Umwelt et esthétique phénoménologique des ambiances

Je remercie la Compagnie Maguy Marin et la société de production 24 images pour m’avoir donné l’autorisation d’utiliser quatre captures d’écran du film Umwelt afin d’illustrer ce billet.

Il y a un an, Anthony Pecqueux publiait un billet intitulé « Umwelt et Milieu : archéologie des notions » par lequel il contribuait à l’enrichissement des réflexions sur la thématique des ambiances en revenant sur les deux notions d’Umwelt et de Milieu à la manière de la première direction proposée par Jean-Paul Thibaud dans sa « Petite archéologie de la notion d’ambiance », à savoir la sémantique de la notion à travers l’histoire. Anthony Pecqueux pointait la dimension politique que représente le choix d’user d’une notion et de la définir au regard de courants de pensées, en s’y opposant parfois, et ainsi revendiquait un mode créatif de l’expérience urbaine au prisme des ambiances.
À partir du terme Umwelt qui apparait ici en tant que titre d’une pièce chorégraphique de Maguy Marin, je souhaite prendre part au développement de cette archéologie de la notion d’ambiance, mais en « changeant de direction », c’est-à-dire en me plaçant plutôt du côté d’une esthétique des ambiances (la troisième direction présentée par Jean-Paul Thibaud). Le terme Umwelt permet donc de traverser différentes directions de sens et de faire écho, cette fois-ci, à des réflexions en cours sur le rythme et le mouvement des corps et de l’espace et du concours de celles-ci à la pensée d’une esthétique phénoménologique des ambiances.

Nous en sommes là. À inventorier des aptitudes. (…) Des transformations constantes potentiellement capables de mettre en joie ou en tristesse, de nous mettre en puissance ou en impuissance d’agir. Vivre nos capacités en transformation. (…) Faire naître du possible à mesure qu’on en accomplit. Car il n’y a d’existence que déploiement. (…) Construction mouvante, où la singularité rencontrée se prolongera au voisinage d’une autre. Une construction de proche en proche. Une construction par le milieu des choses. Entrevoir les porosités pour dire encore la nécessité de l’adresse aux autres, de l’appel de l’indéfini. (Maguy Marin, issu du texte de présentation de la pièce)

Au regard de la philosophie existentiale de Henri Maldiney1, le rythme naît d’apparitions qui ne sont finalement pas des répétitions mais des variations, des évolutions d’un processus en cours, sans début ni fin. Et Umwelt en est une expression impitoyable, brute, exigeante. Dans cette pièce chorégraphique de Maguy Marin, les apparitions des danseurs sont toujours à la fois attendues et inattendues. Durant une heure, les neuf interprètes apparaissent et disparaissent sans cesse dans ce mouvement circulaire, inéluctable voire infernal.

Le dispositif scénique reste le même tout au long de la pièce. Trois lignes de panneaux verticaux en quinconce, parallèles au bord de la scène, dessinent des embrasures. Lignes entre lesquelles et embrasures par lesquelles les danseurs vont se déplacer. Le miroitement des panneaux n’est pas sans rappeler des environnements urbains contemporains aux matériaux réfléchissants dans lesquels il est donné aux passants l’occasion de rencontrer leurs reflets, tout en expérimentant la dématérialisation de l’espace dans lequel ils progressent. Trois « immatérialités » complètent ce décor : la bande son de la pièce, l’éclairage scénique et une soufflerie sur le plateau. L’empreinte sonore mécanique, saturée, est étourdissante, à la limite du supportable. La lumière apporte quelques variations, s’intensifiant par flash ou adoptant brièvement un mode stroboscopique. Elle peut être étendue à l’ensemble de la scène ou circonscrite entre les panneaux ; elle donne le ton dramatique des situations qui auront lieu au fil de la danse. La soufflerie permanente, qui fait vibrer le décor et se prend dans les étoffes des costumes, précise quant à elle des paysages et accompagne la perception de la dynamique des mouvements. Mais parmi tout cela, ce sont réellement les corps qui font la différence. Avant que les corps ne se mettent en mouvement, nous sommes assez démunis dans notre possibilité de faire des projections dans ce décor. L’espace représenté par le décor n’est donc pas symbolique en soi, il le devient à partir du moment où intervient la rencontre de l’espace et des corps, où ils deviennent partenaires et que du mouvement de cette rencontre surviennent aussi des directions de sens et que s’en dégagent des tonalités affectives.

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images - Cie Maguy Marin - 2004

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images – Cie Maguy Marin – 2004

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images - Cie Maguy Marin - 2004

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images – Cie Maguy Marin – 2004

Dans cette danse, les pas sont comptés. Tout passage sur scène s’inscrit dans la composition métrique de la pièce. Les pieds tiennent la cadence. L’expression de l’espace est ailleurs : dans les allures, les postures, les gestes, les accessoires et dans tous les renvois à des situations quotidiennes, ordinaires ou extraordinaires, dans les humeurs ou tonalités affectives qui en émanent. La structure s’efface au profit de l’interprétation, elle est habitée par le mouvement chargé de subjectivité, ce mouvement qui dessine un espace symbolique.

Que découvrons-nous à mesure que la pièce chorégraphique se déploie?

Trois hommes côte à côte traversent, tournés vers la gauche, bras tendu devant eux, faisant le signe « non » de l’index.
Un homme et deux femmes apparaissent, tournés vers le public, en tenant contre eux des robes. Ils se contemplent individuellement, projetant un moment d’essayage.
Deux hommes passent en enfilant des blouses blanches qui volent au vent de la soufflerie.
Deux couples côte à côte, enlacés et en train de s’embrasser passent sans précipitation, toujours sur le même nombre de pas cadencés pourtant.
Deux hommes côte à côte et plus loin une femme, tous encombrés d’une plante arbustive en pot, traversent, de retour d’une visite dominicale chez Truffaut?!
Deux hommes passent en mangeant des pâtisseries achetées à la boulangerie du coin, ils terminent leur déjeuner.
Trois personnes enfilent un pull-over sombre par dessus leurs vêtements ce matin, se préparant à sortir travailler.
Un homme s’avance, seul, et s’arrête dans une embrasure en première ligne. Il y a comme ça des moments de suspension où l’un des danseurs fait face/front au public, seul, en première ligne, arrêtant pendant quelques secondes cette ronde infernale, donnant seulement à voir sa respiration et le clignement de ses yeux comme mouvement.
Puis le ballet incessant reprend.
À nouveau des Touaregs, puis des passants mangeant un sandwich, d’autres se coiffant la tête de chapeaux de paille, certains donnant l’impression de l’ajuster dans le reflet d’un panneau, d’autres en le maintenant comme s’ils marchaient sur une plage contre le vent. Un homme tenant un second par le col dans un règlement de compte. D’autres ôtant leurs lunettes de soleil pour jeter un regard appuyé avant de les remettre et de s’éloigner de ce pas touristique. Un peu plus tard, des soldats portants des casques effectuent un passage jambes fléchies, aux aguets, cherchant à avancer discrètement. Deux fumeurs allument leur cigarette à peine sortis du bâtiment en se protégeant du vent ; l’un d’entre eux lance à l’adresse d’une situation (invisible, imaginaire) qui se déroulerait sur l’avant-scène : « c’est pas mal ça ! ». Un homme et une femme sortent précipitamment et se retrouvent face à face, la femme lui flanque une gifle.

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images - Cie Maguy Marin - 2004

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images – Cie Maguy Marin – 2004

 

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images - Cie Maguy Marin - 2004

Captures d’écran. Maguy Marin, Umwelt. Dvd édité par 24 images et Cie Maguy Marin, 2006. Captation par Luc Riolon. 60’. © 24 images – Cie Maguy Marin – 2004

Le ton évolue : plus vif, plus dramatique, écorché, décadent peut-être. Dans les méandres de cette ronde humaine : des corps nus, des corps qui consomment de l’alcool et absorbent des médicaments, des jets de gravas, des coups de sifflet, des cris, des corps jetés ou s’effondrant sur le sol… Et les allées et venues de ces différentes figures et d’autres encore continueront, variant en nombre d’interprètes et dans la définition spatiale. Comme des répétitions sans cesse renouvelées. Dans ce processus, il y a toujours quelque chose de nouveau qui s’ouvre à nous, devant nous. Au seuil d’un immeuble de bureau, dans la rue, sous des arcades, dans des coursives, dans les couloirs d’un hôpital, à une fenêtre, sur un balcon, entre deux pièces dans un logement, par temps de guerre, de trouble, sur la plage, la nuit, le matin, à midi, le « grand » paysage, des espaces intérieurs, des espaces extérieurs, des espaces privés ou publics, des temporalités différentes aussi.

Les corps donnent lieu à l’espace ambiant dans leur mouvement. En quelques pas, toujours au même nombre, nous sommes embarqués dans une variété de vécus, d’expériences. Pourtant, seuls la posture et l’engagement des corps varient. L’ambiance comme mouvement, dans ce détour par la danse contemporaine, participe de cette esthétique phénoménologique où corps et espaces sont mus réciproquement l’un par l’autre. Une telle exploration constitue un cheminement en direction du défi que le choix d’une approche par l’esthétique des ambiances représente pour la conception architecturale et urbaine, dès lors que l’on s’engage dans une recherche au-delà de la maîtrise des ambiances, où il s’agit de se mettre en projet à partir d’expressions de présences. Entreprendre un travail dans cette direction-là pose la question, et cela va aussi avec la pratique de l’architecture, de l’expression de la recherche esthétique par des écritures du sensible/des ambiances. Plusieurs personnes2 y travaillent, à suivre donc !

 

Pour citer ce billet : Bonnet, Aurore « Umwelt et esthétique phénoménologique des ambiances », Le Cresson veille et recherche. A propos d’ambiances architecturales et urbaines (Hypothèses.org), 20 février 2015. [En ligne] http://lcv.hypotheses.org/9280
  1. Henri Maldiney, Regard Parole Espace. Lausanne, Éditions l’Âge d’homme, 1994, 323 p.  Henri Maldiney, Art et existence. Paris, Éditions Klincksieck, 2003, 244 p. Henri Maldiney, Ouvrir le rien, l’art nu. La Versanne, Fougères, Editions encre marine, 2000. []
  2. Je pense en particulier aux travaux autour de la vidéo menés au sein du CRESSON : ceux réalisés sur l’esplanade de la BnF et la passerelle Simone de Beauvoir à Paris lors de ma thèse sur les rythmes de marche dans l’espace public ; la thèse récemment soutenue par Laure Brayer et intitulée « Dispositifs filmiques et paysage urbain. La transformation ordinaire des lieux à travers le film » ; la thèse en cours de Guillaume Meigneux « Pratiques vidéographiques et ambiances urbaines » ; ou bien encore ceux menés lors de la recherche ANR MUSE, coordonnée par Rachel Thomas []

Aurore Bonnet et Françoise Acquier

Aurore Bonnet est chercheuse associée au Crenau - UMR CNRS 1563 "Ambiances Architectures et Urbanités", à l'école nationale supérieure d'architecture de Nantes. Françoise Acquier est documentaliste au Cresson - UMR CNRS 1563 "Ambiances Architectures et Urbanités", à l'école nationale supérieure d'architecture de Grenoble.

More Posts

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Anthony Pecqueux dit :

    Un grand merci pour ce magnifique billet de recherche, Aurore!
    Tu y ouvres de nombreuses pistes passionnantes
    Du coup, je me permets de rebondir sur la dernière, que tu évoques à peine en passant alors qu’elle mérite qu’on s’y attarde: c’est la question du projet
    Pourrais-tu suggérer quelques pistes pour la prise en compte dans le projet de ce que tu promeus de manière plus théorique?
    Merci d’avance
    Anthony

    • Aurore Bonnet dit :

      Anthony, pour répondre succinctement à ta demande de précision sur la question du projet, je peux proposer deux pistes.
      Je place l’une d’elles du côté de la posture. Le cheminement en direction des expressions de présence passe par l’observation des mouvements d’autrui mais aussi par la réalisation de ses propres mouvements en tant qu’observateur, à travers par exemple ceux que l’on met en place justement pour observer les mouvements des autres. C’est par exemple l’intérêt que je trouve à la pratique vidéo, à ces moments où l’on n’observe pas seulement mais où l’on participe soi-même au mouvement, que l’on partage ce mouvement, que la captation devient ce partage. Du point de vue de l’architecte, c’est aussi/encore promouvoir le travail de terrain en tant que temps assez long, assez lent et partagé (avec les habitants, les passants, une équipe, des lieux…), où l’on s’expose soi-même aux injonctions du projet (pour en jouer et les déjouer peut-être).
      Une autre proposition (et pour moi l’une ne va pas sans l’autre) est la réflexion de la conception en termes d’appuis et de partenariat corps-environnement. En adoptant le point de vue du corps, il ne s’agit plus de réfléchir à l’établissement efficace d’un trajet entre un point A et un point B, de réfléchir en termes de flux, d’écoulement des piétons, de fluidité (les lignes du désirs dans l’espace public, par exemple, sont bien les marques de l’efficience qui échappera toujours à la conception), mais bien plutôt d’entrer en proposition de variations, ne pas seulement penser au traitement du sol, mais penser dans la verticalité du corps et de l’espace et aux immatérialités (vent, ensoleillement, lumière, son) comme partenaires. Autrement dit c’est réfléchir à ce qui peut constituer un appui à la partie supérieure du corps puisque finalement nous ne marchons quasiment pas avec les pieds, mais bien plus avec le tronc, la tête, les bras, les mains et le déplacement du poids dans le corps.

  2. Acquier dit :

    Je voudrais réagir à ton introduction : tu introduis ton billet, et ton désir d’écrire, comme une réponse à un précédent billet d’Anthony et à un article de Jean-Paul… Cette façon d’articuler les billets entre eux m’a fait pensé à l’analyse que portent Marin Dacos et Pierre Mounier sur ce phénomène des carnets de recherche.

    « Des billets et des blogs suscitent des conversations qui peuvent à leur tour susciter des billets ou même des blogs, qui déclenchent de nouvelles discussions… « . http://dhlyon.hypotheses.org/472

    Pour en savoir plus : Marin Dacos, Pierre Mounier. Les carnets de recherche en ligne, espace d’une conversation scientifique décentrée. Lieux de savoir, T.2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel. https://halshs.archives-ouvertes.fr/sic_00439849/document

    Par ailleurs, je trouve ça vraiment chouette que nous arrivions à mêler divers niveaux d’écriture, divers métiers autour de ce carnet qui porte bien son nom maintenant !

    • Aurore Bonnet dit :

      Françoise, plusieurs choses que me fait réaliser ton commentaire sur le sens que peut avoir LCVR et le fait d’y publier un billet.
      Le texte de Jean-Paul est un texte important pour l’accès à la recherche sur les ambiances architecturales et urbaines, c’est l’article le plus récent clairement consacré à la poursuite de la théorisation de ce champ de recherche. Dans sa forme, il ouvre à ce que chacun participe à cet exercice, ou a minima à se positionner à un moment donné depuis sa propre recherche, ses propres objets.
      Ensuite, de l’un (l’article de Jean-Paul) à l’autre (le billet de Anthony), je trouve l’occasion de poursuivre les réflexions du point de vue du vocabulaire! Ici, c’est le terme Umwelt. Cela permet de cultiver et d’éclairer la diversité des objets et thèmes d’un champ de recherche qui se dessine à la croisée de différentes disciplines. Cela ouvre aussi à des représentations variées.
      Enfin, et c’est une chose qui est pointée dans l’article auquel tu as fait référence dans ton commentaire, d’un terme (Umwelt) au blog (LCVR), il s’agit bien d’ « une nouvelle forme de la disputatio », une façon d’échanger et de discuter des idées, en faisant fi de la distance du fait que je sois « délocalisée », et avec le souci d’activer le lien Nantes-Grenoble.

      • Anthony Pecqueux dit :

        Oui, & pour les fidèles de LCVR (ils sont nombreux!), il y a un an nous avions eu un premier billet de Laure (http://lcv.hypotheses.org/8358), qui en avait suscité un autre de Guillaume (http://lcv.hypotheses.org/8435)
        Je ne crois pas que LCVR ait encore réussi à susciter de telles conversations pour la rubrique « Méthodoc », ça va sans doute venir, et je crois par contre que des conversations avec « notre » « méthodoc » ont lieu sur d’autres carnets, non, Françoise?
        En tout cas, tout cela rappelle que les carnets sont un formidable outil pour faire de la recherche (dans tous ses métiers) un espace collectif – qu’elle ne peut pas ne pas être, mais qui est très clair ici!

  1. 28 février 2017

    […] Publication de Mai 2015 sur le blog Le Cresson Veille & Recherche (LCVR). À lire ici : http://lcv.hypotheses.org/9280 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.