Nourritures jardinières dans les sociétés urbanisées

image

Au Centre Culturel International de Cerisy, se tiendra un colloque sur cette thématique du 6 au 13 Août 2014. Dirigé par  Sylvain Allemand et Edith Heurgon, ce colloque prolonge la décade Renouveau des jardins: clés pour un monde durable? qui a fait paraître l’enjeu crucial des jardins (individuels et collectifs) pour se nourrir dans les sociétés urbanisées, mais aussi leur rôle de réconciliation en accompagnement des transitions spatiales et sociales. Portant plus spécifiquement sur les Nourritures jardinières, cette rencontre se propose d’étudier à quelles conditions les diverses initiatives prises lors de ce renouveau peuvent monter en généralité et apporter des réponses à certains problèmes actuels, alimentaires comme urbains.

Les thématiques abordées :

-la capacité des jardins à faire face aux défis alimentaires – les modalités permettant de se nourrir en ville – les savoirs et les pratiques des architectes, paysagistes, gestionnaires qui s’engagent ensemble pour construire la ville nourricière – les enjeux de gouvernance alimentaire et d’adaptation des politiques publiques – les jardins comme une réponse possible aux peurs alimentaires, comme une réponse aux inquiétudes urbaines.

À côté de conférences-débats, de projection de films, d’un visite dans le bocage normand, une Exposition Forum Initiatives présentera, toute la semaine, des travaux de jeunes chercheurs et de divers collectifs paysagistes, ainsi que des réalisations territorialisées. Ces divers éléments nourriront la synthèse générale qui tentera de répondre aux questions initiales en précisant les possibles apports des jardins au monde de demain.

Programme provisoire sur le site du centre

Magali Paris, Ingénieur paysagiste, Docteur en urbanisme et architecture, Enseignante-chercheuse Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble / Laboratoire CRESSON UMR Ambiances,  interviendra le mardi 12 août dans la session Habiter, jardiner, construire la ville nourricière.  Elle développera la question des échelles et du projet de territoire lié aux jardins nourriciers : Les jardins de bouche, du légume au dessin urbain / Comment passer d’une échelle à l’autre1?

Créés et entretenus par des jardiniers amateurs, les jardins ordinaires sont les vecteurs d’un développement urbain porteur d’un mieux-vivre et en particulier d’un mieux-vivre ensemble. Alors qu’ils sont à l’épreuve de l’entre-soi2, tiraillés entre volontés individuelles et collectives, fragiles face aux dynamiques urbaines, ces jardins ordinaires sont en effet des lieux où les questions de cohabitation (entre public et privé, entre individus, entre homme et nature) se jouent et proposent très souvent d’heureuses conciliations. A partir de travaux de recherche portant sur les jardins situés en prolongement de l’habitat et sur les jardins familiaux et partagés, nous travaillons cette thèse depuis maintenant dix années en milieux urbains denses et en franges de ville, sur des territoires fragilisés par l’urbanisme contemporain.

La dimension nourricière de ces jardins ordinaires est prégnante et s’exprime à des échelles différentes : des aromates sur rebord de fenêtre à la place de l’agriculture urbaine dans le dessin urbanistique3 et écologique4, en passant par les collectifs de jardins à vocation potagère (insulaires ou en connexion directe avec le développement urbain et parfois reliés les uns aux autres en réseau). Ces jardins de bouche mettent en jeu une économie domestique mais aussi de proximité et solidaire, une pédagogie de l’environnement et de l’alimentation, les rapports -ludique, hédoniste et éco-citoyen- que l’on entretient avec la nature et une nouvelle esthétique de paysagement de la ville.

En contexte de territoires humainement et écologiquement fragilisés, ces jardins nourriciers offrent des promesses de résilience tout autant qu’ils interrogent sur les risques sanitaires et les inégalités environnementales dont ils peuvent être les supports. Pour qu’ils deviennent de véritables vecteurs de développement urbain, les atouts et les faiblesses de ces jardins sont à questionner aux échelles microlocale et de l’individu et de sa famille, du quartier et du groupe social, de la ville et des politiques urbaines et à l’articulation de ces échelles. Réflexions pluri-scalaires et inter-scalaires à mener au prisme de critères disciplinaires croisant perception, vivre-ensemble et santé. C’est ce que nous proposerons en prenant appuis sur les résultats de nos travaux de recherche passés et en cours.

sonUne conférence donnée aux rencontres André Le Nôtre, en juillet 2013, L’humanité du jardin : De l’enclos au territoire que vous pouvez écouter sur le site de la conférence, permet de comprendre les échelles mises en jeu par les pratiques développées par les jardiniers qui dépassent toujours la parcelle jardinée: jardin monde,  jardin polytopique, jardin en partage, jardin sauvage… Cette conférence s’appuie sur le travail de thèse de Magali sur les jardins situés en prolongement de l’habitat et sur les travaux qu’elle mène depuis 2008 avec Grégoire Chelkoff sur les collectifs de jardins (jardins familiaux et partagés).

  1. La sociologue Françoise Dubost désignait les jardins de fruits et de légumes par « jardins de bouche » dans son ouvrage « jardins ordinaires » au côté des jardins de beauté composés essentiellement de fleurs et des jardins de plaisance dédiés aux loisirs. Dubost, Françoise (2000, 1984). Jardins ordinaires. L’Harmattan, 174p. 
L’ouvrage a été publié pour la première fois en 1984 sous le titre « Côté jardins » []
  2. Maurin, Eric (2004). Le ghetto français : Enquête sur le séparatisme social. Editions du Seuil, 95p. []
  3. Voir notamment le projet Urban Tomatoes de l’architecte-urbaniste Marcello Fantuz à La Havane à Cuba, il propose une typologie à plusieurs échelles (îlot, quartier, paysage urbain) de développement concomitant entre le bâti et les espaces de production agricole. http://issuu.com/doppiaelle/docs/marcello_fantuz__urban_tomato (consulté le 10 février 2014 []
  4. Nous faisons ici référence aux documents de la trame verte et bleue qui sont en train de se mettre en place aux échelles opérationnelles : communales et intercommunales. La trame verte et bleue croise les figures paysagères d’un territoire, les espaces de nature pratiquée et les réserves, les continuités écologiques existantes et à créer et les voies de circulation modes doux. []

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble. Veille également sur Scoop-it : http://www.scoop.it/t/le-cresson-veille-et-recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.