Parreno qui a dû faire face à un bâtiment qui est aujourd’hui comme un labyrinthe, un dédale de plates-forme, d’escaliers, de couloirs, de salles. C’est la première fois qu’un artiste investit l’ensemble des sous-sols du palais de Tokyo, et Parreno en profite pour nous inviter à une promenade plus qu’à une visite : avec ce qu’il faut de repères et d’indications pour ne pas se perdre (et alors le palais de Tokyo se dévoile pour la première fois comme un espace cohérent, limpide de fluidité) et ce qu’il faut de découverte et de surprise pour avoir envie de continuer, et toujours (comme c’était le cas à la serpentine Gallery de Londres) en brouillant les frontières entre ce qui est de l’ordre de l’exposition et ce qui est de l’ordre de la non-exposition (car comment appeler ce qui n’est pas de l’ordre de l’exposition quand l’exposition fait monde : la réalité, la vrai vie, la ville, l’urbanité ?)

Les moments vécus dans l’exposition se prolongent dans la rue, en marchant, en y pensant… La réalité en est transformée. On peut aussi se mettre dans la position de voir une exposition comme si on était tous morts… »1

C’est surtout un plaisir enfantin, immédiat, sincère et spontané que d’évoluer dans ces deux expositions affranchis de tout le poids institutionnel de la culture et du savoir au profit de la simple découverte, de la simple expérience sensorielle d’un temps et d’un lieu hors de tout et qui nous est pourtant si familier.

Pour citer ce billet : Guillaume Meigneux, « Expérimenter l’exposition», Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 12 décembre 2013. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/ID BILLET
  1. P. Boyer de Latour, Pierre Huyghe et Philippe Parreno, frères d’art, Le Figaro Madame, 16 novembre 2013, http://madame.lefigaro.fr/art-de-vivre/singularites-dartiste-161113-630200, consulté le 12.12.13 []

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Nicolas dit :

    J’ai découvert l’an passé la revue The exhibitionist. De quoi prolonger les questionnements de Laure et Guillaume sur l’expérience d’une exposition

    http://the-exhibitionist.com/archive/

  2. Anthony Pecqueux dit :

    Merci Guillaume
    Ce qui est quand même assez convergent (au-delà de la seule exposition – on pourrait parler des documentaires, non, Guillaume?), c’est ce mouvement qui cherche à « traduire », « transmettre », « rendre compte d' »une expérience sensible dans les « arts ». Je mets des guillemets partout, c’est pénible à lire, mais les mots sont loin d’être stabilisés dans ces domaines
    D’ailleurs, la revue Ambiances (ambiances.revues.org) voudrait être un espace de débat pour ces questions de « représentation des ambiances »; elle l’est déjà un peu, elle pourrait l’être davantage. Car quand je dis « convergent », il y a sans doute beaucoup de nuances – au moins celle entre Parreno et Huyghe que tu montres bien ici
    Anthony

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *