Appel à contribution : Le risque esthétique, La revue Cités, date limite 1er mai 2009

La revue Cités lance en mai 2009 Droit de Cités, site Internet dédié à la critique des arts et des livres et à la création. Le premier numéro en ligne sera dédié à la question du Risque esthétique.La création est-elle par nature risquée, et si oui, ce risque a-t-il encore cours ? Que risquent les artistes en dehors du risque du marché? Si créer, c’est mettre en jeu son identité subjective dans l’objet d’art, qu’est-ce que le contexte actuel (économique, social, politique) soulève comme nouveaux enjeux ? Source Fabula

A l’heure où les académismes n’ont plus de visibilité, le risque esthétique est-il aujourd’hui encore possible, et sous quelle forme ? Ne s’est-il pas dégradé en simple provocation, risque « non esthétique » où l’artiste se nierait en se mettant en scène dans la société du spectacle ? L’art et les artistes ont-ils su préserver un espace de prise de risque et de contestation ? La société libérale ayant érigé le risque comme valeur et principe de régulation (Ulrich Beck), on est en effet en mesure de se demander si le risque esthétique ne court pas le danger de se trouver « internalisé » à l’intérieur d’une logique qui le dépasse. On pense alors à une possible réduction de cette notion à une stratégie de marketing, en accord avec des sociétés qui ont systématisé la transgression et la provocation comme valeurs d’échange

Entendu comme valeur positive, le risque esthétique se définit bien sûr comme risque politique, mais selon quelles procédures ? Passe-t-il alors par la revendication et la mise en pratique d’une autonomie de l’art face aux valeurs libérales, ou bien à l’inverse par un investissement du champ du réel posant dès lors la question de sa disparition ?

Enfin, on peut sentir poindre dans cette expression de « risque esthétique » les problématiques ambivalentes attenantes à l’esthétisation de notre rapport au monde, ainsi que les interrogations relatives aux dangers de l’esthétique quand celle-ci se donne comme substitut du politique. Le risque esthétique nous amène à terme à penser le risque d’une perception du monde réduite à sa distance esthétique. La production intarissable de déchets, la dégradation de notre habitat naturel appellerait de manière systémique une hyper-esthétisation nocive (et quelque peu cynique) d’un monde « kitschisé » et en voie de décomposition.

Réalités et utopies, échecs et ambivalence de la prise de risque esthétique : toutes les approches théoriques, tous les champs de recherche, tous les types de prise de parole, descriptives et/ou polémiques et engagées, sont susceptibles d’apporter un éclairage sur la question.

Les propositions de contribution (études de cas, paroles d’artistes, développements théoriques de tous ordres), de 3000 à 10 000 signes environ, sont attendues avant le 1er mai 2009.

Comité scientifique

Yves-Charles Zarka

Marie-Anne Lescourret

Jacques de Saint-Victor

Isabelle Barbéris

Samuel Zarka

Pour toute information complémentaire : isa.barberis@gmail.com



Citer ce billet
Françoise Acquier (2009, 23 mars). Appel à contribution : Le risque esthétique, La revue Cités, date limite 1er mai 2009. Le Cresson veille et recherche…. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qre8

Françoise Acquier

Chargée de ressources documentaires Equipe Cresson - UMR Ambiances Architectures Urbanités - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Grenoble.

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search